16 juin 2024

Charité bien ordonnée

4 min read
4473 Views

La mairie de mon village, niché dans les montagnes auvergnates, organise une collecte pour d’éventuels réfugiés en provenance d’Ukraine.

La municipalité, n’écoutant que son « grand » cœur, a décidé de se porter volontaire pour accueillir des ressortissants Ukrainiens. Le village étant très peu peuplé (moins de 750 habitants), un bâtiment à usage administratif se trouve sans affectation, et nos braves élus, pensant que ce coup de pub serait utile pour les placer sur la carte médiatique, ont proposé ce bâtiment désaffecté pour loger ces pauvres réfugiés. À grand renfort de publications sur les réseaux sociaux, ils ont dressé et diffusé une liste Apparemment non-exhaustive-de besoin afin de meubler le logement. Je ne m’appesantirai pas sur la liste, véritable inventaire de tout ce dont a besoin une famille moderne pour vivre dans un luxe relatif…

Je vois tous mes voisins s’empresser de préparer diverses donations de meubles, vêtements et autres éléments de ladite liste.

C’est important la solidarité.

Ça permet de masquer le vide affectif, de cacher la misère intellectuelle.

On dirait qu’il y a même une atmosphère de compétition dans le village, à savoir qui donnera le plus beau, le plus gros, le plus brillant, le plus… bref, qui fera le plus de bruit, et se fera bien voir, surtout. Bah oui, la solidarité dans ces cas-là, c’est surtout affaire de montrer aux voisins.

Lorsque je suis rentré en France, afin de gérer un gros problème familial, j’avais au sens littéral du terme « une main devant et une main derrière ». Et, ayant passé de nombreuses années hors de nos frontières, je n’ai eu bien sûr aucun droit à aucune aide d’aucune sorte. Un employé d’une administration française me disant même un jour en souriant que je devrais changer de nom, et lui donner une consonance plus africaine si je voulais espérer profiter de quelque aide que ce soit.

J’ai changé de vie, de travail, de région, je suis reparti du niveau zéro. Je ne me suis pas (trop) plaint, me suis retroussé les manches et mis au boulot.

J’ai acheté pour 3 francs 6 sous une vieille maison que je retape petit à petit, et dans laquelle je reconstruis ma vie. J’ai commencé par le plus urgent, la toiture, une partie de la charpente étant en piteux état. Puis l’électricité et la plomberie, inexistantes. En bref, j’ai acheté quatre murs et un bout de terrain.

J’avais entendu parler d’aides à la rénovation, j’ai rempli un dossier… six mois plus tard, je recevais une réponse : un rendez-vous dans un délai digne de l ‘administration française !

Les voisins semblaient sympathiques, en fait plutôt intrigués par ce « Parisien » venu se perdre dans ces montagnes froides et humides.

Jamais personne ne m’a invité à prendre un repas chaud, ou même une douche, alors qu’ils me voyaient partir vers la rivière coulant en deçà du village le soir après une longue journée de labeur… Je n’aurais jamais osé demander, mais juste le fait de proposer m’aurait vraiment fait chaud au cœur.

Or aujourd’hui, ce sont ces mêmes gens qui viennent me parler de solidarité, d’humanitaire et d’autres qualités humaines vantées dans toutes les bonnes loges maçonniques.

Je me demande donc pourquoi ils accepteraient des gens venant des confins de l’Europe, alors qu’ils n’acceptent pas un de leur compatriote.

Quand ils se lasseront de l’effet nouveauté de leurs nouveaux amis, qu’adviendra-t-il de ces pauvres hères ? Une fois les caméras éloignées de cette éphémère agitation, et l’intérêt de ces Ukrainiens ayant disparu, que fera cette masse de gens qui en général ignore son voisin ?

Tous ces villageois ne m’adressent plus la parole, depuis ma prise de position assez tranchée concernant le vaccin expérimental ,la dernière grippe à la mode, et l’utilisation obligatoire du masque, vu que j’allais faire mes courses avec un masque de carnaval pour tenter de leur montrer le ridicule de ces mesures. Les derniers voisins détournent maintenant le regard depuis que je leur ai demandé ce qu’ils avaient fait ou prévu pour les enfants du Donbass, du Yémen ou pour les victimes des persécutions en Palestine occupée…

Article écrit par Jo d’Utiac

Soutenir le Réveil des Moutons : https://www.patreon.com/manuldm

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *