8 août 2022

Entretien avec Dystopia 2030 par Le Cosaque

8 min read
16099 Views

 Chers camarades bonjour. C’est un plaisir de vous recevoir. Pourriez-vous commencer par vous présenter pour ceux qui ne vous connaîtraient pas encore ?

Bonjour et merci à vous de nous accueillir !
Nous sommes Ignace et Lune, deux membres fondateurs de Dystopia, un média créé à l’occasion des manifestations contre les passes sanitaire et vaccinal.

Comment est né Dystopia, quelle est l’intention première ?

Longtemps attentistes pendant la crise covid, de nombreux Français ont enfin décidé de prendre le flambeau de la révolte et de la rébellion contre la mise en place du passe sanitaire puis du passe vaccinal, lesquels instaurent officiellement un apartheid au sein de la France. Une première !  Malgré la sincérité de leur engagement, une partie d’entre eux reste encore aveugle aux plans funestes de l’oligarchie ; c’est pour tenter de remédier à ce problème que nous avons créé Dystopia.

Notre but est de mener le combat pour la vérité et de tordre le cou aux dystopies modernes.

 Quels sont les figures intellectuelles et politiques qui ont participé à vous forger ?

Ignace : De nombreuses figures ont participé à ma maturité intellectuelle comme Bernanos et Balzac ; il est très dur de faire un choix, mais je me plie à l’exercice et j’en citerai quelques-uns :
Thomas Sankara : pour son valeureux combat pour l’émancipation de son peuple et son indépendance économique, politique. Son combat contre l’impérialisme rejoint parfaitement le combat que nous menons contre le mondialisme. Une des très belles maximes de Sankara : « Lorsque le peuple se met debout l’impérialisme tremble ». Faisons trembler cet impérialisme.
Jean-Claude Michea & Christopher Lasch : Pour comprendre les ressorts profonds du capitalisme qui s’appuie sur nos vices privés (cf. la Fable des abeilles de Mandeville) afin d’aboutir à une désappropriation totale des individus et les laisser seuls face aux marchés.
Soljenitsyne : Dans son discours de Harvard en 1978, il aborde la question de la décadence de l’Occident, totalement imbibé du droit froid qui a dissipé tout courage chez les hommes et les a rendus au contraire esclave du confort.

Lune : Pour compléter la liste dressée par Ignace, je mentionnerai :
⦁ Dostoïevski qui a prédit l’avenir avec une rare précision.
⦁ Mahdi Elmandjra : pour avoir très vite compris la nature du pouvoir néoconservateur.
⦁ Alain Soral : pour sa pensée politique percutante.
⦁ Youssef Hindi : pour son travail sur le messianisme.
Naturellement, la liste n’est pas exhaustive et je peux aussi mentionner le travail de Lucien Cerise, Pierre Hillard, Faits et Documents, etc.

 Plandémie, Covid, Guerre en Ukraine, menaces de pénuries… Comment analysez-vous l’accélération de ces phénomènes au cours de ces dernières années ?

Ignace : Nous vivons une grande bascule historique qui a débuté en 1945 avec le triomphe de l’empire américain et nous subissons actuellement les secousses telluriques d’un monde qui est en train de s’achever voire de péricliter moralement, économiquement et politiquement :

Moralement : le pouvoir de l’argent a corrodé toutes les structures humaines, abandonnant les hommes à leur propre caprice et narcissisme en leur ôtant toute capacité à s’élever moralement. Il faut dire que la spiritualité a été évacuée propulsant les individus face au grand vide. D’où des sociétés névrosées ; la France n’est-elle pas l’un des premiers pays consommateur d’anxiolytiques ? La crise du Covid n’a fait que révéler ce vide abyssal où des individus refusant la mort ont été tétanisés. Pris d’une peur panique, ils se sont pliés sans broncher au narratif du pouvoir.

Economiquement : L’accroissement infini de la dette a profité d’abord aux amis des banquiers, qui se sont enrichis dans des proportions insoutenables, déséquilibrant ainsi tout un système au profit de quelques prédateurs et parasites. Il résulte que le peuple est le grand perdant du régime libéral et que la promesse d’une concurrence non-faussée se trouve largement démentie puisque ceux qui ont les moyens rachètent tout, générant une concentration économique inouïe. La désappropriation est la règle, ce qui explique la victoire des grands cartels oligopolistiques voire du népotisme. Pour s’en convaincre, il suffit de constater le poids exorbitant des GAFAM (géants numériques américains) qui dictent leur loi et absorbent toutes nos données jusqu’à bientôt dicter nos conduites.

Pour continuer à générer des revenus colossaux dans un système bancal, où la baisse tendancielle du taux de profit semble poindre, les armes des puissants sont le grand remplacement des hommes par la machine et la disparition totale des Etats face à la toute-puissance marchande.

⦁ Politiquement : La démocratie censée assurer le pouvoir en faveur du peuple ne favorise que les petites factions minoritaires et l’idéologie « progressiste » au détriment du bon sens, de la décence commune. Le mensonge dans toute sa splendeur ronge la démocratie jusqu’à la moelle aboutissant à la réécriture de l’histoire, l’enrégimentement de la jeunesse et au cynisme politique le plus vil.

⦁ Géopolitiquement : L’Occident a cru que la gestion par le chaos (Moyen-Orient) et le chantage permanent via leur bras armé qu’est l’OTAN pouvaient être éternels, mais des puissances émergent et s’organisent à faire éclore un monde multipolaire. C’est l’un des enjeux du conflit ukrainien.
Ayant bien conscience de cette nouvelle donne, mais voulant se maintenir au pouvoir, les élites mondialistes ont sorti la carte de La Grande Réinitialisation ou Great Reset qui est le projet de table rase pour tout contrôler, éliminer l’incertitude et asservir le monde selon leurs désirs. Bien sûr, cela ne va pas sans désagrément.

En somme :  » Les temps difficiles créent des hommes forts, les hommes forts créent des périodes de paix, les périodes de paix créent des hommes faibles, les hommes faibles créent des temps difficiles. » Nous sommes au temps des hommes faibles ; à nous de faire pencher la balance de notre côté, le côté national et patriote !

Lune : Empoisonnement, séquestration, organisation de pénuries alimentaires et provocation de la Russie afin de déclencher une guerre mondiale, les mondialistes jouent leur va-tout.
Menacés par l’avènement d’un monde multipolaire et par les résistances de plus en plus fortes aux Etats-Unis, ils s’accrochent désespérément au pouvoir et se soucient peu des dégâts qu’ils provoquent.
Ils semblent même prendre un certain plaisir à la torture psychologique et désormais physique des peuples occidentaux.

 Quels sont selon vous les moyens concrets pour résister à ce monde qui vient ?

Ignace :
Physiquement : S’entretenir, maintenir une activité sportive, aller dans les bois pour respirer le bon air.
Familialement : S’appuyer sur les siens quand on peut et à défaut s’entourer de personnes solides, fiables.
Intellectuellement : Se nourrir de l’excellente littérature française : Balzac, Hugo, Corneille. Se réinformer, écouter de la bonne musique (Mozart, Chopin…) et bien manger !

Je pense qu’il est essentiel de réussir à créer aussi les structures du monde alternatif que nous souhaitons. Il nous faut absolument investir le monde économique même avec des moyens réduits dans des domaines variés tels : l’alimentation, la santé, l’éducation, le numérique.

Lune : Il est nécessaire de revenir aux fondements de toute civilisation saine, soit l’adoration du divin, l’amour de sa famille, le respect des ancêtres, la valorisation du travail et la différenciation des sexes.
Sans ces préalables, toute tentative de résistance à l’ogre mondialiste est vouée à l’échec.

 Quelques conseils de lectures pour comprendre notre monde actuel ?

Ignace :
⦁ Gustave le Bon : Psychologie des foules pour comprendre les ressorts des foules
⦁ Georges Orwell : 1984 et la ferme des animaux pour admirer les manipulations du pouvoir
⦁ Jean Claude Michéa : L’enseignement de l’ignorance et ses conditions modernes pour son analyse sur l’abrutissement volontaire des jeunes générations par l’institution scolaire
⦁ Christopher Lasch : La révolte des élites pour appréhender la sécession politique, culturelle économique des nantis et leur détestation profonde des petites gens.
⦁ Balzac : Illusions perdues pour comprendre les rouages de la société libérale qui s’installe déjà sous Louis-Philippe. On peut déjà y trouver quelques thématiques intéressantes comme le pouvoir de l’argent (on pourrait aussi citer Zola : L’argent), les vices des Hommes, la courtisanerie, l’entre-soi parisien

Lune :
⦁ Ionesco : Jeux de massacre pour comprendre la folie de certaines personnes face au coronavirus et Le roi se meurt pour appréhender la thanatophobie ambiante.
⦁ Dostoïevski : Les démons pour sa modernité saisissante.
⦁ Pagnol : Les marchands de gloire, Jazz et Topaze qui décrivent parfaitement la psychologie des collabos.
⦁ L’œuvre de Balzac et Maupassant pour leur analyse du monde bourgeois.
Sans oublier l’œuvre de Céline, Soral, Hindi, Cerise et bien d’autres. La liste serait trop longue.

Enfin, comment vous aider concrètement et où suivre votre actualité ?

Nous avons créé un site Internet : dystopia2030.com, il est aussi possible de nous suivre sur les réseaux sociaux notamment Telegram : Dystopia_2030 et Twitter : @2030_dystopia.

Nous sommes à la recherche de plumes, de vidéastes et de dons qu’il est possible de faire via notre site internet. Nous sommes en train de créer les statuts de notre média, les choses devraient s’accélérer d’ici septembre.

 

Propos recueillis par Le Cosaque pour le Réveil des Moutons

 

Boutique et Soutien : manulrdm@gmail.com
https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code