20 janvier 2022

A TOI QUI MEPRISE LE MOYEN-AGE.

20 min read
2634 Views

 

J’m’appelle Juju. J’suis là, la tête dans un vieux bouquin, le cul posé à l’une des tables bancales de ce vieux troquet qui fait l’angle de la rue où je crèche depuis quelques mois. Y’a pas vingt minutes, j’étais encore en train régler mes comptes avec le sac de frappe du club de boxe de ce vieux Gégé. Le corps encore endolori par les efforts, je parcours les pages de Sieur Brasillach et les laisse filer entre mes doigts à mesure que mon godet de cognac s’assèche. J’profite, j’suis bien…

Puis débarquent trois zigotos un peu trop bruyants qui viennent s’accouder au comptoir tout en commandant des demies-pêche de baltringues. J’sens qu’il va y avoir de la friture sur la ligne si ça continue. Vestes noires, jeans slim crades bien trop amples pour leurs guiboles de ballerines anorexiques, musculatures osseuses cocasses et gueules de victimes pré-pubères présentants trois poils crasseux encore à la recherche du sein de leur mère. J’tend l’oreille, ces gars-là ne me plaisent moyennement. Ça pullule de cafards ici et j’me suis donné comme challenge d’instruire aux forceps tous les écervelés qui votent comme des brèles épuisées et qui croiseront ma route. De tout façon, c’est plus fort que moi, je ne supporte plus ces gauchistes qui pourrissent les ruelles du centre ville à coups de canettes vides, flaques de chaude-pisse et semblants d’idées toutes aussi répugnantes qu’utopiques. J’referme et pose délicatement sur ma table les pensées du poète injustement exécuté par le traitre de Gaulle, j’lance ma ligne invisible et attend patiemment que le poisson rouge morde à l’hameçon.

 

Puis, comme à chaque fois, l’un d’eux fait preuve d’ignorance et beugle stupidement à son pote « Ca va ! On est plus comme ces pèquenauds qui vivaient au moyen-âge ! On est bien plus intelligents ! Ha ha ha !».
La proie vient de se jeter dans la gueule du loup. J’interpèle immédiatement le maraud, « Et toi là! Viens t’asseoir, on va causer, faut que j’t’explique deux trois trucs ! » Dis-je en pointant directement du doigt l’ignare longiligne puis la chaise à côté de moi. Leurs rires de chiennes dévergondées se stoppent illico. Le mec me regarde d’un air de merlan frit puis jauge ses copains qui se désolidarisent immédiatement de lui dans une symphonie de pets foireux prouvant encore une fois que ces types-là sont une sorte de sous race élevée par des parasites de fils à papa pétés de thunes.
Après quelques secondes d’hésitation, le sac d’os blafard se dirige vers moi d’un pas mal assuré et viens se placer en face de moi, à distance raisonnable, les yeux vissés au sol.
Je le fixe quelques secondes et reprend, « Bon écoute moi bien fils d’abrutis, je vais remettre un peu tes pensées en ordre parce que tu m’as l’air complètement perdu là. Déjà, premièrement, arrête de trembler comme une merde, ça me fout la gerbe. Bon deuxièmement, ce que je vais te dire, je le répèterai pas deux fois, alors un conseil décuve ton panaché et écoute moi bien si tu veux pas que je j’passe mes nerfs sur ta p’tite gueule d’écolo attardé. Et tu m’coupe pas la parole, c’est moi qui parle et toi qu’apprend. Pigé tête à bifles ?
Bon qu’est ce que t’as contre le moyen âge ? Tu te crois meilleur ? Pour qui tu te prends ? Si tu veux, on peut comparer les innombrables églises, cloîtres, collégiales, abbatiales et cathédrales qui inondent dignement la France aux immeubles modernes d’une laideur insoutenable et autres bâtiments repoussants construits en papiers mâchés. Comment peux-tu ne pas faire le lien entre le terme de  »moyen-âge » que tu utilises bêtement de façon péjorative et ces cathédrales que tu passes des heures à contempler ? C’est quoi qui tourne pas rond chez toi ? Saches que certaines de nos pierres qui foisonnent et tombent quelques fois en ruine dans nos forets sont dans des musées chez les ricains, comme celles du cloitre de Saint Guilhem, de Serrabone, de Bonnefont en comminges, de Trie en bigorre, de Saint Michel de cuxa, de la salle capitulaire de pontaut ou encore celles du cloitre de Saint génis lès fontaines.

Je pense pas que de nos jours, les amérloques s’arracheraient à prix d’or des morceaux de la pyramide du Louvre pour les mettre dans leurs musées comme ils l’ont fait pour nos vieilles pierres. Tu saisis la différence ou faut que j’te le la rentre de force ?
Ce qui nous amène inévitablement à la question de l’art. L’art exprime le sacré. Cette liaison entre l’art et le sacré tient aux fibres mêmes de l’homme dans toutes les civilisations. L’art est une communion avec ce qu’il pense sacré et supérieur à lui. Avant on faisait des œuvres belles et utiles afin d’admirer et de s’identifier à ce que l’on tenait comme exemplaire. Aujourd’hui, on fait de l’art moche et inutile. L’impuissance artistique est liée à l’absence de sacré, point barre. Qu’est ce que vous admirez toi et tes parents à Paris ? Le vagin de la reine ? Le plug anal ? Des gros cacas gonflables ? C’est ça que vous tenez comme supérieur à vous ? Mais vous vous identifiez à quoi alors sincèrement ? De la pisse, des trous de balles ou des sous-merdes ? Bon si c’est la cas, exceptionnellement, je suis d’accord avec toi et tes bobos boomers incultes de parents qui te servent de porte monnaie.
Maintenant je vais te parler un peu des manuscrits que l’on fabriquait au moyen âge. La perfection de l’écriture, de l’enluminure, de la mise en page, du sceau qui l’identifie nous font toucher du doigt ce que peut être une œuvre accomplie. Celui qui faisait cela s’identifier à son œuvre, si bien qu’entre ses doigts, elle devenait un  »chef d’oeuvre ». Ok ? C’est une des grandes caractéristique de l’art roman que de respecter la fonction essentielle dans une perpétuelle redécouverte des possibilités qu’elle détient, comme par exemple, la première majuscule enluminée de chaque chapitre. Et toi qu’est ce que tu as à me proposer pour rivaliser avec ça dans ta misérable époque ? Même les plus magnifiques de nos livres imprimés ne peuvent rivaliser ni en qualité de papier, ni en majestueuse écriture, ni en savoirs faire avec la plus simple de leur chartre réalisée rapidement sur un coin de chevalet en chêne massif incrusté de croix en or. Je vois que la propagande républicaines des lumières a bien marché sur toi pour que tu dénigres à ce niveau là ce qui t’es en tous points supérieur. C’est aussi à cette époque là que l’on a crée le manuscrit dans sa forme définitive (codex) qui remplacera le  »volumen » (rouleau antique). Note que l’imprimerie rendra par la suite d’immenses services grâce à cette invention. Tu vas surement me sortir comme argument moisi que ces manuscrits étaient seulement en possession des seigneurs et des moines et donc inaccessibles au peuple. Ferme là avant même de l’ouvrir parce que c’est juste faux. Et puis sincèrement, à notre époque de débiles profonds, t’en connais beaucoup toi des gens qui fréquentent assidument les bibliothèques remplies de mensonges républicains ? Putain mais arrête de chialer comme une gonzesse ! On est pas au QG des antifas ici !

 

 

Pour rester un peu sur un sujet semblable, si je te dis que les lettrés et la poésie ne sont pas apparus en France avant le 16ème siècle. Ça te parle ? Ça te rappelle pas ta communiste de prof d’histoire qui, binocles encastrées sur le nez, chignon de pimbêche tiré au max et balais bien calé dans le derche, s’évertuait à te faire croire de sa voix stridente que François Villon était le premier poète connu ? Crois-tu vraiment que nous avons passé mille ans sans production poétique comme nous l’enseignait cette bécasse stéréotypée ? Ben tu vois, c’est au moyen âge qu’est née la lyrique courtoise qui à enrichie d’une teinte nouvelle le trésors poétique de l’Humanité. Elle est en quelques sortes, l’ancêtre de la courtoisie. Tu connais la courtoisie toi ? Tu sais celle qu’un mâle blanc digne de ce nom utilise avant de te mettre une gifle à te faire sortir le tympan de gauche par l’oreille droite si jamais tu as eu l’outrecuidance de prendre sa courtoisie pour de la faiblesse. Tu sanglotes, je vois que ça te dis quelque chose, c’est bien.
Et je rajoute que c’est à cette époque décrite comme un champs clos où la barbarie affronte la tyrannie et réciproquement, que nait ce sentiment d’une extrême délicatesse qui fera de la femme, pour tous poètes, une suzeraine. Sois dit en passant, c’est aussi à cette cruelle époque que fut élaborée le langage musical, que sont les hymnes et chants liturgiques, et qui sera celui de tout l’occident jusqu’à nos jours. Et ne me sors pas une comparaison foireuse avec Aya Nakamura si tu veux pas que tes deux tympans jouent encore au billard dans ta boite crânienne de piaf handicapé mental.
Reste là, j’ai pas fini. Tu sais qu’on appelle l’époque de Charlemagne la première renaissance ? Il a ranimé l’enseignement et la culture, fondé une académie et nous dote d’une écriture qu’il à emprunté aux caractères épigraphiques romains, que tu bousilles tous les jours avec tes symboles d’émoticônes de fiottes et ton écriture inclusive de mollusque en hibernation cérébrale. Il fonde également l’académie de platine à Aix la chapelle d’où sortiront des poètes, des grammairiens et autres lettrés venus de toute l’Europe. Je vais encore te tailler le bout de gras sur les romans de la chevalerie, l’aventure du roi Arthur, de la table ronde et de la quête du graal. C’était pas des épopées d’efféminés dans ton genre. C’était des histoires fantastiques certes, mais dont tous les détails nous rappellent qu’ils sont issus d’une société pour laquelle comptent d’abord les liens personnels, qui exaltent l’idéal du chevalier courageux, lettré et courtois, qui magnifie la fidélité à la parole donnée et qui, enfin, fait de la femme une suzeraine. Pour ta gouverne, saches aussi que ce que l’on nomme disgracieusement aujourd’hui  »métiers manuels » fut jadis appelé de bien belle façon  »arts mécaniques ». Fais marcher ton pois chiche. Est ce que tu commences à comprendre pourquoi il est si ridicule de prononcer les paroles que tu as eu envers ta tapette de pote tout à l’heure ? D’ailleurs, ils sont où tes copains ? Ils se sont fait la malle je vois. Quel courage, tu crois vraiment qu’un chevalier du moyen-âge t’aurait abandonné aussi lâchement ? Réfléchis encore un peu si tu peux.

 

Au moyen âge, le théâtre était pratiqué par les gens du peuple. Ils jouaient bénévolement les actes des apôtres ou autres scène évangéliques. C’était un théâtre joué par le peuple et pour l’ensemble du peuple. Au 16ème siècle toujours, époque de renaissance sanctifiée par la république dans les facs de progressistes, qui donna naissance aux sacro saintes lumières et à la déclaration des droits de l’homme et de la langue de pute, on décréta que les petites gens n’auraient plus le droit de jouer et que dorénavant, le théâtre et toutes autres formes artistiques ne seraient plus que l’apanage des esprits cultivés. La renaissance fut, à bien des égards, qu’une pâle et médiocre copie de l’antiquité qui supprima bon nombre de libertés. Ici et là, de nos jours encore, nous pouvons apercevoir ce que fut le théâtre populaire d’antan, notamment lorsqu’apparaissent, disséminées un peu partout en France, de superbes crèches vivantes jouant la Sainte Nativité. Autrefois, le moindre fête sacrée était jouée de la sorte, et ce, dans bien des villages. Pourquoi tu me regarde comme ça, l’air bovin ? On dirait un mouton de panurge. Réveille-toi et laisse tomber tes anciennes croyances de vivre ensemble mortifère que tu as ingurgité tous les jours pendant des heures sous cocaïne et affalé comme un zombie dans ton fauteuil de bourgeois devant ton mur-écran Netflix.
Qu’est ce qu’on t’a appris à l’école encore hein ? Que les seigneurs féodaux étaient juste des bons à rien occupés à détruire le travail de ses paysans en piétinant les champs ? Ne me dit pas que tu as gober de telles âneries. Je te la fais en résumé, quand l’empire romain s’effondre au 5ème siècle, plus personne n’est capable d’assurer la sécurité. Les paysans se tournent alors vers leur voisins les plus riches et puissants pour demander sécurité en échange d’une partie de leur récolte. C’est un échange de bons procédés et tout le monde en sort gagnant. Qu’est ce qu’il y a ? Tu croyais que les seigneurs étaient juste des esclavagistes et des tortionnaires ? Toi, tes parents payent bien l’ISF à l’état pour que la police assure ta sécurité afin que tu puisses consommer tes drogues sans soucis dans ton immeuble haussmannien. Ben avant c’était presque pareil, sauf que les lois changeaient d’un domaine à l’autre car chacune était faite selon les coutumes et besoins des habitants locaux. Les fonctions d’instruction, par exemple, étaient assumées par le château et les monastères environnants. Tu veux une preuve ?

La bibliothèque du Mont Saint Michel qui, en dépit de sa position isolée sur un îlot paumé au milieu de la mer, était un centre de savoir pour la population locale. Et c’est encore au 16ème siècle que les organes de gouvernement, d’administration et les écoles se regroupèrent petit à petit dans les villes avec pour point culminant la réorganisation administrative de la France en 1789, faisant de la principale ville de chaque département le centre de l’activité administrative et de Paris le cerveau qui commande celles-ci. Tu peux me dire où est la liberté dans cette centralisation de masse où il faut faire 150 bornes pour avoir une éducation plus poussée, quand c’est pas 500. Comment tu peux penser qu’il y avait des esclaves partout quand on trouvait des centres d’enseignement à tous les coins de rues ? Tu m’expliques ? D’ailleurs, pour en revenir à l’esclavage, un serf n’est pas un esclave puisqu’il est considéré comme un homme alors que l’esclave est considéré comme une chose. Son maitre n’a pas sur lui droit de vie ou de mort. En fait, le servage est un système conçu pour répondre aux nécessites agricoles de la terre. Certes, le serf est interdit de quitter sa terre, mais en contre partie, le seigneur ne peut l’en faire partir. Le serf peut se marier, avoir des enfants et leur transmettre sa terre. C’est une sécurité qui est apportée à l’un comme à l’autre. Par la suite, le sentiment d’insécurité se faisant moins ressentir, les serfs renégocièrent le droit d’aller et venir indispensable aux commerçants par exemple. E toi , pauvre petit cloporte ? Mettrais tu ta main à couper que tu as plus de sécurité de l’emploi qu’aux temps jadis ? Est ce que ton patron ne peut pas te virer du jour au lendemain ? T’es certain que le toit que tu as sur la tête ne peut pas t’être enlevé ? Quelles garanties as-tu ? Rien, t’as rien.. Tu te permets de mépriser tes ancêtres alors que tu es peut-être plus à plaindre qu’eux. Mais comme le dit le dicton « Heureux est l’ignorant ». Approche un peu, n’ai pas peur, je vais pas te manger, j’ai pas faim. Je vais en rajouter un peu sur l’esclavage que tu détestes tant parce que tu ne comprends strictement rien. Saches qu’avant, lors des colonisations et depuis la nuit des temps, l’esclavage était pratiqué par tous les peuples. C’était dans leur état d’esprit, dans leur façon de penser si tu veux. Quand tu gagnais une guerre, tu avais le droit de prendre ton butin sur le perdant, c’est à dire, entre autres, des esclaves. Quand tu perdais, ben c’était toi qui devenait le butin. C’était les règles du jeu, c’était comme ça et c’était accepté ainsi. Plus fort égale avoir des esclaves, plus faible égale être esclave. Toi comprendre ? Il n’existe pas de peuples qui n’aient pas eu des esclaves ou qui n’aient pas vu les leurs devenir esclaves pour d’autres peuples . Même les tribus africaines, quand elles se faisaient la guerre, avaient des esclaves ou devenaient esclaves. Et même si ça se trouve, je vais te dire, les esclaves noirs africains qui furent importés en Amérique et pour qui tu chiales tous les jours, et bien chez eux, ils avaient peut-être des esclaves venant d’autres tribus qui les servaient dans d’horribles conditions.. Voila. Et puis renseigne toi sur la traite des blancs par les musulmans, ça te fera pas de mal. Tu vois, donc faut pas dire qu’un tel était un enfoiré et que l’autre était un gentil. Fais pas ton cancre. C’était juste leur façon de voir les choses. Moi je pense qu’ils étaient plus dans le vrai que nous. Regarde, on vit dans une époque complètement aseptisée, c’est fade, ça sent l’inaction à plein nez, on s’ennuie à mort. C’est pas ça la vie, la vie c’est certes la douceur, le bonheur, le plaisir mais la vie c’est aussi la tristesse, le malheur, la violence. Si tu es plus violent et plus fort, ça peut t’apporter un peu de bonheur parce que tu as gagner le droit de ne pas être l’esclave d’un autre. Regarde-nous aujourd’hui, regarde notre pays. Ça fait 80 ans qu’on nous ordonne d’être pacifique, que la violence ne sert à rien, qu’on te castre et que sais-je encore . Ben quand tu fais le bilan, tu te rends compte que ça fait 80 ans qu’on accumule les problèmes et que tu trimes comme un esclave pour engraisser ceux qui t’ont coupé les burnes. On s’est tellement fait écraser qu’ils peuvent se permettre de nous empoisonner et nous remplacer sans qu’on lève le petit doigt. Alors tes idées de gauchiasse à la con, je pense que tu peux te les mettre bien profond où je pense. Tiens toi droit et te recroqueville pas sur ta chaise comme ça, on dirait un caniche apeuré en PLS. Sois fier d’être un homme !

Bon maintenant, j’vais te parler un peu de la femme au moyen-âge. Alors déjà, à l’époque féodale, la reine est couronnée, tout comme le roi, par les mains de l’archevêque de Reims. C’est à dire qu’on attribue au couronnement de la reine autant de valeur qu’à celui du roi. Et jusqu’à quand à ton avis ? Ben jusqu’au 16ème siècle, comme d’habitude ! Suis un peu bordel ! Et arrête de penser que le moyen-âge était hostile à la femme en la prenant pour un être sans âme comme nous l’apprend l’ignoble Fernand Nathan dans son putride livre scolaire. Parce que dans ce cas là, je vais te demander de m’expliquer pourquoi les femmes étaient baptisées, confessées et admises à l’eucharistie. T’as pas de réponse à me donner ? C’est normal. Essuies-toi le front, tu transpires des litres de sueur, c’est dégueulasse. On continue, les premiers martyrs honorés étaient des femmes. J’aimerais aussi savoir comment ça se fait que sur l’une des plus ancienne peinture catacombale, au cimetière de Priscille, soit représenté le visage de la vierge à l’enfant. Au moyen-âge, certaines abbesses étaient légale des seigneurs. Elles disposaient des mêmes droits et administraient de vastes territoires. Certaines femmes exerçaient dans la vie laïque un pouvoir que beaucoup d’hommes pouvaient leur envier. Il y avait aussi des femmes très instruites. Par exemple, c’est d’une abbaye de femmes, celle de Gandersheim, que provient un manuscrit du 10ème siècle contenant six comédies en prose rimée. Rien que ça, laisse tomber t’as pas le level. L’encyclopédie la plus connue du 12ème siècle émane d’une religieuse, Herrade de Landsberg, intitulée  »hortus deliciarum » ou  »jardin des délices ». Et j’te parle même pas d’Hildegarde de Bingen etc.. J’me dois quand même de te rappeler Sainte Jehanne d’Arc. On connait tous l’histoire de cette Sainte guerrière qui libera la France de l’occupant Anglois. Son histoire est connue dans son intégralité et son procès est archivé ici, en France, et j’peux te dire que ça représente un sacré gros dossier. Quoi ? Qu’est que t’as à relever les yeux avec un air de dépressif en fin de vie ? Ouai ils écrivaient tout, ça t’étonnes ? Tu as du mal à croire que de telles brutes avaient les capacités de faire de si grandes choses avec soin ? Tu crois qu’une voute gothique fabriquée à 40 mètres de haut qui tient depuis 1000 ans n’a pas été faite avec soin peut-être ? Tu crois que du papier si vieux doit être dans un tel état de décomposition qu’on ne peut plus rien y lire ? Et bien sache, foutre morveux, que les parchemins et autre papiers chiffe étaient d’une qualité 10 fois supérieur au moindre torche-cul actuel comme charlie hebdo dont la seule place est dans les waters d’un bidonville de Beyrouth.

 

À l’époque il n’est pas rare que les femmes votent également dans les assemblées urbaines ou celles des communes rurales, ou alors les votent aussi se font par  »feu » ou foyer. Dans les actes notaires, il est très fréquent de voir une femme mariée agir par elle-même pour une ouverture de boutique ou d’un commerce et ce, sans l’autorisation maritale. Les femmes exerçaient déjà une multitude de métiers comme commerçante, maitresse d’école, médecin, platrière, teinturière, copiste, miniaturiste, relieuse et tant d’autres encore. Mais bien évidemment, c’est encore une fois ce fameux 16ème siècle qui, par un arrêt du Parlement daté de 1593, ordonna que la femme soit écartée de toutes fonctions de l’état. C’est, une nouvelle fois, sous l’influence du droit romain, qu’on ramena la femme quasiment uniquement aux soins de la maison et à l’éducation des enfants. Force est donc de constater que la femme eu une place des plus honorable à l’époque des barbares, mais le « triomphe » de la législation romaine la rabaissa quelque peu. Il fut un temps ou la femme était légale de l’homme tout en prenant soin de ne pas lui ressembler, en portant des pantalons par exemple, mais surtout en cultivant sa différence, son identité, sa féminité. Mesdames soyez féminines et pas féministes. Soyez cette féminité qui nous touche et qui fait que nous n’hésitons pas à mourir pour vous défendre. Pas toi imbécile, tu manques déjà assez de virilité comme ça !

 

J’ai pas trop envie de te parler d’inquisition parce que l’inquisition pour la définir c’est quoi au juste ? C’est un délit d’opinion. Tu trouves ça vraiment terrible toi, un délit d’opinion, avec ta face de tanche qui est déjà un délit juste en existant ? Ben j’te renvoie à la loi Pleven et la loi Gayssot. J’t’en dis pas plus, j’voudrais pas me retrouver derrière les barreaux et socialement enterré pour délit d’opinion.
Cette époque de mecs méprisants comme toi, qui se prennent pour des super héros alors qu’ils sont incapables de survivre sans iphones me débecte au plus haut point. Vous êtes sans cesse en train de critiquer, comme de ridicules perroquets, les conneries qu’on vous a enfoncé dans le crane à coups de propagande. Vous croyez que notre époque est mieux ? À l’heure ou plus rien n’est de qualité, ou ton assiette de bouffe sens le chimique à 20 mètres à la ronde et où t’achète ton meuble ikéa en reconstitué de fragile présent chez 90% de tes voisins. Avant, ils ont eu la décence de travailler des matières nobles et naturelles et nous on a rien trouvé de mieux que d’inventer du plastique de lopettes…
Pfffff, bon vas-y barre toi, tu m’as soulé. Un dernier conseil, la prochaine fois si tu veux avoir l’air moins ridicule, enlève moi ce tee-shirt noir avec ce drapeau blanc et rouge tout juste bon à servir de couche culotte à un gros porc atteint de la tourista et va sur le site  »Le réveille des moutons  » pour t’acheter des habits plus stylés. J’ai peu d’espoir que mes paroles t’aient fait pousser des testicules, mais on ne sait jamais. Retiens bien tout ce que je t’ai dis et passe le mot à tes branleurs de petits copains si vous voulez pas que j’imprime ad vitam aeternam la croix de ma chevalière sur vos tronches de cake rabougries. Allez crotte de nez, ta leçon est finie. Casse toi vite, essuies tes larmes et arrête de gémir comme une fillette tétanisée, ta mère doit t’attendre pour prendre le goûter.

Le savoir est notre arme,
les livres sont nos munitions.

Vive la France ! Vive les français !

Article écrit par Augustin du Réveil des Moutons.

 

Soutenez le Réveil des Moutons en faisant un tour sur la boutique ou par don spontané : manulrdm@gmail.com / lereveildesmoutons@outlook.fr  ou en MP sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code