18 juillet 2024

La fin du masque ?

3 min read
4230 Views

 

« Le mystère, c’est qu’ils soient devenus ces paquets de glaise. Dans quel moule terrible ont-ils passé, marqués par lui comme par une machine à emboutir ? » (Saint-Exupéry)

Le moule, certes, a été terrible, et la machine redoutablement efficace. Deux ans de port de masque, et voilà que déjà le réflexe est ancré, voilà que le rituel est codifié : on ne sort pas sans masque, on ne vit pas sans masque.

Les masques étaient bien censés tomber aujourd’hui : pourtant, ils furent de sortie dans les rues.

Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’une frange de la population ait conservé sa muselière, fortement plaquée sur le visage, confessant publiquement sa foi dans la religion covidiste. Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’une autre partie du peuple, bénissant le divin Jupiter-Macron, satisfaite de pouvoir souffler un peu à l’air libre, se soit surprise à dégainer le masque inutilement avant d’entrer ici ou là, dans quelque boulangerie ou quelque commerce, avant de rire sottement en constatant qu’elle avait attrapé non le covid, mais une véritable manie. Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’enfin de petits êtres frêles, tremblants, abîmés, anxieux, presque des flammèches oscillant entre vie et mort, sans pouvoir se l’expliquer et sans être des prosélytes covidistes, n’aient pu retirer leur masque.

La machine les a tous emboutis, le moule les a marqués, d’une façon ou d’une autre. Le moule du masque a fait effet, il a bien écrabouillé la cervelle : le Gouvernement peut le retirer maintenant, le mythe tient tout seul, il s’est solidifié dans leurs esprits.

Plus le temps passe, plus il sera difficile d’admettre qu’il y a eu arnaque, escroquerie, attentat : certains chercheront des justifications, brandiront de nouveaux chiffres (car on ne débat pas des chiffres, c’est bien connu) ; d’autres hausseront les épaules et oublieront, comme un enfant forcé oublie un viol. C’est un traumatisme trop laid, trop humiliant, il faudra qu’ils le chassent de leur mémoire. Et puis tout le monde l’a fait : 80 % des Français ont pris une dose, alors quoi ? Ils parleront d’autre chose surtout. Ils ne demanderont pas de compte, puisque cela sera passé, puisque cela sera derrière. Ardoise à zéro ! Et puis balivernes, au diable les oiseaux de malheur, il faudra clouer le bec de ces complotistes gênants. Que le grand-prêtre du covidisme repasse, que Macron soit réélu, qu’ils n’aient pas à remettre quoi que ce soit en question ! Encore quelques rebonds épidémiques, une quatrième dose tant qu’on y est… Et tout sera pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Malheur ! Si tu ne demandes pas justice, si tu ne cries pas ce que tu as subi, si tu te tais, enfant, le criminel te violera de nouveau. Il reviendra.

Hilda Lefort pour le Réveil des Moutons

Soutenir le Réveil des Moutons : https://www.patreon.com/manuldm

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *