22 mai 2022

Dossier géopolitique : « Le grand partenariat eurasien fait revivre la tradition hamiltonienne oubliée de l’Amérique »

25 min read
11704 Views

Si l’Occident est en mesure de découvrir la capacité morale de survivre à ce stade avancé de décomposition, ce sera grâce à la redécouverte de cet héritage perdu et à la reconnaissance de son expression vivante dans l’alliance russo-chinoise d’aujourd’hui.

Dans mon dernier essai, j’ai fait valoir qu’une expression spécifiquement eurasienne de la Destinée Manifeste a émergé ces dernières années, partageant de nombreux parallèles importants avec la Destinée Manifeste originale souvent associée à l’Amérique du XIXe siècle, mais avec une grande différence. Contrairement à la première variante américaine, la version eurasienne actuelle n’est pas utilisée comme un gros bâton pour écraser les petites nations et les groupes minoritaires afin qu’ils obéissent à une classe de maîtres élitistes.

Malgré les nombreux abus commis par les dévots américains de la « Destinée manifeste », on pourrait être surpris de découvrir qu’elle n’est pas entièrement mauvaise. Cette meilleure tradition a malheureusement été effacée des livres d’histoire qui ont été conçus pour présenter un récit simplifié à l’extrême affirmant soit 1) « toute l’expansion américaine était bonne », soit 2) « l’Amérique est juste façonnée par de méchants hommes blancs qui détruisent les minorités, violent la nature vierge et poussent à l’esclavage ».

Si vous êtes surpris par ma proposition selon laquelle quelque chose de positif a réellement existé au-delà de ces deux extrêmes erronés, alors je suis désolé de vous dire que vous avez été nourri avec un mauvais lot de romanticisme ou de Kool Aid de la théorie critique et cet article est pour vous. En poursuivant la lecture de cet article, je vous promets que vous serez en mesure d’apprécier les forces historiques actives derrière la pensée stratégique à long terme de la Chine et de la Russie et peut-être quelque chose de bon au sein même des États-Unis dont vous ne soupçonniez pas l’existence.
Le chemin de fer cosmopolite de 1890 : Le maître mot de l’histoire universelle
Commençons par une carte de 1890 commandée par un homme d’État américain nommé William Gilpin (intitulée « Carte du monde économique, juste et correcte de Gilpin ») et figurant dans son Magnum Opus de 1890 « Le chemin de fer cosmopolite » (sous-titre : compactage et fusion de tous les continents du monde).

Plusieurs particularités ressortent de l’examen de cette carte :

1) C’est l’une des premières cartes américaines à présenter une perspective centrée sur le Pacifique plutôt que sur l’Atlantique.
2) Elle montre la croissance des chemins de fer sur tous les continents, y compris la fermeture du fossé darien unissant l’Amérique du Nord et du Sud, le chemin de fer est-ouest de la Chine à l’Europe et les extensions à travers l’Asie du Sud-Ouest et en Afrique via l’Égypte.
3) Elle est centrée sur une extension ferroviaire clé reliant l’Eurasie aux États-Unis via le détroit de Béring.

Cette carte, et le livre associé, sont connus de beaucoup depuis longtemps. Beaucoup la regardent, murmurent « idée intéressante », puis éteignent leur cerveau.

L’esprit curieux devrait plutôt être amené à se demander : Y a-t-il une histoire ici ? Ce Gilpin était-il un excentrique solitaire qui imaginait un monde imaginaire complètement déconnecté de la réalité ? Ou y avait-il un processus géopolitique international en cours dont il faisait partie intégrante ?
Afin de répondre à cette question, commençons par nous demander : Qui était William Gilpin déjà ?

William Gilpin : Patriote américain et sinophile.

Né en 1813 dans une famille politique américaine de premier plan, William Gilpin s’est fait connaître au cours de sa vie adulte comme le « prophète de la destinée manifeste » en tant que représentant d’État, espion, garde du corps de Lincoln, industriel et gouverneur du Colorado. L’Amérique a beaucoup changé au cours de ses premières années, passant de 13 à 45 États en 1900 (parfois de manière légitime, parfois de manière illégitime). Tout au long de cette période, la lutte pour savoir quelle identité façonnerait la jeune république fait rage. S’enfoncerait-elle dans le racisme, l’esclavage et l’empire, ou perdurerait-elle et se développerait-elle selon les idéaux énoncés dans ses documents fondateurs ?

Les États-Unis qui existaient quand Gilpin est né sont très différents des États-Unis d’aujourd’hui
Comme nous allons le voir, la vie de Gilpin a été consacrée à cette dernière. À partir de 1843, Gilpin s’est consacré entièrement à la construction du premier chemin de fer transcontinental au monde, unissant pour la première fois un continent entier par le rail.

Ayant rédigé une résolution en 1949 dans la conférence du Missouri consacrée au chemin de fer transcontinental, Gilpin a écrit : « Qu’il soit résolu que, alors que le Tout-Puissant a placé les territoires de l’Union américaine au centre entre l’Asie et l’Europe et que la route du chemin de fer asiatique et européen » traverse le cœur de notre domaine national, il est de notre devoir envers la famille humaine de poursuivre vigoureusement, par son nouveau canal, ce commerce suprême entre les nations orientales et les nations de l’Atlantique, dont l’histoire prouve qu’il a existé à toutes les époques et qu’il est nécessaire pour maintenir en vie la courtoisie, la science et la civilisation parmi les hommes« .

 

William Gilpin (1813-1894) et une photo célébrant l’achèvement du chemin de fer transcontinental en 1869.

Observant la décadence de l’esprit et de la morale de la population américaine et de l’establishment politique, Gilpin expliqua à l’éditeur allemand Julius Frobel en 1852 pourquoi il croyait nécessaire d’unir les cultures chinoise et américaine en une nouvelle synthèse afin de sauver la nation :

« Le salut doit venir de Chine en Amérique, et cela consiste à introduire la « constitution chinoise », c’est-à-dire la « démocratie patriarcale de l’Empire céleste ». La vie politique des Etats-Unis est « par les influences européennes », dans un état de démoralisation complète, et la Constitution chinoise seule contient des éléments de régénération. C’est pourquoi un chemin de fer vers le Pacifique est d’une si grande importance, puisque par son moyen le commerce chinois sera conduit directement à travers le continent nord-américain. Ce commerce doit apporter dans son sillage la civilisation chinoise. Tout ce que l’on prétend habituellement contre la Chine n’est que calomnie répandue à dessein, tout comme les calomnies qui circulent en Europe à propos des États-Unis ».

S’exprimant en 1856, Gilpin a avancé cette idée d’un changement de paradigme en disant que l’Amérique doit : « se désinfecter du népotisme inepte de l’Europe dans d’autres domaines, comme nous l’avons fait en politique ; réfléchir hardiment sur nous-mêmes et notre mission, et développer une dignité indigène – apprécier les sciences, la civilisation, le commerce et la population asiatiques – ce sont des étapes préparatoires essentielles auxquelles nous devons accorder nos esprits« .

Gilpin et son monde

Parmi les premiers souvenirs d’enfance de Gilpin, on trouve un marquis de Lafayette vieillissant venu chez lui pour célébrer l’anniversaire de la victoire de la bataille de Brandywine pendant la guerre d’indépendance. Au cours de cette bataille décisive, la maison des Gilpin a servi de quartier général à Lafayette, et le grand-père des Gilpin, Thomas, était un proche collaborateur de Ben Franklin et du général français. Le père et le grand-père de Gilpin étaient tous deux membres de la Société philosophique de Benjamin Franklin et travaillaient en étroite collaboration avec la Hamiltonian National Bank, où les Gilpin étaient chargés de construire l’un des plus grands projets d’infrastructure de l’histoire des États-Unis : le canal Chesapeake-Delaware.

Avant d’être assassiné en 1804 par Aaron Burr, Alexander Hamilton (fondateur de la Banque nationale) avait innové une nouvelle forme d’économie politique liée à la création d’un crédit national à grande échelle par le biais d’un système bancaire national, d’améliorations internes et de droits de douane et primes de protection. Ce système d’économie politique a été surnommé « le système américain » par l’économiste allemand Friedrich List en 1827 et a été utilisé avec succès pour transformer la république d’une société agraire sous-développée et en faillite en 1783 en une nation industriellement avancée surpassant une grande partie de la Grande-Bretagne en 40 ans. Des projets à grande échelle tels que le canal Erie, le canal Chesapeake-Delaware et un réseau croissant de chemins de fer ont contribué à ce processus.

Lorsque la banque de Hamilton a été détruite par Andrew Jackson (qui n’était pas par hasard une figure de proue de la machine politique d’Aaron Burr) en 1836, l’instrument le plus important pour diriger le développement national a été détruit. Les projets nationaux ont été annulés, les systèmes économiques ont été déréglementés en faveur du libre-échange britannique, qui adorait l’argent, et la spéculation sans limite a entraîné des cycles chaotiques d’expansion et de ralentissement, à commencer par la panique bancaire de 1837. Les banques locales ont été autorisées à imprimer leurs propres monnaies et bientôt plus de mille billets différents ont plongé la nation divisée dans le chaos.

L’État profond du 19e siècle

Sous Jackson, l’État profond anglo-américain a consolidé son pouvoir, des programmes génocidaires ont été lancés contre les indigènes et l’afflux d’esclaves noirs est passé de deux millions en 1830 à quatre millions en 1860. Grâce aux sols fertiles du sud débarrassés des indigènes, la slavocratie a augmenté sa production de coton, devenant ainsi l’une des régions les plus riches du monde, Londres achetant plus de 80 % de la production du sud.

En 1860, la Grande-Bretagne avait acquis un quasi-monopole sur la production textile, après avoir détruit les industries souveraines de l’Inde et forcé cette nation autrefois fière à produire de l’opium comme principal produit d’exportation. Cette drogue qui tue l’âme a ensuite été infusée (via le libre-échange britannique) au cœur de la Chine, qui a subi des défaites écrasantes lorsqu’elle a tenté d’empêcher l’empoisonnement de ses citoyens en 1840, puis en 1859.
Le pouvoir de l’État profond anglo-américain s’est considérablement accru, conduisant à la quasi-dislocation de la jeune république en confédérations « libres » contre « esclaves »… ce qui était l’objectif depuis 1800, date de la première tentative d’Aaron Burr.

Le pouvoir transformateur du développement ferroviaire

 

Bien qu’ayant perdu la banque nationale, une orientation générale vers l’optimisme scientifique et technologique animait toujours le caractère américain. Le premier chemin de fer pour le transport de passagers et de marchandises a été construit en 1827 (le Baltimore and Ohio Railway) et bientôt, des extensions ferroviaires ont commencé à traverser les redoutables montagnes des Appalaches. En 1840, plus de 2800 miles de rails avaient été posés, et ce chiffre est passé à 9021 miles en 1850. En 1860, ce chiffre était passé à 30 000 miles, mais un nouveau bond en avant a été effectué par la décision de Lincoln de consacrer des ressources considérables, en pleine guerre civile, à la construction du Trans Continental Railway (construit entre 1863 et 1869). Avec l’achèvement de ce projet et la résolution de la guerre civile (en grande partie grâce à l’intervention des Russes), la croissance et l’industrialisation du rail explosent. En 1880, plus de 93 000 miles de rails avaient été posés et lorsque Gilpin publia son Cosmopolitan Railway en 1890, les États-Unis comptaient plus de 163 000 miles de rails, tandis que de nombreuses autres nations connaissaient une croissance parallèle grâce à l’application de ce même modèle d’économie politique.

 

(La croissance du chemin de fer a connu un développement spectaculaire en 50 ans, passant de 2800 miles en 1840 à 53 000 miles en 1870 et à 163 000 en 1890.)

C’est dans ce contexte que Gilpin devint une figure de proue de l’Amérique anti-esclavagiste, développant une réputation d’anglophobe soupçonnant les intrigues impériales britanniques et travaillant en étroite collaboration avec les patriotes qui souhaitaient reprendre leur nation des griffes du pouvoir esclavagiste oligarchique.

Pendant des décennies, ce groupement se rallia principalement au parti whig de John Quincy Adams et remporta même deux victoires importantes en 1840 et 1850. La première victoire des nationalistes en 1840 voit le président William Harrison prendre le pouvoir sur la base de la relance de la banque nationale de Hamilton et de la relance des tarifs protecteurs et des améliorations internes. Elle est suivie par la victoire de Zachary Taylor en 1848. Malheureusement, les deux présidents whigs ont été empoisonnés. Harrison n’a servi que trois mois et est mort dans des circonstances mystérieuses avant que la législation relative à la troisième banque nationale (adoptée par les deux chambres du Congrès) ne puisse être promulguée. La cause officielle de la mort de Taylor en 1851 ? Trop de cerises et de lait froid.

Gilpin devient rapidement un membre du parti républicain (fondé en 1856 en tant que parti anti-esclavagiste des États-Unis), où il se fait rapidement remarquer en faisant partie de l’équipe de 11 gardes du corps d’élite de Lincoln qui accompagne le président nouvellement élu de l’Illinois à Washington (évitant de justesse une tentative d’assassinat en cours de route).

Tous les dirigeants nationalistes des États-Unis qui se sont battus pour faire revivre le système de crédit public, le protectionnisme et les améliorations internes de Hamilton en opposition au libre-échange britannique ont été tués ou sont morts dans des circonstances très mystérieuses pendant leur mandat. En haut, de gauche à droite : Alexander Hamilton, William Harrison et Zachary Taylor. Rangée du bas, de gauche à droite : Abraham Lincoln, William Garfield et William McKinley.

 

Lincoln, Carey et la dynamique mondiale de la guerre de Sécession

 

Lincoln a bien compris que les États-Unis ne survivraient pas en tant que maison divisée, en disant dans un discours en 1858 :  « Soit les adversaires de l’esclavage en arrêteront la propagation et le placeront là où l’esprit public se reposera en croyant qu’il est en voie d’extinction définitive, soit ses partisans le pousseront en avant jusqu’à ce qu’il devienne légal dans tous les États, anciens et nouveaux, du Nord et du Sud ».

Plus important encore, Lincoln et ses alliés ont compris qu’il s’agissait là de bien plus qu’une question nationale, mais qu’elle impliquait profondément le cours de la civilisation mondiale et touchait à la nature même de l’empire en tant que fondement du droit international. Lors d’un débat avec le juge Stephen Douglas, Lincoln déclara :
« C’est la question qui continuera dans ce pays lorsque ces pauvres langues du juge Douglas et de moi-même se tairont. C’est la lutte éternelle entre ces deux principes – le bien et le mal – dans le monde entier. Ce sont les deux principes qui se sont affrontés depuis le début des temps, et qui continueront toujours à lutter. L’un est le droit commun de l’humanité et l’autre le droit divin des rois. »

Les termes et conditions du choc des paradigmes au niveau mondial ont été exposés de manière magistrale par un économiste whig de premier plan, Henry C. Carey, qui devint bientôt le principal conseiller économique de Lincoln. Dans son ouvrage Harmony of Interests de 1852, Carey déclara :

« Deux systèmes se présentent au monde : l’un vise à augmenter la proportion de personnes et de capitaux engagés dans le commerce et le transport, et donc à diminuer la proportion engagée dans la production de marchandises avec lesquelles on peut commercer, avec nécessairement une diminution du rendement du travail de tous ; tandis que l’autre vise à augmenter la proportion engagée dans le travail de production, et à diminuer celle engagée dans le commerce et le transport, avec un rendement accru pour tous, donnant au travailleur de bons salaires, et au propriétaire du capital de bons profits… L’un vise la guerre universelle, l’autre la paix universelle. L’un est le système anglais ; l’autre, nous pouvons être fiers de l’appeler le système américain, car c’est le seul qui ait jamais été conçu et dont la tendance était d’élever et d’égaliser la condition de l’homme dans le monde entier. »

Image : De gauche à droite : Alexander Hamilton, Abraham Lincoln et Henry C. Carey

Gilpin et les Greenbacks

Afin de lutter contre l’oligarchie financière centrée sur Londres, tout en combattant le pouvoir des esclaves, Lincoln prend le contrôle des émissions de crédit des cartels bancaires privés en établissant un système de « greenbacks » et d' »obligations 5-20″ émis par le gouvernement à partir de 1862. Grâce à ces nouveaux mécanismes de crédit axés sur les priorités nationales et à un système bancaire réglementé au niveau national, Lincoln est en mesure de financer la guerre et de lancer de vastes projets de développement tels que le chemin de fer transcontinental.

Avant qu’il ne soit lancé au niveau national, William Gilpin, le fidèle garde du corps de Lincoln, est le premier à l’utiliser avec succès au niveau des États.

Comment ?

En mars 1861, Lincoln nomme Gilpin premier gouverneur du tout nouveau territoire du Colorado, sur les lignes de front du sud-ouest de la guerre civile. Au cours de sa mission, Gilpin apprend que les Confédérés ont l’intention d’ouvrir un front à l’ouest et il est confronté au triste fait qu’il n’existe pas de ressources financières pour organiser, former ou armer des milices pour empêcher cela. Avant de partir pour le Colorado, le biographe de Gilpin rapporte les ordres suivants que Lincoln a donnés à son lieutenant : « Sur le plan financier, nous n’avons pas un centime. Je viens de négocier un prêt de 50 millions de dollars auprès des banques de New York et j’ai convoqué une session spéciale du Congrès pour le 4 juillet afin de savoir s’ils me pendront pour cet acte anticonstitutionnel. Si vous êtes poussé à l’extrême, vous devez faire comme moi, émettre des traites sous votre propre responsabilité« .

Gilpin a utilisé son autorité pour émettre des fonds au niveau de l’État afin de payer la milice, ce qui a permis de lutter contre l’invasion de la Confédération, jusqu’à la bataille de Glorietta Pass au Nouveau-Mexique en mars 1862, connue sous le nom de « Gettysburg de l’Ouest ». Après avoir repoussé cette attaque, aucun effort pour ouvrir un front occidental ne devait plus jamais être tenté. S’adressant à l’Assemblée législative du Colorado en septembre 1861, Gilpin décrivit sa compréhension de l’importance stratégique du Colorado en tant que pont non seulement entre les océans mais aussi en tant que porte vers l’Asie : « Notre territoire sera coupé en deux, à l’est et à l’ouest, par l’ouvrage le plus grandiose de tous les temps, construit pour fraterniser les relations domestiques de notre peuple et pour attirer les voyages et le commerce de toutes les nations et de tous les continents du monde. »

L’alliance américano-russe qui a changé le cours de l’histoire

Dans les années qui suivent, les alliés de Lincoln travaillent en étroite collaboration avec leurs homologues russes, qui contribuent à sauver l’Union en 1863 lorsque le tsar Alexandre II déploie sa marine sur les côtes du Pacifique et de l’Atlantique. Ces mêmes forces collaborent à la construction de chemins de fer en Russie (dont le futur chemin de fer transsibérien construit avec l’aide d’ingénieurs américains et utilisant des wagons fabriqués par les locomotives Baldwin de Philadelphie). Ce sont ces mêmes réseaux qui ont permis la vente de l’Alaska russe aux États-Unis en 1867.

 

Après l’achat de l’Alaska en 1867, les scientifiques et les hommes d’État américains ont appliqué le programme de Lincoln avec l’aide d’ingénieurs américains pour créer le chemin de fer transsibérien. De gauche à droite, le comte Sergei Witte, le scientifique Dimitri Mendeleev, le ministre des finances Ivan A. Vyshnegradsky et le tsar assassiné Alexandre II (surnommé « le grand libérateur » pour avoir libéré les serfs).

En défendant l’achat de l’Alaska au Congrès, le sénateur Charles Sumner a déclaré : « Unir l’Est de l’Asie à l’Ouest de l’Amérique est l’aspiration du commerce aujourd’hui comme lorsque le navigateur anglais (Meares) a enregistré son voyage. Bien sûr, tout ce qui peut contribuer à ce résultat est un avantage. Le chemin de fer du Pacifique est un tel avantage ; car, bien qu’il aille vers l’ouest, il sera, une fois achevé, une nouvelle autoroute vers l’est ».

Alors que le chemin de fer transcontinental était en cours d’achèvement, l’achat de l’Alaska a été initié et tout le monde savait que la poursuite du chemin de fer de la Californie à travers le Canada britannique, l’Alaska et l’Eurasie était une prochaine étape organique. Gilpin a décrit ce programme dans son Cosmopolitan Railway de 1890 en disant : « D’après ce qui a été dit, il est suffisamment évident que la construction d’un chemin de fer passant par l’Alaska, le détroit de Béring et le nord-est de la Sibérie, relié au Canadien Pacifique en Colombie-Britannique et, en Sibérie, à la ligne russe qui va maintenant jusqu’à Vladivostok, n’est pas une entreprise irréalisable et peut-être pas très difficile.  »

Bien que les Greenbacks de Lincoln aient été détruits par le Specie Resumption Act de 1875 (liant les dollars américains à la disponibilité de l’or), Gilpin s’est battu pour faire revivre les traditions du système américain afin de financer cette nouvelle ère de développement ferroviaire mondial en disant : « Pour chaque dollar investi dans les chemins de fer, on estime qu’au moins dix dollars sont ajoutés à la somme de la richesse humaine ; et que ce ratio serait largement augmenté en complétant la chaîne qui n’a besoin que de quelques maillons supplémentaires pour encercler le globe, est sans l’ombre d’un doute. Il ne serait pas difficile pour les gouvernements des États-Unis et de la Russie d’émettre, disons, des obligations 4-40 et de régler ainsi immédiatement la question financière ».

Tant aux États-Unis qu’en Russie, la vision de Gilpin s’est concrétisée, tout d’abord avec l’expédition d’Edward Harriman en Alaska en 1899, où des plans d’extension de l’Union Pacific Rail vers la Russie ont été élaborés. En 1905, alors que Sergei Witte était Premier ministre du tsar Nicolas II, une équipe d’ingénieurs américains a été engagée pour effectuer des études en vue de la construction d’un tunnel dans le détroit de Béring. Le 23 mars 1906, le New York Times titrait : « Pour le tunnel du détroit de Béring, le Tsar approuve la recommandation d’une route entièrement ferroviaire vers l’Amérique ». Malheureusement, les événements chaotiques de cette époque ont empêché ce programme de se dérouler comme il aurait dû.

La valeur stratégique du crédit hamiltonien

La référence de Gilpin au « 4-40 » signifiait des obligations émises avec une maturité de quatre à quarante ans et liées directement à la construction de mégaprojets spécifiques. Ce type d’obligation/crédit productif a été la clé essentielle du succès du système hamiltonien depuis ses débuts en 1791 jusqu’à son renouvellement sous Franklin Roosevelt pendant le New Deal. Chaque fois que ce système a été appliqué, des progrès mesurables, le renforcement de la souveraineté, l’élévation des citoyens et la destruction des contrôles de l’État profond ont suivi dans son sillage. Chaque fois qu’il a été abrogé, le contraire s’est produit.

Gilpin était extrêmement direct à propos de cette tradition, écrivant : « Aucune quantité d’arguments ne fera adopter à l’Amérique les théories du vieux monde… Compter sur elle-même, développer ses propres ressources, fabriquer tout ce qui peut être fabriqué sur son territoire – telle est et a été la politique des États-Unis depuis l’époque d’Alexander Hamilton jusqu’à celle de Henry Clay et de là jusqu’à nos jours. »

Certains pourraient dire que Gilpin ne souhaitait faire avancer son programme ferroviaire que pour faire gagner de l’argent aux investisseurs, mais ce serait la chose la plus éloignée de la vérité. Quelques pages plus loin (dans son Cosmopolitan Railway), il écrit : « Que le monde cesse, ne serait-ce qu’un jour, ses querelles insensées à propos d’inepties politiques, qu’il arrête ses guerres et ses préparatifs pour de nouvelles boucheries humaines et qu’il consacre son intelligence et son énergie à cette œuvre, et le tour est joué. Il importe peu de savoir comment l’argent est recueilli, ou par qui, pour qu’il soit disponible ; seulement, comme je l’ai déjà fait remarquer, le travail, à mon avis, est mieux entre les mains des nations que sous le contrôle d’individus ; car toutes les espèces de tyrannie, celle qui émane des individus ou du pouvoir corporatif, est la pire. »

En parlant de la Chine, Gilpin a déclaré : « L’ancien colosse asiatique, dans un certain sens, n’avait besoin que d’être éveillé à une nouvelle vie, et la culture européenne y trouve une base sur laquelle elle peut bâtir de futures réformes. »

Au moment où Gilpin écrivait ces mots, le ministre des finances russe Sergei Witte, le chancelier allemand von Bismarck, le ministre français des affaires étrangères Gabriel Hanotaux et les grands industriels japonais travaillaient d’arrache-pied pour mettre en œuvre le système américain dans leurs nations respectives, tandis que les lignes ferroviaires, le crédit productif, le protectionnisme, l’enseignement technique et le progrès industriel se développaient à l’intérieur de chaque nation et entre elles.

Après la convention du centenaire de l’Amérique de 1876, les convertis au système américain venus d’Europe, tels que (de gauche à droite) le ministre russe des transports Sergei Witte, le chancelier allemand Otto von Bismarck et le président français Sadi Carnot, ont commencé à mettre en œuvre le système préconisé par Henry C. Carey, et l’allié allemand de Carey, Frederich List (auteur du programme d’union douanière de l’Allemagne).

Malgré l’assassinat d’hommes d’État de premier plan par des anarchistes dirigés par des Britanniques entre 1865 et 1905, l’orientation vers une nouvelle société post-impériale de coopération gagnant-gagnant se rapproche de plus en plus de sa réalisation.

L’esprit de Lincoln revit en Chine

En Chine, un processus a été déclenché par un jeune révolutionnaire qui avait eu la possibilité d’étudier aux États-Unis grâce au traité Seward-Burlingham de 1868, qui avait créé une « relation spéciale » de courte durée entre les États-Unis et la Chine. Ce traité accordait à la Chine la liberté d’émigrer et de voyager en Amérique, l’accès réciproque à l’éducation pour les citoyens vivant dans le pays de l’autre, et le statut de nation favorisée avec les États-Unis. (1)

Ce jeune homme a été recruté par les réseaux républicains aux États-Unis et est devenu un adepte du système de gouvernement de Lincoln, qui a guidé toutes ses intuitions stratégiques jusqu’au renversement, en 1911, de la dynastie corrompue des Qing. Lorsqu’il a appris le succès de la révolution, le Dr Sun Yat-sen organisait le financement de la cause républicaine chinoise aux États-Unis (plus précisément à Denver, dans le Colorado). Après avoir reçu la bonne nouvelle, il est immédiatement rentré chez lui pour diriger la nouvelle nation, devenant le premier président de la Chine.

C’est pour cette raison qu’un timbre spécial de 1942 commémorant l’amitié entre les États-Unis et la Chine a été émis pour la première fois dans le Colorado, avec les portraits des présidents Sun Yat-sen et Lincoln avec la devise « Du peuple, par le peuple, pour le peuple ». La traduction chinoise de cette devise était écrite comme suit : « 民族, 民權, 民生 », qui a servi de base aux « Trois principes du peuple » de Sun Yat-sen.

Bien que des intrigues étrangères l’aient contraint à abdiquer la présidence, le Dr Sun Yat-sen est resté la force morale et stratégique des patriotes chinois en rédigeant un programme approfondi pour une renaissance industrielle en Chine liée à un renouvellement des lignes ferroviaires, des couloirs de développement, des projets énergétiques, des ports et des institutions éducatives.

Prévoyant un système ferroviaire eurasien interconnecté et une alliance entre les États-Unis et l’Asie, Sun Yat-sen s’est fait l’écho de l’esprit de Gilpin en déclarant dans son célèbre traité de 1920 :
« Le monde a grandement bénéficié du développement de l’Amérique en tant que nation industrielle et commerciale. Ainsi, une Chine développée, avec ses quatre cents millions d’habitants, sera un autre Nouveau Monde au sens économique du terme. Les nations qui prendront part à ce développement en tireront d’immenses avantages. En outre, une coopération internationale de ce genre ne peut que contribuer à renforcer la fraternité des hommes. »

Image : Les plans ferroviaires de Sun Yat Sen pour la Chine, publiés en 1917 dans son ouvrage International Development of China, prévoyaient 10 000 km de voies ferrées, 100 000 km de routes, des ports, des mines et une souveraineté industrielle. Tout cela a finalement été réalisé avec l’avènement de l’ère de la nouvelle route de la Soie de Xi Jinping – Image EIR

Ce réseau de corridors industriels s’étendait à travers la Chine, puis en Inde, en Asie du Sud-Ouest, en Mongolie, en Russie et en Europe. Quiconque se penche aujourd’hui sur ce grand dessein y voit clairement le germe de la nouvelle route de la Soie, qui a vu le jour en 2013.

Ces dernières années, le président russe Vladimir Poutine a fait savoir à l’Occident qu’il souhaitait ouvrir les zones sibériennes et extrême-orientales de l’Eurasie à un développement à grande échelle. Dès 2007, Poutine a commencé à rendre public son désir d’aller jusqu’à étendre le rail à travers le détroit de Béring lui-même en connectant le nouveau et l’ancien monde. Bien que rejeté par Bush en 2007, il a été renouvelé en 2011 et, en 2014, la Chine a commencé à montrer un soutien important au projet. En 2018, la BRI de la Chine a pris une branche arctique connue sous le nom de Route de la soie polaire et aujourd’hui, les deux nations ont clairement repris le flambeau abandonné par l’Occident après l’assassinat du président Kennedy.

Image : La prochaine phase de la nouvelle route de la Soie, en pleine évolution, se déploie dans le monde entier [image produite par l’Institut Schiller].

Il est clair que la Russie et la Chine ont fait revivre une nouvelle forme de destinée manifeste en Eurasie, les deux nations ayant intégré leurs destins dans un nouveau vêtement d’intérêts mutuels interconnectés qui a amené plus de 135 autres nations à conclure des accords de coopération.

Si l’Occident est capable de découvrir la capacité morale de survivre à ce stade avancé de décadence, ce sera grâce à la redécouverte de cet héritage perdu et à la reconnaissance de son expression vivante dans l’alliance russo-chinoise d’aujourd’hui.

Vidéo en annexe : https://www.youtube.com/watch?v=t1aiMloJGIw&feature=emb_title

(1) Toutefois, avec l’éviction des alliés de Lincoln du pouvoir après l’assassinat du président Garfield en 1880, le décor était planté pour la loi d’exclusion chinoise de 1882, qui a renversé le traité de Seward et de nombreux efforts visant à créer un nouveau système mondial basé sur la coopération entre les États-Unis et la Chine.

Auteur : Matthew J.L. Ehret est journaliste, conférencier et fondateur de la revue Canadian Patriot Review.

Source : https://www.strategic-culture.org/news/2022/02/14/the-greater-eurasian-partnership-revives-americas-forgotten-hamiltonian-tradition/

 

Dossier traduit par Arthur pour le Réveil des Moutons

 

Abonnement vidéo : manulrdm@gmail.com

Boutique :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code