4 décembre 2022

Comment contourner la censure : guide pratique

5 min read
12660 Views

« Personne n’est plus sectaire, on le sait, que les apôtres de prétendue liberté démocratique. Personne n’est plus jaloux de ses monopoles et de ses fausses vérités. » Robert Brasillach

 

Comme vous le savez probablement chers lecteurs, le gouvernement d’occupation en charge de la province « France » a tout récemment accentué encore d’avantage son entreprise, fort démocratique, de censure active du seul canal d’information qui échappe à son monopole tentaculaire. A savoir le réseau internet.

Certes, les GAFAM ont très largement œuvré depuis des années à transformer les plateformes mainstream en véritable goulag numérique dans lequel toutes entorses aux vérités révélées du régime et relayées par sa Pravda se soldent irrémédiablement par un bannissement pur et simple. Lorsqu’elles ne sont pas accompagnées pour les récalcitrants d’un procès en sorcellerie devant les tribunaux de l’Inquisition républicaine. J’en ai personnellement fait les frais tout comme Manu, et tant d’autres durant la décennie écoulée. Je vous rappelle en outre, à toutes fins utiles, que l’écrivain Hervé Ryssen fut même embastillé dans les geôles du Système pour crime de lèse-démocratie selon l’acception célinienne de ce qualificatif frelaté, putride, franchement dégueulasse.

Dans ce contexte hautement démocratique, et comme anticipé par votre serviteur et plus généralement par toutes personnes encore pourvue d’un encéphale à peu près fonctionnel, les restrictions en matière (de liberté) d’expression se poursuivent à marche forcée. Et cela d’autant plus que les contradictions entre la narration médiatico-politique et la réalité objective des populations s’exacerbent. Même pour le plus abruti de propagande, gavé de bouffe industrielle, hypnotisé par les chaines (au sens littéral) d’intox en continu et poubelle consentante de Big Pharma, difficile de lui faire croire que le soleil brille lorsqu’il pleut des cordes à la fenêtre.

Par conséquent, l’impérieuse nécessité pour les caciques du marigot ripoublicain de museler la plèbe se fait chaque jour plus pressante. Il en va de la survie de l’Etat de droit, n’est-ce pas. Cet Etat de droit qui tolère des centaines de milliers de clandestins sur le territoire qu’il prétend administrer, et qui, lorsqu’au détour d’un meurtre sordide d’une gamine française, pris la main du sac de la double éthique (essayez, vous, de ne pas payer votre amende pour un excès de vitesse de 2 km/h pour mesurer le degré de « laxisme » de la cinquième putain), hurle au racisme et à la récupération pour mieux se dédouaner. Circulez les fachos y’a rien à voir. La minute suivante le voilà qui s’érige en juge de vertu et du haut de sa grande moralité entend distribuer des permis d’indignation, des autorisations de manifestation, des Ausweis quant à la légitimité de tels ou tels chagrins, de telles ou telles colères.

A-t-on déjà vu pareille souillure morale ? N’a-t-on jamais souffert plus ignoble et visqueuse tyrannie ?

Quoiqu’il en soit, et comme vous le savez, Rumble a refusé de se soumettre aux oukases de la mafia parisienne et s’est donc vu bloqué en « France ». Que l’on comprenne bien le blocage dans cette belle république de sites internet passent l’immense majorité du temps par les FAI (fournisseurs d’accès internet) preuve s’il en est de l’ultralibéralisme ambiant si cher aux ahuris gauchistes de tout poil.
Or la chose désagréable pour nous autres est la suivante. Nous avons fait le choix au Réveil des Moutons d’héberger nos vidéos et audios sur cette plateforme.

Ce que je vous propose ici est donc de vous suggérer deux méthodes simples et efficaces pour contourner la censure gouvernementale (pour rester dans le cadre de la loi) :

– avoir un VPN afin de se connecter via un pays tiers et ainsi continuer à pouvoir visionner nos contenus (et d’autres) en attendant que nous migrions vers un service d’hébergement alternatif (ou que Rumble soit rétabli, on peut toujours rêver). Il vous en coutera quelques euros par mois. Ce qui somme toute n’est pas grand-chose pour conserver un niveau d’information supérieur au golem moyen.

– utiliser le navigateur Brave que vous pouvez télécharger ici https://brave.com/fr/download/ Ensuite, une fois installé, il vous suffit d’ouvrir une page internet, de cliquer en haut à droite de l’écran (personnaliser et contrôler brave) et d’ouvrir nouvelle fenêtre de navigation privée avec TOR. Enfin copier-coller l’URL du lien ou de la vidéo que vous souhaitez visionner.

Cette dernière méthode est totalement gratuite et ne nécessite aucune compétence particulière en informatique. La preuve j’y arrive. J’ajoute que l’une ou l’autre de ces deux façons de naviguer sur l’internet « français » présente l’avantage de protéger votre anonymat tout en contournant la censure. Deux choses absolument fondamentales en 2022.

Sinon vous pouvez toujours visionner en clair sur Youtube Papanarbo, les philosophes nietzschéens de salon de coiffure, les catholiques cathodiques, les bonnes femmes savantes, les identitaires casher et autres Sud Radio, très au Sud. Un concentré cocardier bien infect, pot-pourri de droit de l’Homme, de Science très scientifique, de Pfizer, d’anti-complotisme, un filet d’eau tiède croupie d’élections, de populisme bien lourdingue, d’émancipation des trainées de la bourgeoisie iranienne pour en faire des femmes fortes et indépendantes (et accessoirement détruire le noble régime des ayatollahs), d’ukrainisme forcené.

Saint Bercoff priez pour nous pauvres sous-chiens,

Que votre volonté soit faite sur la Méditerranée comme en France.

Pardonnez-nous nos faux certificats de vaccination, nos bas instincts de gaulois.

Ou de germains. Intercédez en notre faveur auprès de ses altesses Schwab et Bourla.

Délivrez-nous du mal raciste, de notre tropisme Poutinien et de nos penchants nazislamistes.

Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui depuis deux siècles nous tourmentent, nous vilipendent, nous minimisent, nous escroquent, nous dépècent.

Que votre règne vienne, pour la gloire de l’hexagone, pour nos valeurs pas très catholiques, pour en finir une bonne fois pour toutes avec l’Europe européenne.

Amen.

Jules.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *