22 mai 2022

Entretien du Cosaque par Manu

10 min read
1536 Views

Manu: Pour commencer peux-tu te présenter un peu ? Parcours etc..

 

Le Cosaque: Le Cosaque, fier militant nationaliste et catholique français qui s’assume. Directeur de la publication du Réveil des Moutons, chroniqueur sur le même site, Quand même ! Passionné d’histoire et de sports de combat, mens sana in corpore sano. J’ai milité un peu du côté de l’AF, j’ai tourné un peu autour de Jeune Nation. Je ne suis pas vraiment d’un tempérament à me fixer dans un mouvement, le Réveil des Moutons en tant que média permet d’établir des liens entre tous ces mouvements, ce qui fait sa force. Comme tout jeune de ma génération, j’ai commencé mon éveil avec l’affaire Dieudonné. Je me souviens avoir été sidéré d’avoir vu le danseur de flamenco dans sa chemise trempée de sueur hurler à la croisade contre un humoriste en pleine période de crise sociale et de vague terroriste. Puis j’ai découvert par internet Alain Soral et ses nombreuses vidéos. Alain Soral et Égalité et Réconciliation sont de formidables sas de décompression entre notre monde et ce que l’on appelle (à mon avis à tort, mais cela est un autre débat) « notre milieu ». Je me souviens que ce qui m’a fait réellement basculer dans mon cheminement intellectuel était leurs vidéos de leurs procès. C’est réellement là que l’on voit la véritable nature du pouvoir, mais aussi le deux poids deux mesures de notre société. Pour t’avoir accompagné lors de ton procès mon Manu, ce que j’avais vu virtuellement, j’y ai assisté de mes yeux..et ça vaut le détour ! Enfin, je rajouterai que quiconque souhaite se former sérieusement, politiquement doit assister au moins une fois à un procès politique. Le pouvoir y dévoile sa véritable nature, et le visage de Marianne, sous son bonnet, est rarement beau à voir..

M: Tu es maintenant bras droit et directeur de la publication du Réveil des Moutons, tu as tes propres émissions sur le site . Pourquoi s’être engagé chez Manu ?

C: Quel titre élogieux ! On s’y croirait presque n‘est-ce pas ? Plus sérieusement, et pourquoi pas ? À bien y réfléchir qu’est-ce qui pousse un homme à s’engager ? Sa force de conviction. Des valeurs ne sont réellement bénéfiques que lorsqu’on les incarne. J’ai toujours recherché à appliquer ce en quoi je crois. Je suivais ta chaîne avec intérêt et je me souviens un soir avant d’aller à un rendez-vous en charmante compagnie, j’avais vu une annonce comme quoi tu recrutais pour ton site. Alors je me suis dit banco ! C’est aussi simple que cela, quelques messages, des échanges et si tu es motivé et fiable te voilà à écrire pour l’antichambre de la haine. Tout ça pour dire qu’il faut en réalité peu de choses pour s’y mettre sérieusement. À ceux qui répondront qu’ils n’ont pas le temps, ou qu’ils ne savent pas quoi faire, je dirai prétexte ! Il faut être exigeant avec soi-même. Nous critiquons sans cesse les gauchistes qui appellent à l’ouverture sur le monde et qui se renferment dans un entre-soi bourgeois. Or, nous sommes nous-même des bourgeois. Le bourgeois n’est pas seulement une classe sociale, c’est un mode de vie. Le mode de vie de la jouissance, l’absence de l’esprit de sacrifice, l’absence d’incarnation de ses idées. C’est cet esprit de sacrifice qui pousse chacune de mes actions, et non le calcul de boutiquier afin de savoir ce que l’on y gagnerait. Beaucoup ont trop à perdre à s’engager, leurs discours sont certes intéressants, mais lorsque l’on creuse, ils ne sont ni plus ni moins que l’autre face du problème qu’ils dénoncent.

En réalité, nous sommes dans une période où l’esprit du don, et du sacrifice est nécessaire à notre survie. Alors chacun selon les talents que lui a donné le bon Dieu, (les miens se tournent vers le travail du corps et de l’esprit), à devoir de s’engager localement et collectivement à préparer les futurs îlots de civilisation. Car demain, les discussions sur l’immigration ou le sexe des anges seront bien futiles lorsqu’il faudra savoir creuser des latrines..

 

M: Quel regard portes-tu sur la situation actuelle ? Plandémie et maintenant guerre ?


      C: Je pourrai en écrire un livre tellement je pourrai en dire (Amis éditeurs, contactez-moi !) Pour parler selon les mes angles de réflexion que je travaille depuis quelque temps à travers mes publications pour le site, le système met en places des nouveaux narratifs. Pour comprendre une situation, le passionné d’histoire que je suis vous dira de revenir en arrière afin de saisir les causes de la situation. La mise en place du Nouvel Ordre Mondial, car c’est bien de cela dont il s’agit, a subi des revers. L’élection de Trump, quoi qu’on pense de la fin du général Boulanger à teinture, le Brexit, et surtout les Gilets Jaunes ont été des marqueurs forts. Le narratif de la mondialisation heureuse s’est effondré, le libre-échange comme dogme avec. Désormais, il fait bon être souverainiste et protectionniste, en atteste la candidature de la baudruche Zemmour. Un système politique repose toujours sur un narratif. La monarchie française reposait sur le narratif que son souverain était le Lieutenant du Christ, ainsi sa politique était calibrée selon ce narratif. La politique d’un souverain comme Saint Louis peut être analysé comme une série de dispositions visant à mettre en place les conditions du salut pour son royaume et son peuple. Ainsi, le narratif Covid repose sur ce même mécanisme, le système libéral capitaliste est arrivé en bout de course, essoufflé, le narratif Covid est venu non pas le remplacer, mais s’y superposer. Il s’agit alors de cette fameuse Grande Réinitialisation (pas d’anglicisme !). Il est donc question de régénérer ce système. Les élites ayant essuyé des revers n’ont plus qu’une chose en tête, garder la main. Vinrent alors les confinements et la mise en jachère de l’économie. Destruction des classes moyennes, nouvelles classes laborieuses, donc classes dangereuses. Les Gilets Jaunes ont été un traumatisme pour ces élites qui pensaient que le pays réel se laisserait détruire à petit feu. Or cette France a démontré qu’elle existait encore, et qu’elle comptait reprendre ce qui lui a été enlevé, sa force politique. Comme je l’expliquais dans un de mes articles, nous sommes passées d’une société de Consommation, à une société de la Consumation. Le système, aussi illégitime qu’il est, sait que ce sera lui ou nous. L’automatisation  jouera un rôle fondamental dans ce remplacement. Nous sommes dans le temps de l’a-société. Le système est donc passé en mode autophagie, or afin de se réparer, il nous utilisera comme carburant.  Il fera donc tout en son pouvoir pour garder la main, quitte à nous éliminer. (politiquement et physiquement) Ce n’est pas l’image d’un capitaine de vaisseau qui coule avec son navire après que l’équipage se soit enfuie. C’est l’image du capitaine qui enferme tous ses passagers et fait sauter le stock de poudre afin que tout le monde coule avec lui. L’élimination de la classe moyenne par les mesures restrictives est évidente. En revanche, et nous le savons , le narratif n’a pu se mettre en place qu’à travers un matraquage médiatique délirant. Au fur et à mesure que l’emprise du pouvoir sur nos vies s’est effectué, au plus le décalage entre le narratif et la réalité était flagrant. Si bien que l’on ait pu enfermer, et injecter sous la contrainte avec un produit expérimental une majeure partie des populations dans une apathie généralisée. Seulement le narratif comportait trop de failles pour durer dans le temps, la coercition appliquée par le pouvoir a contribuer à le fragiliser. 

Il a donc fallu, pour reprendre l’expression de Jacques Attali, trouver une nouvelle  » peur structurante » afin de redynamiser l’emprise des élites , Youssef Hindi parlait que le Covid a été un « accélérateur historique ». L’instrumentalisation de cette guerre en Ukraine tend à remplir ce même rôle.  L’intervention militaire Russe en Ukraine, après l’échec et l’écrasante responsabilité occidentale dans cette crise, constitue le nouveau narratif. Encore une fois, le narratif n’élimine pas le précédent, il s’y superpose et sous-tend toutes les actions du pouvoir politique. Il faut dire que l’agitation artificielle de la menace d’une invasion Russe est plus utile qu’une grippe qui ne tue que les vieux et les obèses. Par conséquent, la menace latente d’un conflit avec la première armée du monde permettra une fois de plus d’avancer dans cette Agenda mondialiste. 

M: Selon toi vers quel monde se dirige-t-on ?

C: Et bien vers un monde de la surveillance globalisée, non pas d’un Big Brother omniprésent. Mais plus d’une société de la délation où chacun est le Little Brother de l’autre. En atteste les connards pour te rappeler ton masque ou contrôler ton pass. Au pass vaccinal, se superposera le pass climatique. Ce monde de la société de la défiance à travers l’identité numérique et le crédit social n’est plus qu’une question de temps. Il est urgent de réaliser que nous ne sommes pas dans un contrat social où les élites participent conjointement avec le peuple, et dans son intérêt, à la réalisation d’une politique. Nos élites sociopathes nous considèrent comme du bétail surnuméraire. Je parlais précédemment de cette société de la consumation, il s’agit d’un retour au sacrifice de masse des temps paiens (voir Monseigneur Gaume et Youssef Hindi) . Sacrifice en vue d’une réparation. Car il s’agit de réparer ce système face à ces échecs internes. Le système participe à une démolition contrôlée à grande échelle. Le pouvoir change de nature, dans cette période de flottement, ( géopolitique pour l’extérieur et politique en interne) les cartes se redistribuent, en atteste le rôle de la Russie. Il s’agit donc désormais de lutter face à ce pouvoir transhumaniste. Il ne s’agit ni de droite ni de gauche, mais de conservation de l’espèce humaine non modifiée face à une masse transgénique. 

 

M: Quelle structure dissidente est la plus méritante à tes yeux ?


C: Egalité et Réconciliation fournit un travail remarquable que je recommande. Civitas mène le combat politiquement et spirituellement, ce qui est indispensable. L’Action Française ( la Vraie !) tente avec ses moyens de conserver la flamme allumée par Maurras. Je dirai qu’humainement Jeune Nation et Yvan Benedetti sont ceux dont je me sens le plus proche, je me sens particulièrement sensible à la figure de Pierre Sidos, et je ne l’oublie pas. Je tiens aussi à évoquer le journal Rivarol et son courageux directeur. Et puis enfin, lisez le Réveil des Moutons, suivez notre travail, n’oubliez pas que tout les soutiens sont le bienvenu.


M: Ton domaine de prédilection reste l’histoire, peux-tu nous conseiller quelques livres indispensables ?


C: Le seul livre indispensable reste les évangiles ! Mais si je devais en conserver quelques-uns je dirais d’abord le Napoléon de Jacques Bainville, car on ne peut comprendre la politique de Napoléon sans mettre en perspective la place de la Belgique qui fut un pistolet braqué sur le commerce anglais. Je rajouterai l’Oeuvre de Hélène Carrere d’Encausse afin de comprendre la complexe histoire russe. En particulier son livre La Russie et la France (De pierre le Grand à Lénine), livre ô combien d’actualité afin de sortir de l’hystérie ambiante et comprendre la nécessité de relations apaisées et cordiales. Enfin je citerai le livre de Peter Frankopian sur la première croisade afin de saisir la réalité de cet épisode historique. L’auteur replace dans le contexte selon les nécessités de la situation byzantine qui explique le lancement de la Croisade. Et puis petit plaisir littéraire, l’Oeuvre de Walter Scott, chère à mon cœur. 

 

Merci camarade

Entretien réalisé par Manu

 

Soutenir le Réveil des Moutons : https://www.patreon.com/manuldm

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code