24 février 2024

La guerre de Crimée (1853-1856) et la russophobie à travers les âges

4 min read
46233 Views

J’ai plusieurs fois évoqué la russophobie dans mon livre sur Dostoïevski ou dans mes textes publiés
dans les médias russes (voir liens) ; elle est européenne cette russophobie, elle n’a pas attendu les
américains et elle est solidement enracinée. On peut dire qu’elle s’exprime une première fois dans la
conquête de la Russie par Napoléon qui est ainsi décrit par Tolstoï dans Guerre et paix : c’est l’Europe
et non la France (40% de la soldatesque) qui se jette à la gorge de la Russie. Chateaubriand (voyez
mon texte) est totalement isolé quinze ans plus tard quand il demande à la diplomatie française de
se rapprocher de la Russie et d’éviter les ombrageuses Autriche et Angleterre qui déclencheront les
conflits qui en terminèrent avec notre civilisation (elle est morte notre civilisation à l’époque de
Zweig ou Valéry, c’est son cadavre qui pue en ce moment).

La guerre de Crimée (1853-56, un million de victimes, de faim, de froid, de maladie, etc.), permet à
l’Europe presque entière de se défouler. La France (comme toujours bonapartiste, militariste,
autoritaire et humanitaire, lisez mon exception française), l’Angleterre qui sacrifia tous les chrétiens
(obsessionnelle habitude) d’orient pour protéger son adorable empire ottoman (qu’elle sacrifia
ensuite avec Lawrence et les sionistes), mais aussi la Sardaigne du très opportuniste Cavour,
l’Autriche très ingrate (sauvée par Nicolas en 1848, mais qui mobilisa cent mille hommes) et d’une
demi-douzaine d’autres nations font directement et indirectement la guerre à la Russie POUR
DEFENDRE L’EMPIRE OTTOMAN. Le contrat chrétien est rompu par les occidentaux, et la Grande
Catherine s’en plaignait déjà.

Ici ce qui m’intéresse c’est de rappeler que tous les gouvernements de ce continent zombi
approuvent systématiquement ce que font les américains. Les américains ont droit de vie et de mort
sur toute cette planète et tout le monde est content en Europe. Vers 1850 c’est l’Europe occidentale
– le couple franco-britannique – qui a ce droit (et refusera de le partager avec l’Allemagne) et qui,
avant les USA, s’estime le messie des nations sur cette pauvre terre – pour la piller ou la détruire ou la
moderniser…

Un historien russe de cette déjà triste époque s’en est rendu compte et il écrit au tzar Nicolas ; je
traduis de Wikipédia anglais (tout arrive) :

« Mikhaïl Pogodin, professeur d’histoire à l’Université de Moscou, avait donné à Nicolas un résumé
de la politique de la Russie envers les Slaves pendant la guerre. La réponse de Nicolas était remplie
de griefs contre l’Occident. Nicolas partageait le sentiment de Pogodine que le rôle de la Russie en
tant que protecteur des chrétiens orthodoxes dans l’Empire ottoman n’était pas compris et que la
Russie était injustement traitée par l’Occident. Nicolas avait particulièrement approuvé le passage
suivant :

« La France prend l’Algérie à la Turquie, et presque chaque année l’Angleterre annexe une autre
principauté indienne : rien de tout cela ne perturbe l’équilibre des forces ; mais lorsque la Russie
occupe la Moldavie et la Valachie, ne serait-ce que temporairement, cela perturbe l’équilibre des
forces. La France occupe Rome et y séjourne plusieurs années en temps de paix : ce n’est rien ; mais
la Russie ne songe qu’à occuper Constantinople, et la paix de l’Europe est menacée. Les Anglais
déclarent la guerre aux Chinois, qui les ont, semble-t-il, offensés : personne n’a le droit d’intervenir ;
mais la Russie est obligée de demander la permission à l’Europe si elle se querelle avec son voisin.
L'Angleterre menace la Grèce de soutenir les fausses prétentions d’un misérable Juif et brûle sa flotte

: c’est une action licite ; mais la Russie exige un traité pour protéger des millions de chrétiens, et cela
est censé renforcer sa position à l’Est au détriment de l’équilibre des forces. On ne peut rien attendre
de l’Occident que de la haine aveugle et de la méchanceté… (Commentaire en marge de Nicolas Ier :
« C’est tout l’enjeu »).
C’est tiré du Mémorandum de Mikhail Pogodin à Nicolas Ier, 1853.

Je ne vais pas trop commenter : l’occident a tous les droits, la Russie – ou qui que ce soit d’ailleurs –
n’en a aucun. Le résultat désastreux de cette guerre mena ensuite où l’on sait. Et il faut comprendre
une deuxième évidence : même faible, même risible, l’occident a la rage et ne s’arrête jamais. Lisez
notre livre de prières publié en 1852 par A. Stourdza : parce qu’à part les missiles rien ne peut arrêter
ces imbéciles. Ces siècles de la Fin pour reprendre Bernanos sont les siècles de la colère des imbéciles
fabriqués à la chaîne (télé ou autre) en occident depuis l’invention d’un certain Gutenberg. Leur
guerre n’en finira pas car elle n’a jamais cessé.

Par Nicolas Bonnal 

Soutenez le Réveil des Moutons : Soutenir par Patreon : http://patreon.com/independancemedia

Soutenir via Paypal ou Virement Bancaire, demander les liens : manulrdm@gmail.com

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *