5 juillet 2022

Exclusivité francophone: Entretien avec Matthew Erhet, journaliste géopolitique canadien

15 min read
11430 Views

La lutte pour un nouvel ordre mondial de la Renaissance dorée à l’Alliance multipolaire

 

 

1)     Pour commencer cette interview, pouvez-vous vous présenter au public francophone ?

Matthew Ehret (M.E) : Très certainement. Je suis un journaliste qui écrit régulièrement pour Strategic Culture Foundation, The Cradle, le Washington Times et quelques autres sites. Je suis également rédacteur en chef de The Canadian Patriot Review, que j’ai fondé en 2012, vice-président de la Rising Tide Foundation, une organisation à but non lucratif que je gère avec mon épouse, et je suis également Senior Fellow à l’Université américaine de Moscou. Au-delà de ces casquettes, j’anime également un talk-show géopolitique hebdomadaire intitulé « The Great Game » sur Rogue News.

2)     Quelles sont les différences fondamentales entre la politique étrangère sous Trump et maintenant sous Biden ?

M.E : Tout en essayant de survivre à quatre années de chasse aux sorcières du Russia-gate, le président Trump a concentré ses efforts sur le retour des États-Unis à leurs traditions historiques situées dans la Doctrine Monroe et le protectionnisme comme base d’un programme  » America first « .
Si la doctrine Monroe a évidemment été malmenée par divers dirigeants à l’esprit impérial au cours des presque deux siècles qui ont suivi son élaboration par John Quincy Adams (secrétaire d’État sous James Monroe), les caractéristiques essentielles de cette perspective de politique étrangère étaient les suivantes : 1) empêcher les États-Unis d’être aspirés dans des guerres étrangères par des forces impériales en Europe et 2) garder l’ensemble des Amériques aussi libres d’infiltration et de manipulation par des intérêts oligarchiques britanniques, français, espagnols qui étaient encore fondés sur l’ancien ordre du pouvoir héréditaire dont les pères fondateurs originaux se sont libérés en 1776.
Les efforts de Trump pour libérer les États-Unis de leurs obligations envers l’OTAN, l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation mondiale du commerce et les accords de Paris sur le climat ont été extrêmement importants à cet égard. Ses efforts pour dissocier la CIA des forces armées conventionnelles étaient tout aussi importants que son désengagement financier des opérations du National Endowment for Democracy de la CIA à Hong Kong, au Xinjiang, en Ukraine et au-delà de tous ceux qui n’ont pas vécu sous une roche au cours des 20 dernières années savent qu’elles ne sont que des couvertures pour des tactiques de guerre asymétriques révolutionnaires de couleur.

Les efforts de Trump pour concentrer les préoccupations politiques américaines sur les intérêts réels de la patrie, qui comprennent la sécurisation de la frontière, la reconstruction des infrastructures et des capacités industrielles atrophiées, tout en restaurant un programme protectionniste par la suppression de l’ALENA, étaient tous extrêmement importants. Ses efforts pour promouvoir une alliance États-Unis-Russie-Chine, qui a atteint son apogée en 2019, ont probablement été la composante la plus importante de ses perspectives en matière de politique étrangère.

Les priorités présidentielles de Joe Biden sont toutefois très proches de l’inversion de celles décrites ci-dessus. Sous la direction de Joe Biden, nous avons assisté à une purge de toutes les influences nationalistes au sein de l’armée, des universités et de la fonction publique, l’objectif étant de réintégrer les États-Unis dans une idéologie d’hégémonie mondiale sous l’influence de ces mêmes institutions mondialistes que Trump a cherché à mettre en situation de faiblesse. Le Forum économique mondial, l’OMC, l’OMS, le programme de décarbonisation de la COP26, les institutions de l’OTAN, etc., ont tous été réactivés dans le cadre du programme de Biden, géré par les boursiers Rhodes, qui a transformé les États-Unis en une nation esclave soumise non pas aux intérêts du peuple, mais à une oligarchie financière supranationale qui a l’intention de réduire la population mondiale et d’instaurer un ordre mondial post-état-nation.

3)     Comment analysez-vous la politique suicidaire des sanctions en Europe ?

M.E : Cela touche à ma réponse précédente. Les dirigeants des nations européennes actuellement au pouvoir sont principalement composés d’hommes et de femmes qui ont la quarantaine, la cinquantaine et le début de la soixantaine, sans aucune compétence dans le monde réel, ni expérience de vie antérieure à l’ère de l’unipolarisme post-soviétique.

Biden est peut-être une exception à cette règle, puisqu’il a 79 ans, mais il a aussi l’esprit gelé et son sens moral est brisé depuis longtemps, ce qui explique pourquoi il a été installé à la Maison Blanche.
Il existe une tradition toxique parmi les groupes de réflexion et les institutions académiques atlantistes, tant à Washington qu’à Bruxelles, qui entretiennent une croyance religieuse selon laquelle une ère de gouvernance mondiale post-état-nation est la destination évolutive inévitable de l’humanité. Les idéologues qui sont conditionnés pour adhérer à cette perspective déterministe toxique ne peuvent pas reconnaître que le scénario du Nouvel Ordre Mondial ne s’applique plus au monde de l’après 2013. Depuis que Xi Jinping a annoncé la création de la Nouvelle route de la soie en octobre 2013, qui s’est de plus en plus intégrée à l’Union économique eurasienne de la Russie, un scénario multipolaire alternatif a vu le jour, fonctionnant sur un paradigme complètement différent, incompatible avec les engagements utopiques des transhumanistes de Davos amoureux de la Grande Réinitialisation.

Selon le scénario du « Nouvel ordre mondial » qui façonne la vision du monde et les perspectives politiques de la classe dirigeante actuelle, conditionnée par le WEF, la Russie, la Chine, l’Inde, etc. étaient censées être enfermées dans la même maison que celle dans laquelle la communauté transatlantique s’est vu dire qu’elle devait vivre pendant que les pyromanes y mettaient le feu. Le fait que la Chine, la Russie et leur nombre croissant d’alliés n’aient pas seulement quitté cette maison en feu, mais qu’ils aient fait un long chemin pour créer une nouvelle maison alternative avec une structure viable est incompréhensible pour la majorité des technocrates occidentaux d’aujourd’hui.

4)     Quels sont les intérêts des Etats-Unis à maintenir un protectorat de facto sur l’Europe ?

M.E : Votre question présuppose l’existence des Etats-Unis en tant qu’Etat-nation souverain agissant pour ses propres intérêts. C’est une erreur courante. La vérité est que depuis l’assassinat de John Kennedy et de son frère Robert, qui serait devenu président en 1968, les « USA » ont subi un coup d’état par des forces dirigées depuis les anciens nids oligarchiques en Europe, centrés sur la City de Londres qui avait auparavant son commandement central à Venise avant 1688.

Bien sûr, cette prise de pouvoir post-1968 s’est appuyée sur des cinquièmes colonnes qui avaient été maintenues au sein de l’État profond des États-Unis depuis 1776 par des loyalistes impériaux britanniques qui se faisaient passer pour des familles et des institutions américaines, mais seulement en nom. Les plus grands présidents qui ont résisté à ce parasite dirigé par l’étranger au cœur des États-Unis ont rarement survécu à leur mandat (à cet effet, un total de 8 présidents sont morts pendant leur mandat, sans compter les meurtres d’Alexander Hamilton en 1804, de Martin Luther King et de Bobby Kennedy en 1968).
Les Etats-Unis d’aujourd’hui sont retombés sous le contrôle de cette influence supranationale qui cherche à détruire toutes les traditions viables de la souveraineté européenne et américaine, qui comprend des composantes économiques, culturelles et politiques. Sous l’influence de mondialistes tels que Henry Kissinger, David Rockefeller, Zbigniew Brzezinski et de nombreux autres agents liés au CFR tout au long du 20ème siècle, les Etats-Unis ont servi de géant muet pour le compte des grands stratèges britanniques. Churchill a décrit le monde qui devait être gouverné sous le contrôle des Anglo-Américains comme un système dirigé « par les cerveaux britanniques et la puissance américaine ».

5)     A votre avis, peut-on craindre une guerre avec la Russie ?

M.E : Oui, c’est un danger très réel.

6)     Est-il dans l’intérêt de l’État profond américain d’avoir une confrontation avec la Chine ?

M.E : Il n’est dans l’intérêt de personne d’avoir une confrontation entre deux puissances nucléaires, et surtout pas de deux nations qui dépendent tellement de la santé et du bien-être de l’autre. Même l’État profond américain ne profiterait pas d’une telle confrontation, mais telle est la nature de la folie qui infecte la « méthodologie » active derrière la posture de guerre anti-Chine.

Bien sûr, au cours des 14 dernières années, la Chine a acquis un très large degré de souveraineté économique qui lui a permis de résister à un effondrement de ses partenaires commerciaux occidentaux, ce qui n’aurait pas été possible en 2008 ou avant. Comparez cette souveraineté économique au cas déplorable des États-Unis qui n’ont fait que s’atrophier continuellement pendant cette même période. L’absence de puissances productives industrielles significatives en Amérique la rend beaucoup plus dépendante de l’existence de la Chine à ce stade que l’inverse.

Cette faiblesse existentielle et la crainte du succès de la Chine en tant que fondation d’un système économique et de sécurité alternatif viable aux côtés de la Russie sont les raisons qui poussent l’État profond américain à redoubler d’efforts dans ses efforts délirants pour détruire la Chine en utilisant toutes les formes de guerre à sa disposition sous la direction de Biden. Parmi les plus importantes de ces formes, citons 1) la guerre économique (sanctions, spéculation), et 2) les efforts de révolution colorée qui ont surtout échoué à Hong Kong, au Xinjiang, au Tibet. En outre, nous voyons 3) la guerre biologique menée par les laboratoires biologiques américains en Corée du Sud dans le cadre des programmes Centaur et Jupitr des États-Unis, et enfin 4) la guerre conventionnelle « dure » motivée par l’intention d’établir une OTAN du Pacifique que certains en sont venus à appeler le Quad impliquant le Japon, l’Australie, les États-Unis et l’Inde dans un bloc militaire anti-Chine.

L’autre élément le plus dangereux est l’encerclement militaire de la Chine avec 100 000 soldats américains stationnés dans diverses colonies militaro-industrielles du Pacifique, le bouclier antimissile THAAD et les jeux de guerre déployés dans l’arrière-cour de la Chine. Taïwan joue également le rôle d’une « Ukraine du Pacifique » à certains égards, avec un régime fantoche qui pousse à une plus grande intégration dans les contrôles militaires américains, sans aucun lien avec la Chine. Non seulement les dirigeants chinois maintiennent que Taïwan est une province intégrante de la Chine, mais ils ont fait savoir que tout effort des États-Unis pour utiliser l’île dans le cadre d’un plan de guerre anti-chinois plus large constitue une ligne rouge qui ne peut être franchie sans de graves conséquences.

7)     Quelle est votre vision de la place de la France dans le monde ? Comment expliquez-vous le déclin de sa diplomatie ?

M.E : Tout comme aux Etats-Unis, il y a deux traditions politiques opposées en France, la pire des deux exerçant actuellement une influence dominante.
La meilleure tradition trouve ses racines dans le leadership dirigiste de Charlemagne, du roi Louis XI, d’Henri IV de Navarre, du cardinal Jules Mazarin et de son protégé Jean-Baptiste Colbert, qui étaient les champions de la grande paix de Westphalie de 1648 et de ses corrélats économiques basés sur une coopération gagnant-gagnant avec ses voisins dans les années qui ont suivi. Cette paix a ironiquement servi d’inspiration pour le meilleur du système de gouvernance républicain américain, qui a vu l’émergence d’une nouvelle forme d’homme d’État scientifique promouvant un beau concept de loi naturelle, les « sciences dures » et les « sciences morales/politiques » étant les deux faces d’un même phénomène.

L’orientation politique des adhérents à la vision de Benjamin Franklin d’un âge de raison à la fin du 18e siècle comprenait des personnalités telles que le marquis Lafayette, Jean Sylvain Bailey (astronome et président de l’Assemblée nationale « ), le chimiste Antoine Lavoisier. Même après la prise de contrôle par Napoléon du chaos de la terreur jacobine et de son bain de sang contre-révolutionnaire girondin, ces meilleures forces ont trouvé leurs champions dans les figures de Gaspard Monge et de Lazare Carnot – dirigeants de l’École polytechnique dont le leadership a sans doute maintenu la France en vie au milieu des tempêtes existentielles de la période 1795-1815.

À la fin du XIXe siècle, cette tradition de meilleure politique française a trouvé son champion dans le petit-fils de Lazare Carnot, le président Sadi Carnot, et son brillant ministre des affaires étrangères, Gabriel Hanotaux, qui a cherché à s’entendre avec la Russie, l’Allemagne et même la Chine à chaque occasion, tout en menant des politiques de protectionnisme, de croissance industrielle et d’intégration ferroviaire à l’échelle nationale et avec les voisins de la France, dans le style du « système américain ».
Au 20e siècle, cette meilleure doctrine de politique étrangère et intérieure a repris vie avec le président Charles de Gaulle qui a survécu à des dizaines de tentatives d’assassinat par le même complexe d’assassinat affilié à Gladio qui a tué Mattei, Kennedy et de nombreux autres dirigeants dans les années 1960-1970. Je crois que cette politique a connu une dernière renaissance affaiblie mais réelle dans la résistance de Jacques Chirac à la guerre en Irak et à la politique plus large de changement de régime dans le sillage du 11 septembre 2001. Depuis la victoire de Sarkozy qui a vu la réabsorption de la France dans l’OTAN, je suis triste de dire que je n’ai vu aucune expression cohérente de cette meilleure perspective de politique étrangère dans les couloirs du pouvoir.

8)     Quelle est votre opinion sur la situation actuelle au Canada ? Voyez-vous des similitudes avec la France ?

M.E : Oui, à bien des égards, le Canadien Justin Trudeau est un clone de Macron, mais avec un niveau d’intelligence nettement inférieur. Les deux hommes sont manifestement des coquilles synthétiques installées à leur poste par des forces qui n’ont que du dédain pour le vrai peuple de France ou du Canada et qui utilisent leurs silhouettes en carton pour faire avancer des politiques qui sont finalement conçues pour enlever le peu de pouvoir que le peuple possède actuellement pour se protéger d’un régime technocratique de seigneurs néo-féodaux souhaitant instituer un programme de Grande Réinitialisation post-état-nation axé sur la réduction de la population.

9)     Comment voyez-vous l’avenir dans les prochains mois ?

M.E : C’est difficile à dire. Pour ceux d’entre nous qui font partie de la communauté transatlantique, je ne m’attends pas à un parcours sans heurts. Le système financier est prêt à s’effondrer, et les dirigeants politiques nécessaires pour défendre les nations et les peuples des effets mortels d’un tel effondrement ne se trouvent pas près des centres de pouvoir actuels dans la plupart des nations de la sphère d’influence des Five Eyes.
La population souffre également d’un effondrement de ses pouvoirs innés de sagesse dû à des décennies de décadence culturelle et éducative oligarchique qui a handicapé la croissance d’identités matures, ce qui est, je crois, une crise encore plus importante que le manque de leadership (bien que les deux problèmes soient la cause et l’effet l’un de l’autre dans une interaction dynamique).
Le meilleur scénario est que les dirigeants nationalistes d’Eurasie continuent à faire progresser leur système multipolaire de coopération gagnant-gagnant qui a déjà rallié à sa cause plus de 140 nations à des degrés divers, y compris un segment majeur de l’Afrique, de l’Asie du Sud-Ouest et de l’Amérique ibérique dont l’influence ne cesse de croître.

Si cet ordre socio-politique-économique-sécuritaire viable, fondé sur la croissance démographique, la souveraineté nationale, la coopération, le progrès scientifique et technologique, peut continuer à s’épanouir dans la trajectoire actuelle, alors il y a de l’espoir. Il s’agit d’une trajectoire conduite par une banque centrale contrôlée au niveau national, une génération de crédit productif à grande échelle et un paradigme économique centré sur l’homme qui établit la valeur non pas en fonction de « ce que les marchés demandent » ou de la « réduction de l’empreinte carbone », mais plutôt en fonction de l’augmentation mesurable de la puissance productive du travail. Dans la mesure où cela peut s’épanouir sans être saboté, je pense que l’humanité a une réelle chance de survie à long terme. En outre, cela donne aux forces patriotiques de la communauté transatlantique qui résistent aux objectifs transhumanistes un cadre de travail viable dont l’ennemi est pétrifié au cours des mois et des années à venir.

10)  Quels livres recommanderiez-vous pour mieux comprendre les enjeux actuels ?

M.E : Eh bien, je vais commencer par profiter de l’occasion pour faire un peu d’auto-promotion éhontée, car je viens de terminer le troisième et dernier volume de la trilogie The Clash of the Two Americas que j’ai écrite avec ma brillante épouse (intitulée « The Birth of a Eurasian Manifest Destiny« ). Cette trilogie fait suite à notre série en quatre parties intitulée Untold History of Canada, qui peut être consultée sur notre site Web www.canadianpatriot.org. – En outre, j’ai trouvé une grande valeur dans « Anglo-America Establishment » de Carol Quigley (1980), « How The Nation Was Won » de Graham Lowry (1984), « NATO’s Secret Armies » de Daniel Ganser (2005), « Devil’s Chessboard » de David Talbot (2015), « On the Trail of the Assassins » de Jim Garrison (1991). Anton Chaitkin, « Treason in America » (1984), et Fletcher Prouty, « The CIA, Vietnam and the Plot to Assassinate JFK » (1992).

En ce qui concerne la méthodologie (puisque la façon dont nous pensons à tout est toujours infiniment plus précieuse que ce que nous pensons à une chose particulière), je conseillerais vivement aux étudiants en histoire de se lier d’amitié avec Platon en se plongeant dans l’étude des dialogues platoniciens afin de développer un instinct pour l’art de poser des questions fructueuses et de déceler les paradoxes.

 

Merci de nous avoir accordé ce brillant entretien. A très bientôt. 

Propos recueillis par Le Cosaque pour le Réveil des Moutons, Entretien traduit par Arthur

 

Abonnement vidéo : manulrdm@gmail.com

Boutique :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code