5 juillet 2022
9974 Views

Texte Satirique !

Je me dois dès le début, de vous rappeler que cet article n’est en aucun cas un appel à la violence. Sur le site du réveil des moutons nous avons toujours été de nature pacifiste et nous tenons à le rester, parce que la violence, c’est mal et pas très gentil.

Pour ne pas avoir à faire l’apologie de la violence, je vais donc devoir vous demander de faire appel à votre fabuleuse imagination. Alors imaginez que vous vous promenez dans la rue, tranquilou, les clodos chantent, les punks à chien dansent et les allogènes essayent de vous escroquer, pour 30 balles, un morceau de pneu à peine camouflé… J’ai envie de vous dire, tout va bien Madame La Marquise, nous sommes en France !

Bon, vous cour euh vous vous baladez peinard, une main sur votre porte-feuille et l’autre pour vous pincer le nez, et là ! Vous voyez s’avancer vers vous, d’un pas décidé et menaçant, la grognasse féministe qui vous sert de voisine de palier depuis deux mois. Continuez à imaginer la scène, car tout ce qui vous sera conté par la suite n’est aucunement un conseil, mais juste une petite histoire fantastique sortie de notre imagination ! Alors le problème, c’est que la grosse Bertha vous a entendu, pas plus tard que la veille au soir, chanter à tue-tête dans votre appartement  » Maréchal nous voilà  ». L’immonde créature vous fonce dessus tel un pitbull enragé se dandinant par petits pas ! Un bon gros pitbull bien gras de 1m70 de haut sur 1m70 de large. Une belle bête comme diraient les anciens ! Un cageot américain venu tout droit de progrès-tonne-corpuland ! Toute sa graisse tressaute à chaque pas, ce qui ne manque pas de produire une sudation importante et malodorante au niveau du front, des seins, du dos et à l’entre fessier. Une mèche de cheveux verts vient recouvrir le haut de son crâne rasé à blanc. Son petit doigt boudiné, se distinguant à peine de la main agrippant comme si sa vie en dépendait un donut au sucre, vous pointe avec agressivité. L’autre main tenant non sans mal, un short de sport qui ne demande qu’à se faire la malle. Quant à son débardeur, lui aussi ne souhaite que se barrer, mais dans le sens contraire, laissant apparaître toute la laideur d’un nombril pendant devant son pubis, bien au-delà des cuisses. Son nez retroussé surplomb une moustache de duvet morveux presque aussi longs que les poils de ses aisselles poisseuses. Elle vous fusille du regard et commence à hurler dans un éclat de postillons sentant la hyène  »Fachoooooo !!! » tout en continuant à s’approcher de vous dangereusement. Scène d’horreur, vous en conviendrez.
À ce moment-là, que faire ? Le tas de merde approche de plus en plus… Lui mettre une bonne droite dans la face pour lui enfoncer ses chicots au fond de la gorge ? Non… Enfin Messieurs, cela n’est pas sérieux… Nous sommes des gentlemen. Un peu de savoir vivre tout de même… 

L’unique solution, si le tas de lipides sur pattes s’avance à moins d’un mètre de vous, c’est de lui coller une énorme gifle. Mais attention ! Pas n’importe quelle gifle ! Une gifle de professionnel ! Une gifle colossale, agrémentée d’un soupçon de galanterie, mais surtout dévastatrice et respectueuse de l’égalité homme/femme qu’elle réclame tous les jours à tue-tête ! Mais d’abord, je tiens encore une fois à préciser que tout ceci n’est qu’une mise en scène sortie tout droit de notre imagination et que jamais ! Ô grand jamais ! Il ne nous viendrait à l’idée de faire cela dans la réalité !

Vous me demandez pourquoi une gifle ? Et bien, je vous répondrais que pour assurer une gifle de qualité supérieure et éclater la face de votre éventuel agresseur avec classe et dignité, il faut que votre avant-bras soit complètement relâché en tenant votre main ouverte. À contrario, un poing fermé contracte l’avant-bras. Avec un coup-de-poing, si vous manquez de précision et tapez sur le crâne de votre adversaire, vous risquez de vous casser les os de la main. Or avec une gifle, aucun risque, vous pouvez vous faire plaisir tout en la jouant un max sécurité.

Où frapper ? Au choix, selon votre humeur, vous pouvez impacter la tronche de la grognasse sur l’oreille, la partie temporale, la mâchoire ou le menton. Mention spéciale pour le menton qui enverra la féministe inculte directement dans les bras de Morphée pendant au moins quelques secondes. 

Comment frapper ? Il faut à tout prix être relâché du poignet jusqu’à l’épaule. Le bras le long du corps. La gifle part donc du genou. Au fur et à mesure que votre main se lève, votre hanche fait une rotation en arrière. La main va ensuite venir gifler l’obèse de haut en bas (toujours de haut en bas, car la tête à claques d’en face aura tendance à baisser la tête par instinct de survie). Pendant ce temps-là, votre hanche et votre corps feront cette fois-ci une rotation vers l’avant, de façon à mettre tout votre poids dans la sainte gifle rédemptrice. Votre main gauche reste, quant à elle, en protection devant votre visage. Attention toutefois à ne pas faire une trop grande amplitude avec votre bras pour garder l’effet de surprise, car c’est surtout le corps qui doit tourner. Un petit conseil, entraînez-vous afin de gagner en vitesse et en précision. Lorsque vous aurez acquis une certaine maîtrise avec le plat de la main, recommencez avec le tranchant de la main pour un effet dévastateur et un plaisir démultiplié. Si l’on en croit la légende, certains l’auraient surnommée  »le baiser d’Attila.

Et niveau juridique ? Ben souvent classée comme  »violence éducative » ( et c’est ici l’exacte description de notre acte), la gifle est jugée moins violente que le coup-de-poing. Les sanctions sont donc moins lourdes, surtout en cas de légitime défense. C’est pas génial ça ! Que du bénef les amis !

Vous verrez que pour la gifle, l’essayer, c’est l’adopter. Mais pas la gifle d’efféminés ! Celle que je viens de vous expliquer, celle qui a fait voir les étoiles à la grosse Bertha dans un claquement aussi assourdissant qu’humiliant. À noter quand même que si vous avez en face de vous un adversaire comme ici, le mieux est de vous équiper auparavant de gants en latex jetables afin d’éviter que vos doigts rentrent en contact avec des restes d’huile de frites de Burger king avalé goulûment il y a dix minutes et la transpiration grasse infestée de microbes prenant sa source au niveau du haut du front. Des lunettes sont aussi fortement recommandées en cas d’éclaboussures de morve, bave et autres liquides répugnants. Si par malheur, il y a contact avec vos yeux ou votre bouche, rincez abondamment et contactez les urgences.

Mais tout ceci n’est que le fruit de notre imagination ! Nous sommes bien d’accord hein ! Le réveil des moutons ne prônera jamais la violence ! Parce que la violence c’est pas bien et le pacifisme, c’est bien.

Article écrit par Augustin du Réveil des Moutons

Soutenir le Réveil des Moutons : https://www.patreon.com/manuldm

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code