18 juillet 2024

Haro sur les hérétiques de la vaccination magique

5 min read
5264 Views

« Je vais sur mes pas, raréfier mes saluts. » Cyrano

La période estivale s’achève et une petite musique commence à se faire entendre. En ce 24 aout, jour de la Saint Barthélemy, la majorité silencieuse ambitionne désormais de plus en plus ouvertement de persécuter les hérétiques, les agnostiques de l’injection, les (rares) opposants au pass sanitaire. Et l’on retrouve sans surprise aucune, les chiffres de l’expérience de Milgram : 60% gobent tout, 30% doutent, hésitent et finissent par céder et 10% résistent.

Je sais qu’il est de bon ton de s’extasier sur la mobilisation « exceptionnelle en plein été », que les chiffres des mobilisations sont faux (lesquels sont vrais ?!) que le pouvoir tremble et vacillera à la rentrée… Vous m’en voyez bien désolé mais ce n’est pas si simple. Bientôt nous aurons cinquante millions de cobayes plus ou moins volontaires. Car il ne faut pas s’y tromper, l’écrasante majorité de ce troupeau de plus en plus lassé par l’insoumission de quelques uns a devancé les menaces, le chantage et les injonctions de nos maitres. Personne ne risquait son travail au mois de juin et moins encore avant cette date. Très peu de professions sont en réalité concernées par l’obligation vaccinale encore à cette heure. Et pourtant, une masse immense, informe, sans volonté et sans âme, a couru dans les vaccinodromes, offert son corps aux expérimentations géniques de Big Pharma sur l’autel de leurs loisirs, de leur consommation névrotique, éprise de la liberté à demeurer esclave de ses pulsions matérialistes, de ses inclinaisons nihilistes.

« Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne se disent rien, eux, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit. » Octave Mirbeau, la Grève des électeurs.

Tout ceci n’est pas nouveau, le mythe des français gueulards, révolutionnaires, quelle farce, quelle sinistre méprise ! L’écrasante majorité de ces animaux domestiques est pour le pass, et pour la schlague contre les empêcheurs de vacciner en rond. Comme jadis ils étaient pour les confinements, pour les muselières, pour les guerres de l’OTAN, pour l’immigration, pour la diabolisation des fascistes, des racistes, des lepénistes, des révisionnistes, des pacifistes, pour les lois scélérates de la IIIème république, pour le massacre des communards, etc.

Je crains qu’il ne faille guère attendre longtemps avant que la vindicte populacière ne s’abatte

férocement sur les non vaccinés. Encouragée en cela par le pouvoir, ses médias, ses milliers de milliards de dette, d’argent magique. Sur la plupart des lieux de travail, en ville tout particulièrement, les quelques moutons noirs ayant échappé à la thérapie de choc sont depuis des semaines harcelés par leurs collègues et leur hiérarchie en dehors de tout cadre légal. Le conformisme se meut rapidement en totalitarisme, et le petit flic qui sommeille en chaque français moyen (pléonasme) commence à se réveiller. Ivre de certitude, saoulé de propagande qu’il s’approprie avec entrain à un point tel qu’il s’imagine penser par lui même, le voilà prêt à dénoncer, à licencier, à saigner le récalcitrant.

Que n’ont-ils pas pour se sentir si bien dans leur peau ? Encensés sur toutes les ondes, altruistes, patriotes (à peu de frais et ressorti pour l’occasion du cimetière cosmopolite), responsables et éclairés, leur soumission est portée au pinacle, leurs droits suivront, les nôtres ne sont déjà plus qu’un souvenir. Notre sort, le négatif du leur, bas du front, complotistes, ahuris, antisémites, la peine de mort pourrait bien être rétablie afin de mettre un point final à tout cela. Je l’ai déjà écrit mais répétons le, plus nous avancerons moins la raison aura droit de citer. Face aux déconvenues inévitables liées à l’inefficacité désormais bien connue et documentée des « vaccins », et aux batteries de mesures tyranniques à venir, le débat n’a plus lieu d’être.

Abonnement trimestriel à la piquouze, échec total de leur stratégie (si l’on admet qu’ils souhaitent lutter contre un méchant virus), mensonges éhontés et répétés sur les masques, sur l’absence d’obligations vaccinales, sur la protection offerte par les vaccins, sur la non contamination des vaccinés, sur tout de A à Z. Des policiers non vaccinés entrent sans pass sanitaire dans des établissements qui leurs sont en théorie interdits pour vérifier que les clients soient bien à jour de leurs piqures obligatoires, « gratuites » (et laïques?). Pour aller sur votre lieu de travail, non vacciné, il vous faut un test, prouvant que vous êtes négatif. Par contre le vacciné, porteur de passe, n’a pas besoin de test pour travailler, alors qu’il peut être positif et vous contaminer.

Cachez cette réalité que je ne saurais voir, tel sera sans doute la dernière étape de cet enfer prétendument sanitaire. En attendant la suite, climatique au hasard. Et devinez qui discerne, cette réalité. Précisément ceux que la masse anesthésiée se prépare à dévorer. Bien pratique, non ?


Article écrit par Jules pour le Réveil Des Moutons.

Soutenez le Réveil des Moutons en commandant un tee-shirts, une tasse ou une casquette : lereveildesmoutons@outlook.fr ou en MP sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *