4 décembre 2022

21 Juillet 1798 : La Bataille des Pyramides

6 min read
41639 Views

En ce 21 juillet, commémorons un événement que la postérité a immortalisé à maintes reprises. Lors de la célèbre expédition d’Égypte du Général Napoléon, la fameuse bataille des Pyramides fut un des nombreux coups d’éclat du Corse. Cette expédition et cette bataille participèrent grandement à la constitution de sa légende.

Introduction Chronologique et causes :

Le Directoire, alors en pleine crise suite aux troubles révolutionnaires, ce régime au summum de l’impopularité décide d’écarter ce Général à la popularité grandissante. Se débarrasser de Bonaparte permet d’évacuer un homme fort afin d’éviter tout coup de force. Les véritables raisons de cette expédition aux ressources importantes, l’Angleterre. Selon les propres mots de Napoléon : « Soldats, vous porterez à l’Angleterre le coup le plus dur et le plus sensible, en attendant que vous lui donniez le coup de mort. » En effet, cette expédition vise principalement selon la politique étrangère de Talleyrand, à couper l’accès principal aux Indes à l’Angleterre. Le contrôle de la Méditerranée permettrait à la France de porter un coup majeur au commerce de la Perfide Albion. L’Egypte depuis bien longtemps, séduit, elle attire pour ses mythes, ses légendes, les armées qui y sont passées. Alexandre le Grand, les Croisades. Les récits de voyages se multiplient. Au-delà d’une simple campagne militaire, c’est une expédition culturelle et scientifique qui s’engage. Entraînant alors dans son sillage la mode de l’égyptologie sur tout le siècle.

Les différentes flottes composées en tout de près de 50 000 soldats, d’une trentaine de navires de Guerres, partent principalement de Toulon, de Gênes et d’Ajaccio. La mission est simple, déloger toute présence maritime et terrestre des Anglais de l’Egypte. Mais aussi, améliorer la qualité de vie des locaux. Chose qui ne sera pas une mince affaire. La conquête de l’Egypte servirait aussi de base d’attaque vers l’Inde afin de saper durablement les intérêts anglais. Cependant, cette tache immense semblait irréalisable. Napoléon le savait bien. Quelles pouvaient donc être les raisons de cette expédition ? Les raisons furent politiques. Une victoire pour Napoléon lui aurait permis une immense gloire digne d’un empereur romain ou d’Alexandre.

Après être parti le 19 mai et après avoir récupéré Malte des Anglais, la flotte française se dirige secrètement vers l’Egypte. C’est deux jours avant seulement que les soldats français apprirent leur destination, les détails de l’opération ne devant pas fuiter.

Le 1er juillet, après un triple débarquement sur l’isthme du Nil, Alexandrie est prise le même jour que le débarquement. L’objectif est pourtant clair, le Caire. Après une traversée harassante sous la chaleur du désert, l’armée française se présente à 12 km des pyramides face à la puissante armée Mamelouk. Les mamelouks sont un corps d’élite indépendant des ottomans. Constitué d’anciens esclaves affranchis, ces cavaliers sont réputés les meilleurs au monde. Face aux pyramides, Napoléon énonce sa célèbre phrase reprise par sa propagande, « Soldats, songez que du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent ! » C’est le point culminant de l’expédition d’Égypte. La discipline française et la supériorité technologique rencontrèrent la fureur des mamelouks.

La Bataille:

Les forces françaises sont alors au nombre de 25 000 hommes au plus face aux 40 000 mamelouks du féroce Mourad Bey. Les Français utiliseront pas loin d’une cinquantaine de pièces d’artillerie disposées dans le village voisin. Deux écoles s’affrontent, les célèbres carrés d’infanterie français contre les intrépides et furieuses charges des mamelouks.

Bonaparte fait mettre l’armée en carrés de 2 000 hommes, selon Thiers : « chaque division formait un carré ; chaque carré était sur six rangs. Derrière étaient les compagnies de grenadiers en peloton, prêtes à renforcer les points d’attaque. L’artillerie était aux angles ; les bagages et les généraux au centre. Ces carrés étaient mouvants. Quand ils étaient en marche, deux côtés marchaient sur le flanc. Quand ils étaient chargés, ils devaient s’arrêter pour faire front sur toutes les faces. Puis, quand ils voulaient enlever une position, les premiers rangs devaient se détacher pour former des colonnes d’attaque, et les autres devaient rester en arrière formant toujours le carré, mais sur trois hommes de profondeur seulement, et prêts à recueillir les colonnes d’attaque. »

Les mamelouks sont sûrs de leur force et leur arrogance causera leur perte. Les rangs mamelouks s’élancent sur le mur français et sont décimés par les salves de fusil et de mitrailles. Les derniers intrépides et survivants s’empalent sur le mur de baïonnette française. Les cavaliers arabes et janissaires reproduisent perpétuellement les charges, cette masse grouillante et acharnée fut massacrée. Certains mamelouks sont même pris entre des carrés avant d’être mitraillés à bout portant. Le champ de bataille est rempli de cadavres des mamelouks.

Coté mamelouks, on estime à près de 8 000 morts contre moins d’une centaine de perte française pour les estimations les plus pessimistes.

Conséquences de la bataille et fiasco de l’expédition :

Malgré l’humiliation de cette défaite pour les mamelouks, cette bataille permit avant tout de prendre le Caire. Victoire et symbole important pour Bonaparte, la suite en fut des plus désastreuses. Par la suite, l’expédition scientifique se poursuivit dans les ruines antiques, les ingénieurs français procédèrent à une modernisation forcée de la célèbre ville égyptienne. La cohabitation avec les locaux fut périlleuse, les révoltes y furent nombreuses et la répression est quant à elle sans pitié.

Suite au désastre d’Abou Kir, où la flotte française fut annihilée par l’intrépide Amiral anglais, Nelson, les chances de réussite devinrent quasiment nulle. En revanche, Napoléon sut cependant exploiter le symbole de ses victoires qui furent des éléments centraux pour bâtir sa légende. Il sentit le vent tourné en France, le Directoire était au bord de la chute, les invasions reprirent. Napoléon entendait bien jouer sa carte et quitta l’Egypte. Les reines furent confiées au célèbre Général Kleber qui fut assassiné par la suite après cependant de belles victoires. Le contingent expéditionnaire français, alors coupé de toute voie maritime fut livré à lui-même dans cet environnement hostile. Petit à petit les anglais reprirent du territoire. 

En outre, la défaite des mamelouks eut un impact conséquent sur la formation de l’Égypte moderne, le peuple égyptien réalisa enfin que ces mamelouks, militaires étrangers qui l’opprimaient depuis des siècles, n’étaient pas invincibles. Quant à Napoléon, cette campagne fut un fiasco militaire qui passa cependant à la postérité comme une expédition digne d’Alexandre le Grand. Les découvertes scientifiques et archéologiques furent inestimables. L’Angleterre assura par la suite durablement sa place au soleil. La France dilapida une énième fois ses forces vives et ses troupes d’élites. Quant à Napoléon, il exploita son crédit gagné au cours de l’expédition afin d’assurer sa prise du pouvoir. 

Article écrit par Le Cosaque pour le Réveil des Moutons

Abonnement vidéos complètes :  manulrdm@gmail.com

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *