22 mai 2022

Entretien avec ProjetKO par l’Action Française

11 min read
8932 Views

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour un entretien avec le dessinateur ProjetKO. Nous souhaitions l’interroger car nous ne pouvons qu’admirer la qualité de ses dessins, la pertinence de ceux-ci et, de ce fait, le courage dont doit faire preuve l’âme qui les fait surgir à la vie.

 

L’Action Française : Cher monsieur, nous vous remercions d’avoir bien voulu accepter cet entretien pour l’Action Française. Tout d’abord, pourriez-vous présenter votre travail, sa genèse et le sens profond de votre combat ? Autrement dit, pourquoi êtes-vous devenu cet artiste dissident et pourquoi le devenir à travers cette forme spécifique de dessin que vous pratiquez ? D’ailleurs, comment la définiriez-vous ?

ProjetKO : Merci à vous pour votre intérêt et cette tribune. Je réalise et diffuse des illustrations « dissidentes » depuis 2015, principalement sur les réseaux sociaux mais aussi dans quelques revues et journaux nationalistes comme Rivarol. « Projet KO » est une référence directe au film « Fight Club », sorti en 1999, qui a été déterminant pour mon éveil politique. Toutefois, il ne s’agit pas dans mon esprit de militantisme anarchiste mais de participer à mettre K.O leur République, qui occupe la France que je défends, celle des traditions et de Jehanne d’ArcMa production est donc essentiellement d’inspiration nationaliste et catholique.

Comment définir ce que je fais ? Je communique par le dessin et des textes concis dans un soucis constant d’efficacité. Ce sont des synthèses de ce que je comprends et ressens du monde contemporain, en suivant l’actualité, en lisant les « bons » livres et en côtoyant les personnalités de notre milieu (extrémiste?). Ces illustrations visent à trouver la meilleure mise en scène possible permettant de résumer un événement, une personnalité, une problématique.

AF : Il semble que vous utilisiez un ensemble assez impressionnant de mode de dessin et d’instruments – mine de plomb, pastels, fusain, peinture à l’huile, acrylique, encres, pyrogravure, vitrail… – pourquoi cette diversité ?

ProjetKO : Tout à fait, je cherche toujours le moyen graphique le plus approprié au sujet traité afin de surprendre ou émouvoir le public. Le but est d’allier le fond et la forme en une image, sans aucun texte si possible. Expérimenter toutes ces techniques sur divers supports évite également l’ennui, permet de se renouveler et surtout de trouver des nouvelles idées de rendu… pour le dessin suivant !

AF : Vous proposez actuellement trois livres sur votre site internet – site que nous indiquerons à la fin de cet entretien -, pouvez-vous nous les présenter ? Comment sont-ils structurés ?

ProjetKO : Les 3 premiers albums regroupent de manière thématique les illustrations produites entre 2016 et 2020. « Portraits » organise les hommages et satires de personnalités nationalistes, dissidentes, révisionnistes… ou la lie de l’humanité suivant la sensibilité de chacun !

« Miroirs » regroupe des illustrations reflétant l’effondrement de notre civilisation. Le témoignage d’une époque nihiliste : matérialisme, mondialisme, finance apatride, laïcité, immigration, féminisme…avec quelques pistes d’espérance pour l’avenir.

Enfin, « Rappels » recontextualise les dessins d’actualités parus dans cette période charnière qui a vu le Brexit, l’insurrection des Gilets Jaunes, le martyre de Notre Dame, la crise (dés)organisée du Coronavirus et la tyrannie sanitaire toujours en cours… pour ne pas oublier les faits marquants subis par le peuple au nom de la « démocratie ».

AF : Votre second livre, Miroirs, offre un ensemble terrifiant de dessins illustrant à la perfection la décadence absolue dans laquelle l’Occident se complaît, quels sont pour vous les principaux maux qui nous accablent et s’abattent sur nous ? Sauriez-vous discerner l’origine de ceux-ci ?

ProjetKO : Miroir est l’album le plus personnel, après les durs constats, il finit sur des notes d’espoir appelant à un sursaut de vitalité du peuple. En fin de compte, je pense que le déficit démographique est notre principal problème. Entre l’immigration de masse venue essentiellement d’Afrique dans la joie du « grand métissage », le taux de natalité de nos femmes très insuffisant et l’avortement de masse (220 000 par an !), c’est un véritable suicide civilisationnel auquel nous assistons, en deux générations à peine. Or, ce n’est pas un accident, mais un programme de destruction de la France, rigoureusement orchestré par leur République. Le mal est profond et on peut le faire remonter à la Révolution de 1789-1793, qui a bouleversé l’ADN royaliste du peuple français en imposant les contre-valeurs républicaines. Valeurs que l’on sait aujourd’hui mortelles pour l’occident : les fameux « Droits de l’homme et du citoyen » (pourquoi distinguer l’homme du citoyen/goy ?), les mantras » liberté-égalité-fraternité » sont autant d’attaques dissimulées contre le peuple blanc et en particulier catholique. Dans une société en perte de sens, où la place de la religion a largement disparu du quotidien des familles françaises, toutes les valeurs se trouvent inversées : l’anti-racisme est un racisme anti-blanc de fait, la laïcité institutionnelle ne vise qu’à achever la religion catholique (tout comme le concile Vatican II). Or, que l’on soit croyant ou non, il y a encore 60 ans, la religion catholique offrait un cadre de vie stable et pérenne aux familles. Aujourd’hui, le mariage est déconsidéré, les familles recomposées sont la norme et les enfants, l’avenir, sont toujours plus maltraités et bientôt vendus aux LGBT. Ainsi, le matérialisme et l’égoïsme sont partout, le constat est cruel : les banques ont désormais remplacé les églises au cœur des villages de France.

AF : Plus spécifiquement, pourriez-vous vous attarder sur la crise du covid ? Que fut-elle pour vous ? Que put-elle nous dire de notre nation, de son peuple et de ses dirigeants ?

ProjetKO : La crise du Covid n’est pas terminée, les élections présidentielles nous offrent une trêve dont nous ne sommes pas dupes et les mondialistes vont évidemment dérouler leur programme (Great Reset) comme prévu : nouveaux variants, 4ème dose, pass « chinois » que tout le monde voit venir, fin de l’argent liquide… La difficulté étant la domestication effective du peuple, littéralement « dressé » à coup de mesures plus absurdes les unes que les autres depuis deux ans (les énumérer ici serait fastidieux !). Résultat, nous constatons qu’un nombre important de personnes continue de porter ce stupide masque après la suspension de son obligation. Peuple apathique où quasiment tout le monde est vacciné (y compris les anciens Gilets Jaunes !). Des parents vaccinent leurs enfants avec un produit expérimental risqué, contre une maladie inoffensive… les effets secondaires de ces traitements sont étouffés (pour combien de temps encore ?) par les politiques et les médias complices (qui a dit corruption ?). Tout cela est évidement criminel… mais ça passe ! Au nom de la liberté : « on ne veut pas mourir » crient les boomers en cœur ! Les élections au suffrage universel manipulées à coup de « story telling » (le sketch Zemmour/Marine/Pécresse/Macron), l’avortement à 9 mois de grossesse, le puçage programmé de la population par l’UE… oui, l’avenir de nos enfants paraîtrait bien sombre si nous n’avions pas la certitude que tout cela s’effondrera comme un château de cartes, tant les convictions dans le camp mondialiste-zombifié sont inexistantes. C’est bien simple, tout est laid avec eux. Le beau, le vrai et le juste sont de notre côté, donc je m’accroche à l’idée de produire chaque semaine des dessins-témoins, pour mieux supporter de vivre cette époque.

AF : Dans le combat difficile qui est le nôtre, les figures votives sont encourageantes, nous avons besoin de maîtres, de héros – morts ou vivants -, quelles sont les vôtres ? Vous en livrez quelques-unes dans votre premier livre, Portraits. Quelle place y tiennent les grandes figures d’Action Française ?

ProjetKO : En effet, mes héros sont morts pour la plupart, les plus inspirants seraient Degrelle et Brasillach dont j’ai particulièrement soigné les compositions dans l’album « Portraits ». Un exemple simple de ma démarche : le portrait de Charles Maurras a été réalisé en pyrogravure sur bois (aspect intemporel), de profil, en prenant soin de détailler particulièrement son oreille car, bien que sourd, il entendait mieux que personne les lois de la nature. Sinon, mes héros actuels sont les plus marginaux des dissidents : Ryssen, Le Lay, Reynouard… Peut-être mon côté provocateur, mais aussi la certitude que ce sont de belles personnes humainement.

AF : Parmi celles-ci, il y a celle de sainte Jehanne d’Arc – d’ailleurs vos éditions se nomment Le Réveil de Jehanne -, quelle place particulière tient la sainte de la Patrie pour vous ? Que devrait-elle incarner pour un Français nationaliste soucieux du sort de son pays ?

ProjetKO : Ce qu’il faut admirer chez Jehanne c’est son absence de doute, sa totale confiance en la Providence à partir du moment où le cœur est en action. La figure de Jehanne est en effet très importante dans mon quotidien, j’en ai réalisé plusieurs portraits originaux et elle me guide d’une certaine façon. Sa (courte) vie est une leçon exemplaire. Elle continue de nous inspirer, j’aurais envie de dire qu’elle continue « de nous secouer ». En effet, je pense qu’à l’image de Jehanne, le rôle des femmes est de pousser les hommes à l’action, sans quoi ils manquent de courage il faut bien l’avouer. En quelque sorte, ils agissent par amour chevaleresque ! Jehanne avait pour mission de pousser les hommes à se dépasser, à renverser le cours de l’Histoire de France. C’est ce dont nous avons besoin de nos jours. Où est-elle en 2022 ?

AF : Permettez-nous une question difficile. L’Action Française est souvent attaquée pour son refus de se soumettre aux États confédérés, il semblerait que nous soyons des maniaques de la question juive, des antisémites obsessionnels. Or chez vous, nous pouvons admirer quelques dessins de Jérôme Bourbon devant un bol de soupe où flottent quelques chapeaux bien reconnaissables, des dessins d’Hervé Ryssen ou encore de Robert Faurisson. Pourquoi cet attachement à la question juive ? Est-ce une des clefs de compréhension des problèmes que nous connaissons ?

ProjetKO : Quelle belle question ! Lutter contre leur démocratie républicaine, telle qu’elle nous est imposée depuis deux siècles, est de toute évidence « antisémite » au regard de la jurisprudence médiatique. «La démocratie, c’est la mort » disait Maurras. A cela, j’ajouterais que « l’antisémitisme, c’est la vie ! ». Pour être sérieux, de QUI parle-t-on ? des juifs en général ? Ce serait stupide, d’autant que nous vivons avec eux au quotidien, sans problèmes majeurs (contrairement à d’autres communautés). Cependant, le fait est que la religion juive, par essence apatride et déicide, est en guerre contre tout ce qui est nationaliste et catholique. Une guerre sournoise, une guerre à mort. Toute l’œuvre d’Hervé Ryssen l’a décrite, il m’arrive d’y faire allusion dans certaines illustrations mais c’est assez rare en fait. J’identifie parfaitement le problème mais n’en fais pas une fixation dans ma production.

AF : Bien que la situation semble désespérée, discernez-vous des lueurs d’espoir ? Où doit, selon vous, se porter le combat ? Quelles sont nos forces ?

ProjetKO : Bernanos disait en 1945 « L’espérance est une détermination héroïque de l’âme, et sa plus haute forme est le désespoir surmonté. » L’humanité est au pied du mur et chacun doit se remettre en question avant d’accabler le sort. Notre combat aura lieu sur tous les fronts et en particulier à l’intérieur de nous-mêmes. Chacun doit faire sa part. Personnellement, connaissant mes forces et faiblesses à 40 ans passés, j’ai choisi de me rendre utile sur le front culturel, saccagé par des décennies de gauchisme paresseux. Notre force ? la résilience ! Les féministes et LGBT disparaîtront d’eux-mêmes avant 10 ans, submergés par leurs « chances pour la France », qui pratiquent une forme de dialogue disons… expéditive. Le socle du peuple français est fissuré mais pas encore effondré. Comme je l’ai dit plus haut, la solution est démographique, tout en découle. Le peuple blanc doit faire des enfants, et « 2virgule1 » ne suffiront pas ! J’ai beaucoup d’admiration pour les familles nombreuses « de souche », souvent catholiques traditionalistes (je n’en suis pas) et voir lors d’événements nationalistes tous ces jeunes parents de quatre, cinq ou six enfants me réjouit au plus haut point. En définitive, le moteur de notre action, la mienne en tout cas, ce sont les gosses !

AF : Merci beaucoup pour cet entretien ! In fine, comment pouvons-nous vous aider ? Vous soutenir ?

ProjetKO : Déjà, on peut me soutenir en s’abonnant et partageant le canal Telegram « projet_ko » où je publie en priorité, plusieurs fois par semaine. Ensuite, toutes mes illustrations sont disponibles à la demande en reproductions de qualité et signées (nous contacter par mail). Enfin, l’auto-édition coûtant cher, on peut acheter les albums sur le site PROJETKO.FR ou dans les librairies partenaires, afin d’aider au financement de l’album suivant, « Cycles », qui sera la continuité de « Miroirs » et qui développera plus particulièrement la thématique des combats pour la vie.

Merci beaucoup pour vos questions.

Adresse mail : projet.ko@yahoo.com
Site internet : https://www.projetko.ft
Canal Telegram : https://t.me/projet_ko

Propos recueillis par Guillaume Staub

 

Boutique ( vidéos complètes ) :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code