22 mai 2022

Les dangers d’une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie

6 min read
11484 Views

par Markku Siira.

À stade où nous en sommes, il est probablement clair pour beaucoup d’observateurs que les États-Unis et la Russie mènent une guerre par procuration en Ukraine, tout comme ils l’ont fait en Syrie. C’est une façon de faire le tri dans les relations enflammées et les futures politiques de pouvoir dans le nouvel ordre post-libéral.

Alors que tout ceci n’est peut-être rien de plus qu’un sinistre théâtre du capitalisme destructeur scénarisé par les banquiers centraux, sans aucun égard pour les dommages collatéraux et les vies humaines, un autre point de vue est soulevé par les analystes classiques qui appellent à une « gouvernance responsable ».

« Des déclarations récentes suggèrent que l’administration Biden est de plus en plus déterminée à utiliser le conflit en Ukraine pour mener une guerre contre la Russie visant à affaiblir, voire à détruire l’État russe », écrit l’analyste et historien britannique Anatol Lieven.

L’administration « kaganiste » de Biden semble prête à adopter une stratégie que les administrations américaines de la guerre froide se sont efforcées d’éviter. Le soutien à la guerre en Europe pourrait dégénérer en une confrontation militaire directe entre la Russie et l’OTAN.

Lieven estime que si l’affaire ukrainienne suscite bel et bien un sentiment anti-guerre critique chez les Russes, « la guerre contre les tentatives américaines d’endommager et d’assujettir la Russie séduira beaucoup plus fortement le public ».

Lors de sa visite à Kiev, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a ouvertement déclaré que les États-Unis souhaitaient voir « la Russie affaiblie au point qu’elle ne puisse plus faire les choses qu’elle a faites en Ukraine ».

Le même jour, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré à la télévision russe qu’en fournissant des armes lourdes à l’Ukraine, l’OTAN est déjà « fondamentalement » engagée dans une guerre par procuration contre la Russie.

Beaucoup ont comparé la situation à la crise des missiles cubains. Selon Lieven, « les gens ont oublié à quel point nous sommes passés près de la destruction nucléaire à l’automne 1962″. On dit qu’« à un moment donné, le sort du monde a dépendu de la sagesse et de la prudence d’un seul officier de la marine soviétique, Vasily Arhipov, à bord d’un sous-marin nucléaire ».

Affaiblir la Russie n’est pas « nécessaire », sauf pour renforcer la propre position des États-Unis. Selon Lieven, « rien n’indique que la Russie veuille ou même puisse attaquer d’autres pays ». Selon lui, l’armée russe n’est pas en état d’attaquer les pays de l’OTAN.

Quant à la Géorgie, la Moldavie et le Belarus, la Russie dispose déjà des « positions nécessaires » dans ces pays. Mais lorsqu’il s’agit de combattre les mouvements extrémistes islamistes en Asie centrale et ailleurs, « les intérêts de la Russie et de l’Occident sont en fait alignés », convient Lieven.

Les États-Unis semblent toujours croire que l’Ukraine peut miraculeusement « gagner » la guerre contre la Russie avec le bon équipement et le soutien occidental. Dans ce contexte, Lieven se demande ce que signifie réellement cette « victoire ».

L’Ukraine ne peut pas facilement reconquérir tout le territoire qu’elle a perdu au profit de la Russie et des séparatistes pro-russes du Donbass depuis 2014, même avec l’aide de l’Occident. Cela ne serait qu’une « recette pour une guerre continue et des pertes et souffrances massives pour les Ukrainiens ».

Même après l’administration de Poutine, aucun futur gouvernement russe ne pourrait accepter d’abandonner, par exemple, la Crimée, que la plupart des Russes considèrent comme un « territoire national » de la fédération. Ainsi, la seule façon de « gagner » le conflit actuel du point de vue des Américains et des Ukrainiens serait de détruire l’État russe.

L’effondrement de la Russie est prédit depuis des décennies, mais le conflit en Ukraine et la politique de sanctions ont peu de chances de le provoquer. Il convient également de rappeler que si la Chine a jusqu’à présent été réticente à soutenir la Russie en Ukraine, Pékin ne peut tolérer une stratégie américaine consistant à renverser le régime russe pour ensuite isoler la Chine.

Un état de guerre ne peut se terminer que par la défaite d’une des parties ou par une paix négociée. Si Moscou propose un cessez-le-feu comme base des pourparlers de paix après la libération du Donbass, les Occidentaux seront confrontés à un choix : accepteront-ils cette proposition ou continueront-ils à inciter l’Ukraine à riposter et à l’armer ?

Lieven se demande à juste titre « combien de temps la Russie accepterait une telle stratégie occidentale avant de décider d’envenimer la situation et d’essayer d’intimider les Européens en particulier pour qu’ils se détachent de l’Amérique et recherchent un accord de paix ».

Compte tenu de la dégradation de la situation économique, qui ne fera qu’accroître la polarisation entre les citoyens et les détenteurs du pouvoir, dans quelle mesure l’« unité de l’Occident », telle que vantée dans les médias, sera-t-elle maintenue dans ces circonstances ? Par exemple, l’impopulaire président français Macron, qui s’est vu accorder un délai supplémentaire, devrait remercier sa bonne étoile d’avoir été bombardé de tomates il y a quelques jours seulement.

Les pays les plus arrogants de l’UE seront sans doute encore durement touchés. Les robinets de gaz russe ont maintenant été fermés à la Pologne et à la Bulgarie. Pendant ce temps, de nombreuses entreprises européennes et même certains pays commercent en roubles avec la Russie. À cet égard, le front commun États-Unis-UE a déjà commencé à se fissurer, bien que l’Occident puisse avoir d’autres plans pour affaiblir l’économie russe.

Lieven compare comment « pendant la guerre froide, aucun président américain n’a oublié que Washington et Moscou avaient la capacité de détruire la civilisation et de mettre fin à l’existence de l’humanité ». La dissuasion nucléaire était suffisante pour maintenir l’équilibre dans un environnement autrement instable.

Les dirigeants d’aujourd’hui devraient également se rappeler que « lorsque les deux parties se sont engagées dans des guerres par procuration en dehors de l’Europe, les conséquences ont été désastreuses pour elles-mêmes et encore plus pour les peuples qui sont devenus les pions de ces superpuissances ». Lieven demande : « N’avons-nous vraiment rien appris de l’histoire ? »

source : Markku Siira

via Euro-Synergies

Les dangers d’une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie (reseauinternational.net)

 

Abonnement vidéo : manulrdm@gmail.com

Boutique :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code