5 juillet 2022

La course à la rupture de l’alliance Russie-Chine et « l’Ukraine de l’Asie-Pacifique ».

14 min read
3341 Views

Il existe une fenêtre d’opportunité ouverte pour que l’Occident reconnaisse l’échec total du modèle unipolaire avant que le point de non-retour ne soit passé.

 

Il est devenu courant pour les médias occidentaux et les armadas de penseurs géopolitiques de dépeindre l’alliance actuelle entre la Russie et la Chine comme une question de « convenance momentanée » ou comme un partenariat tendu entre deux régimes autoritaires concurrents ayant des aspirations impériales mondiales.
Cependant, si l’on regarde simplement les faits tels qu’ils sont, sans le filtre des « experts » qui vous disent comment interpréter la réalité, il devient extrêmement clair que ces évaluations géopolitiques cyniques peintes par les faiseurs d’opinion géopolitiques ne font guère plus qu’essayer d’analyser la vie à travers des lentilles qui ne voient que des cadavres. Ce n’est pas que ces analystes ne soient pas nécessairement préoccupés par la vérité (même si plus d’un ne l’est pas), mais en raison de leurs axiomes fondamentaux, leurs esprits limités ne peuvent pas envisager un système organisé par des paramètres non hobbesiens, qu’ils soient passés, présents ou futurs. C’est pour cette raison que ces penseurs ne peuvent pas comprendre la nature de l’alliance entre la Russie et la Chine, ni voir ou comprendre les parallèles frappants dans les efforts de guerre asymétrique visant à détruire l’une ou l’autre des puissances eurasiennes.

En raison de cette cécité intellectuelle, même chez de nombreux experts intelligents au sein de la communauté des médias alternatifs, je vais profiter de cette occasion pour évaluer brièvement certains des éléments clés des caractéristiques parallèles des deux opérations qui ont été déployées pour détruire à la fois la Russie et la Chine. Nous commencerons par examiner les tactiques révolutionnaires colorées, suivies des « stay behinds » de Gladio, de l’encerclement militaire, de la guerre biologique et enfin de l’utilisation des « cinquièmes colonnes ».

Tactiques de révolution par la couleur

Au cours des dernières décennies, la Russie et la Chine ont toutes deux été confrontées à des efforts obsessionnels visant à découper et à déstabiliser leurs gouvernements en utilisant des organisations de « promotion de la démocratie et de lutte contre la corruption » liées aux services de renseignement occidentaux.
Dans son Grand échiquier de 1997, le regretté gourou de la géopolitique Zbigniew Brzezinski a décrit avec passion sa vision d’une Russie découpée en morceaux : « Une Russie faiblement confédérée – composée d’une Russie européenne, d’une République sibérienne et d’une République extrême-orientale – aurait plus de facilité à cultiver des règlements économiques plus étroits avec l’Europe, avec les nouveaux États d’Asie centrale et avec l’Asie de l’Est, ce qui accélérerait ainsi le développement de la Russie elle-même. »

Au fil des ans, des mouvements financés par l’Occident ont vu le jour en Chine, appelant ouvertement à l’éclatement de la Chine en pas moins de cinq micro-États ethno-nationalistes appelés « Turkestan oriental, État libre du Tibet, Canton et Mandchourie ».

Le multimilliardaire purgé de l’État profond Guo Wengui (alias Miles Guo), qui opère désormais depuis New York, est allé jusqu’à créer une organisation insurrectionnelle internationale appelée « Le nouvel État fédéral de Chine », avec un nouveau drapeau, une nouvelle constitution et un nouvel hymne pour la Chine post-CCP, qui se produira sans aucun doute n’importe quand, selon l’imagination la plus folle de Guo.

Les dirigeants des deux nations ont clairement identifié les tactiques de « révolution colorée » comme une forme active de guerre asymétrique, ce qui a conduit les deux États à interdire un large éventail d’ONG financées par l’Occident (ou, si elles sont autorisées à exister sur leur territoire, à les obliger à s’enregistrer comme « agents étrangers »). Alors que le roi du financement de la révolution colorée George Soros a été banni de Chine en 1989, la Russie a mis plus de temps à acquérir le pouvoir et la confiance nécessaires pour interdire les opérations de l’Open Society du tueur à gages économique, ce qui a finalement été fait en 2015.

Des « stay-behinds » de type Gladio à leurs frontières

 

Le panier d’outils de la guerre asymétrique ne s’arrête pas aux tactiques révolutionnaires colorées, mais s’appuie sur des réseaux de provocateurs et d’extrémistes qui trouvent souvent leurs racines dans la non-punition de criminels de guerre virulents au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.
Ces survivants fascistes de deuxième et troisième générations qui ont été incorporés dans les services de renseignement occidentaux sous la houlette de l’OTAN après la Seconde Guerre mondiale restent l’un des secrets les plus gênants et les plus dangereux de l’ère moderne.

Les groupes idéologiques armés soigneusement préparés par les services de renseignements anglo-américains depuis la Seconde Guerre mondiale et qui ont continué à glorifier les collaborateurs nazis en tant que « grands héros » ont joué un rôle majeur pendant la Guerre froide, mais aussi à l’époque actuelle, remplie de banderistes, où des bataillons néonazis sont obsédés par l’idée de mener le djihad contre la Russie, comme leurs ancêtres spirituels l’avaient fait pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce problème n’est pas isolé en Europe de l’Est, mais persiste dans l’arrière-cour de la Chine, où la colonie militaire américaine du Japon maintient une forte tradition de traitement des criminels de guerre fascistes de la Seconde Guerre mondiale comme des héros (au grand dam de la Chine).
L’un des plus grands partis occupant 30% des sièges parlementaires japonais (et dirigé par l’ancien Premier ministre Shinzo Abe) est le parti Nippon Kaigi, qui affirme ouvertement que « le Japon devrait être applaudi pour avoir libéré une grande partie de l’Asie de l’Est » pendant la Seconde Guerre mondiale.
Malgré les nombreux élans antifascistes du Japon, qui cherche à maintenir une coexistence pacifique avec ses voisins eurasiens, le Nippon Kaigi va jusqu’à nier que le Japon ait commis des atrocités envers les Chinois pendant la Seconde Guerre mondiale, tout en essayant de maintenir la thèse selon laquelle le Japon était du côté de la justice en travaillant avec Hitler. N’oubliez pas qu’il s’agit également de la même colonie (qui accueille désormais plus de 50 000 soldats américains) dans laquelle l’ancien Premier ministre Shinzo Abe a appelé publiquement à acquérir des armes nucléaires américaines pour se défendre contre la Chine, une semaine après que Zelensky ait lancé ce même appel au nom de l’Ukraine à Munich le 19 février.

La domination du spectre complet : Atlantique, Arctique et Pacifique

À l’instar de la Russie, qui a vu la « domination à spectre complet » s’enrouler autour de son périmètre pendant plus de 20 ans, la Chine a également examiné les efforts en cours pour créer une « OTAN du Pacifique » appelée « le Quad » dans son arrière-cour.

Cette idée toxique est défendue depuis des années par des groupes de réflexion liés à l’OTAN, comme l’Atlantic Council et le CFR, et découle directement de la stratégie du « pivot vers l’Asie » d’Obama en 2012, qui a vu une large extension des systèmes de missiles, des sous-marins tridents, des exercices provocateurs de « liberté de navigation », des bases militaires et des efforts pour imposer des gouvernements contrôlés par les États-Unis et hostiles à la Chine dans la région Pacifique.
L’aspect ABM de ce programme (qui, de l’avis des experts, peut être facilement converti de « défensif » en « offensif ») se reflète dans le système de missiles THAAD déjà stationné en Corée du Sud, qui accueille actuellement plus de 28 000 soldats américains. En justifiant nominalement son existence pour arrêter la « menace nord-coréenne », la réalité est que ce système a toujours été dirigé vers la Chine.

 

Décrivant la loi d’autorisation de la défense nationale de 2022, d’un montant de 762 milliards de dollars, qui a reçu un soutien bipartisan quasi total, l’analyste Michael Klare a observé :
« Le gigantesque projet de loi sur la défense de 2022 – adopté avec un soutien écrasant des deux partis – fournit un plan détaillé pour entourer la Chine d’un réseau potentiellement étouffant de bases américaines, de forces militaires et d’États partenaires de plus en plus militarisés. L’objectif est de permettre à Washington de barricader l’armée de ce pays à l’intérieur de son propre territoire et de paralyser potentiellement son économie en cas de crise future. Pour les dirigeants chinois, qui ne peuvent certainement pas tolérer d’être encerclés de la sorte, c’est une invitation ouverte à… eh bien, il n’y a pas de raison de ne pas être direct… se battre pour sortir de l’enfermement. »

 

Taiwan, l’Ukraine du Pacifique

Il est évident que dans tout ce désordre, Taïwan (qui est un jouet anglo-américain depuis 1949) se comporte actuellement comme l' »Ukraine du Pacifique », de nombreux agents de premier plan opérant au sein du gouvernement appelant ouvertement à la défense militaire américaine de la province autonome de Chine contre les « méchants communistes » du continent.

Biden lui-même a promis que Taïwan pouvait « compter sur le soutien de l’Amérique » si une invasion éclatait à tout moment. Ces paroles de soutien ont été soutenues par un accord de 750 millions de dollars pour fournir un système militaire Howitzer à Taïwan en août 2021, un accord de 100 millions de dollars pour fournir et mettre à niveau les systèmes de missiles Patriot de Taïwan le 8 février 2022 et un autre accord de 95 millions de dollars pour les missiles le 6 avril 2022. Après le deuxième de ces trois accords, le ministère taïwanais des affaires étrangères a donné l’impression d’essayer de faire mieux que Zelensky Zelensky en déclarant :
« Face à l’expansion militaire continue et aux actions provocatrices de la Chine, notre pays maintiendra sa sécurité nationale avec une défense solide, et continuera à approfondir l’étroit partenariat de sécurité entre Taïwan et les États-Unis. »

Les préoccupations de la Chine concernant la vaste expansion des efforts américains visant à transformer Taïwan en une Ukraine du Pacifique (notamment le doublement du nombre de responsables militaires dans l’enceinte de l’ambassade américaine l’année dernière) sont bien réelles.

 

La guerre biologique au XXIe siècle

Il y a ensuite la question sérieuse de l’infrastructure d’armes biologiques du Pentagone, qui a démontré une caractéristique de ciblage ethnique, comme le souligne le manifeste du PNAC de septembre 2000 intitulé « Rebuilding Americas Defenses ». Dans ce manifeste néocon qui fait froid dans le dos, ses auteurs déclarent qu’au XXIe siècle, « les combats se dérouleront probablement dans de nouvelles dimensions : Dans l’espace, le cyberespace et peut-être le monde des microbes… des formes avancées de guerre biologique pouvant « cibler » des génotypes spécifiques pourraient transformer la guerre biologique du domaine de la terreur en un outil politiquement utile ».

Aujourd’hui, plus de 320 laboratoires biologiques gérés par le Pentagone sont dispersés stratégiquement dans le monde, avec un programme très actif intitulé « Jupitr » et « Centaur » situé en Corée du Sud. Ce dernier programme a suscité de vives inquiétudes de la part des Chinois et de nombreux Coréens depuis qu’Obama l’a inauguré en 2010 par un décret stipulant qu' »une entreprise scientifique robuste et productive qui utilise des agents biologiques et des toxines est essentielle à la sécurité nationale ».
C’est la même équipe qui nous a apporté le partenariat Obama-Lugar qui a établi une vaste infrastructure de laboratoire biologique en Géorgie alors qu’Obama n’était encore qu’un autre sénateur contrôlé par Soros avec des ambitions présidentielles.

Des travaux sur certaines des toxines les plus mortelles au monde ont été menés dans les biolaboratoires américains, notamment sur le botulisme, la ricine, le staphylocoque, l’anthrax et la peste. En 2015, l’armée américaine a été prise en flagrant délit d’envoi illégal d’échantillons d’anthrax vivant par FedEx au laboratoire américain de la base aérienne d’Oran, à 70 km au sud de Séoul.
Le passé sordide du Japon revient dans l’histoire, car la récente étude de Finian Cunningham, de Strategic Culture Foundation, sur les origines du complexe américain d’armes biologiques, s’intéresse à l’absorption par le complexe militaro-industriel de l' »Unité 731″ génocidaire sous le contrôle de Shiro Ishii. Cunningham a écrit :

« On estime que l’Unité 731 d’Ishii a causé jusqu’à 500 000 morts pendant la guerre par l’utilisation de la guerre biologique en larguant des agents pathogènes depuis des avions sur des villes chinoises des provinces de Hunan et de Zhejiang. L’unité a également mené des expériences forcées diaboliques sur des prisonniers de guerre chinois et russes afin d’étudier l’épidémiologie des maladies et des vaccins. Les détenus étaient infectés par des agents pathogènes et soumis à d’horribles morts atroces… Shiro Ishii et son réseau criminel n’ont jamais été traduits en justice après la guerre, malgré les demandes sérieuses des Soviétiques. Au contraire, les Américains qui occupaient le Japon continental lui ont accordé, ainsi qu’à son équipe de médecins, l’immunité contre toute poursuite en échange d’un accès exclusif aux expériences de guerre biologique et chimique. Le Pentagone a chargé ses experts de Fort Detrick, dans le Maryland, d’exploiter le trésor de données japonais. »

Cette liste ne serait pas complète sans la dernière considération…

 

Cinquièmes colonnes en Russie et en Chine

Les dirigeants des deux pays sont confrontés depuis des années aux cinquièmes colonnes du Forum économique mondial, comme Anatoly Chubais en Russie et Jack Ma, administrateur du WEF (et plus de quelques autres technocrates et milliardaires liés à la clique de Shanghai), à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine. Emanuel Pastreich a écrit quelques observations sur ces influences étrangères qui continuent d’exercer une influence pertinente en Chine via Shanghai en tant que foyer de la finance internationale :
« Shanghai est criblée d’intérêts financiers mondiaux, avec les sièges sociaux (ou certainement la principale succursale) de toutes les grandes banques d’investissement et sociétés multinationales qui y sont implantées. Leur impact sur l’économie chinoise reste immense.  Shanghai a une histoire de plus de cent ans en tant que centre du capital mondial ayant une relation parasitaire avec le reste de la nation. C’est Shanghai, après tout, qui a offert l’extraterritorialité aux citoyens des puissances impériales jusque dans les années 1940. »

Heureusement, depuis l’éviction de Soros, beaucoup des pires éléments de l’État profond de la Chine ont été progressivement désherbés par rafales à partir de 1989, puis 1997, et la plus grande purge robuste commencée en 2012 et qui se poursuit à ce jour.

Parmi les plus grands agents purgés par la répression de Xi contre la corruption figurent Ma Jian (ancien directeur adjoint du Bureau de la sécurité nationale de Chine), Zhang Yue (ancien secrétaire aux affaires juridiques du Hebei), Bo Zilai (ancien secrétaire du Parti communiste de Chonqing), Xu Caihou (vice-président de la Commission militaire chinoise) et le milliardaire Pony Ma (pour n’en citer que quelques-uns).
Il y a eu un affrontement évident entre ces forces traîtresses et les patriotes authentiques des deux nations qui se sont engagés à assurer la survie de leurs peuples en opposition à l’engagement religieux en faveur de la dépopulation, de la médiocrité culturelle et de l’asservissement mondial.

 

Au-delà de la simple survie

L’engagement de la Russie et de la Chine en faveur de la survie et de la coopération va bien au-delà des préoccupations utilitaires, comme le souligne leur déclaration conjointe du 4 février sur la coopération à l’aube d’une nouvelle ère, qui appelle à la poursuite de l’intégration de l’UEE et de la BRI, à l’harmonisation du renseignement militaire dans le cadre de l’OCS croissante et à une intégration internationale plus large du système multipolaire.

Parmi ses nombreux points importants, la déclaration se lit comme suit : « Les parties cherchent à faire avancer leurs travaux pour relier les plans de développement de l’Union économique eurasienne [UEE] et de l’initiative « Route de la Soie » en vue d’intensifier la coopération pratique entre l’UEE et la Chine dans divers domaines et de promouvoir une plus grande interconnexion entre les régions Asie-Pacifique et Eurasie. Les parties réaffirment l’importance qu’elles accordent à la construction du Grand partenariat eurasiatique, parallèlement et en coordination avec la construction de « la Route de la Soie », afin de favoriser le développement des associations régionales ainsi que les processus d’intégration bilatérale et multilatérale au profit des peuples du continent eurasiatique. »

Il y a encore une fenêtre d’opportunité ouverte pour que l’Occident se réveille et reconnaisse l’échec total du modèle unipolaire de gouvernance impériale avant que le point de non-retour ne soit passé. Reste à savoir si l’aptitude morale à mener cet exercice d’humilité existe encore.

 

Auteur : Matthew J.L. Ehret est journaliste, conférencier et fondateur de la revue Canadian Patriot Review.

Source : https://www.strategic-culture.org/news/2022/05/12/the-race-break-russia-china-alliance-and-ukraine-of-asia-pacific/

Article traduit par Arthur pour le Réveil des Moutons

 

Abonnement vidéo : manulrdm@gmail.com

Boutique :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code