26 septembre 2022

La puissance militaire croissante de la Chine

12 min read
26396 Views

Ce que beaucoup d’Occidentaux ont d’abord considéré comme une crise de colère de Pékin à la suite de la visite non autorisée de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, à Taïwan, semble être une stratégie mûrement réfléchie visant à réaffirmer progressivement la souveraineté de la Chine sur le territoire insulaire. La capacité de Pékin à agir de la sorte s’appuie sur la puissance militaire croissante de la nation.

Grâce à un arsenal de missiles unique et puissant et à une force aérienne, une marine et une force terrestre capables et en pleine expansion, la Chine a créé les moyens de renverser des décennies d’injustice, d’empiètement et d’encerclement de l’Occident contre le peuple chinois et son territoire. Même les analystes et les experts militaires occidentaux admettent que les capacités militaires de la Chine ont atteint des niveaux de classe mondiale. Ces capacités seront essentielles pour atteindre et défendre la souveraineté chinoise aujourd’hui et à l’avenir, par la dissuasion si possible, ou par la force si nécessaire.

La longue épée : la force de missiles de la Chine

Tout au long de l’histoire de l’humanité, les armes ont été utilisées pour donner à une force de combat une plus grande portée que ses adversaires. Qu’il s’agisse d’une épée, d’une lance ou d’une flèche, ceux qui ont la portée la plus longue et la plus efficace dominent souvent le champ de bataille. Sur le champ de bataille d’aujourd’hui, cette portée est obtenue grâce aux missiles.

Les forces de missiles modernes de la Chine sont les plus importantes et les plus performantes de la planète, même selon les analystes occidentaux. Grâce à une combinaison de missiles à longue, moyenne, intermédiaire et courte portée, ainsi qu’à une variété de missiles de croisière, la Chine a la capacité de frapper des cibles proches et lointaines.

Le Center for Strategic and International Studies (CSIS), financé par le gouvernement américain et l’industrie de l’armement, a rédigé, dans le cadre de son projet « China Power« , un document intitulé « How Are China’s Land-based Conventional Missile Forces Evolving« , qui a admis :

Les missiles conventionnels (non nucléaires) sont devenus une composante de plus en plus importante de la puissance militaire. Ils peuvent être utilisés pour dissuader les menaces ou projeter leur puissance à des centaines ou des milliers de kilomètres. Dans le cadre des efforts considérables déployés pour moderniser l’Armée populaire de libération (APL), la Chine a développé l’un des arsenaux de missiles conventionnels terrestres les plus puissants au monde.

Le même document admettrait également :

Selon le ministère américain de la Défense (DoD), les forces de missiles de la Chine en 2000 « étaient généralement de courte portée et de précision modeste ». Dans les années qui ont suivi, la Chine a développé l’arsenal de missiles balistiques et de croisière à lanceur terrestre « le plus important et le plus diversifié » du monde.

La Force des fusées de l’APL, qui entretient et exploite les missiles conventionnels et nucléaires terrestres de la Chine, a mis en service de multiples nouveaux systèmes de missiles au cours des dernières années. Nombre de ces missiles sont capables de transporter des charges conventionnelles et nucléaires.

Le document décrit des missiles de croisière capables d’atteindre des cibles terrestres n’importe où sur des champs de bataille potentiels comme Taïwan, des missiles tueurs de porte-avions qui seraient capables de cibler et de détruire des groupes de porte-avions américains, et des missiles hypersoniques capables de pénétrer les systèmes de défense antimissile occidentaux les plus avancés. Même sans la capacité de pénétrer les défenses antimissiles occidentales, le simple nombre de missiles chinois pourrait les saturer et les submerger.

Les forces de missiles de la Chine ont été constituées spécifiquement pour empêcher les États-Unis et leurs alliés de constituer des forces militaires à sa périphérie et de menacer ainsi l’intégrité territoriale de la Chine. Avec les défenses aériennes et les systèmes antinavires chinois, la Chine a mis en place de formidables capacités d’accès et de déni de zone (A2AD) qui empêcheraient les forces militaires américaines d’atteindre les cibles chinoises, sans parler de les engager.
Il convient également de noter que la Chine a mis au point des systèmes de roquettes à lancements multiples (MLRS) très performants, sous la forme du type PCL191. Il tire plus de roquettes que ses homologues américains, les tire plus loin et avec au moins autant de précision, guidées par le système chinois de navigation par satellite BeiDou.

Un article de Business Insider intitulé « Le nouveau système de lance-roquettes de la Chine est le plus puissant de tous les temps, et il se profile au-dessus du détroit de Taïwan » aurait constaté :

Le système est capable de tirer huit roquettes de 370 mm à une distance de 350 km ou deux missiles balistiques de 750 mm à 500 km.

Cela signifie que les capacités des MLRS chinoises peuvent atteindre n’importe quel endroit à l’intérieur ou autour de Taïwan depuis le continent. En fait, l’essentiel de toute opération militaire chinoise potentielle concernant Taïwan et une éventuelle intervention américaine peuvent être menées depuis le continent grâce aux forces de missiles et de roquettes étendues et performantes de la Chine.

 

Le Bouclier : A2AD chinois

 

Les opérations militaires russes en Ukraine ont été définies par les tirs à longue portée de la Russie ainsi que par l’A2AD. Son système de défense aérienne S-400, de premier ordre, se trouve au sommet d’un écosystème d’autres défenses aériennes à plus courte portée qui, lorsqu’elles sont mises en réseau et superposées, rendent l’espace aérien qu’elles protègent pratiquement impénétrable. Avec les armes de frappe à longue portée comme l’artillerie et les missiles balistiques à courte portée comme l’Iskander, les forces ukrainiennes ne peuvent se cacher nulle part et n’ont certainement aucun moyen d’avancer vers les positions russes. En faisant progresser ces capacités, la Russie a progressivement sécurisé le territoire du régime de Kiev.
Non seulement la Chine a imité de nombreuses tactiques et stratégies de la Russie, mais elle a carrément acheté ce que la Fédération de Russie a de mieux à offrir. Entre 2018 et 2020, la Chine a acheté deux régiments de systèmes russes S-400. La Chine produit également une grande variété de ses propres systèmes de défense aérienne basés sur le S-300 russe, le système Tor de la Russie, ainsi que des systèmes intégrant certains aspects du système de missiles américain Patriot.
Bien que les défenses aériennes chinoises n’aient pas été mises à l’épreuve comme leurs homologues russes, il va de soi qu’elles fonctionneraient avec une efficacité similaire et empêcheraient les forces américaines et autres intrus potentiels de pénétrer dans l’espace aérien chinois, sans parler des dommages qu’ils pourraient y causer.

La dague : La puissance aérienne chinoise

 

L’armée de l’air de l’Armée populaire de libération utilise des centaines d’avions de guerre modernes, dont le Chengdu J-10, le Shenyang J-11 et le J-16, ainsi que des dizaines de ses avions de guerre les plus récents, le Chengdu J-20.

Comme pour les défenses aériennes chinoises, la puissance aérienne chinoise a été fortement influencée par l’aviation militaire russe. Au fil des ans, en plus de ses propres avions de guerre, la Chine a acheté un certain nombre d’avions de guerre russes avancés, notamment le SU-27, le SU-30 et, plus récemment, le SU-35, selon le Diplomat dans son article de 2019 intitulé « Russia Offers China Another Batch of Su-35 Fighter Jets.« 

Bien que l’armée de l’air chinoise n’ait pas été confrontée à des combats, le fait qu’elle possède un grand nombre d’avions de guerre russes laisse penser qu’elle se comportera de la même manière que la puissance aérienne russe, comme cela a été démontré en Syrie à partir de 2015 et maintenant dans les opérations militaires en Ukraine.

Les avions de guerre eux-mêmes ne sont que des plates-formes pour une avionique et des armes avancées, ces dernières étant un facteur central définissant le succès de l’armée de l’air d’une nation. Dans un document intitulé « Chinese and Russian air-launched weapons : a test for Western air dominance », l’Institut international d’études stratégiques (IISS), financé par le gouvernement américain et l’industrie de l’armement, note les progrès réalisés par les missiles air-air (AAM) chinois :

L’étendue des progrès chinois dans le domaine des armes guidées air-air est apparue avec l’introduction du PL-10 AAM. Cette arme a apporté une nette amélioration des performances par rapport à la génération précédente de missiles à courte portée utilisés par l’Armée de l’air de l’Armée de libération du peuple (PLAAF), et son développement a placé la Chine parmi la poignée de nations disposant d’une base industrielle de défense capable de produire une telle arme.

Le document aurait également constaté :

La Chine développe également un AAM à très longue portée destiné à être utilisé pour attaquer des cibles de grande valeur telles que les avions ravitailleurs, les avions d’alerte précoce et les avions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR). En outre, Pékin semble poursuivre deux ou plusieurs configurations d’AAM à roquette et à statoréacteur.
D’ici le début ou le milieu des années 2020, la Chine disposera manifestement d’une gamme plus large – et beaucoup plus performante – d’armes air-air pour compléter les avions de combat actuellement en cours de développement. Ces armes obligeront probablement les États-Unis et leurs alliés régionaux à réexaminer non seulement leurs tactiques, techniques et procédures, mais aussi l’orientation de leurs propres programmes de développement aérospatial de combat.

La puissance aérienne chinoise, associée à ses formidables capacités A2AD, constitue une épée et un bouclier modernes capables de faire face à pratiquement toutes les menaces.

 

Autres facteurs critiques

Un domaine dans lequel les États-Unis dominent toujours est celui de leur flotte de sous-marins. Bien que la Chine possède un grand nombre de sous-marins dont les capacités s’améliorent, on pense que les États-Unis ont toujours un avantage dans ce domaine. Les sous-marins américains peuvent perturber la navigation entre les deux rives du détroit et menacer les cibles terrestres chinoises avec des missiles de croisière lancés par sous-marin.

Les sous-marins américains seraient l’une des rares plates-formes capables d’enfreindre les capacités A2AD chinoises. La guerre sous-marine moderne étant rare, il est difficile de s’inspirer d’exemples récents pour prédire les résultats possibles d’une guerre sous-marine entre les États-Unis et la Chine et il s’agit d’un facteur critique que seul le temps pourra révéler.

Les capacités militaires chinoises dans le domaine des médias, de la cybernétique et de l’espace seraient également cruciales dans tout conflit potentiel et sont des domaines dans lesquels les États-Unis comprennent clairement que la parité est presque atteinte avec leurs propres capacités ou l’a déjà été.
D’autres facteurs critiques qui entreraient en jeu lors des conflits les plus probables auxquels la Chine est confrontée seraient les capacités de ses forces terrestres. Les chars et les véhicules blindés chinois ont été développés grâce aux leçons tirées des plateformes russes et sont, il est vrai, au même niveau que leurs homologues occidentaux en termes de contrôle du feu, de blindage et de contre-mesures contre les missiles antichars. L’artillerie chinoise suit également le modèle russe, un modèle qui s’est avéré mortel et efficace en Ukraine.

La base industrielle massive de la Chine est à la base de toutes ces capacités. Les experts occidentaux, y compris ceux du Royal United Services Institute (RUSI), dans un document intitulé « The Return of Industrial Warfare », notent que l’Occident a pris du retard sur la Russie à cet égard.

Le document affirme :

Cette situation est d’autant plus critique que derrière l’invasion russe se trouve la capitale mondiale de la fabrication – la Chine. Alors que les États-Unis commencent à dépenser de plus en plus de leurs stocks pour maintenir l’Ukraine dans la guerre, la Chine n’a pas encore fourni d’aide militaire significative à la Russie. L’Occident doit partir du principe que la Chine ne permettra pas à la Russie d’être vaincue, notamment en raison d’un manque de munitions. Si la concurrence entre les autocraties et les démocraties est réellement entrée dans une phase militaire, l’arsenal de la démocratie doit d’abord améliorer radicalement son approche de la production de matériel en temps de guerre.

S’il est vrai que l’Occident est à la traîne de la Russie en termes de production industrielle militaire, c’est encore plus vrai pour la Chine. Si le document de la RUSI admet qu’il s’agit d’un problème auquel l’Occident doit remédier, il est peu probable qu’il puisse le faire. Quelles que soient les mesures prises par l’Occident pour améliorer sa capacité industrielle militaire, la Russie et la Chine ne se contenteront pas de suivre ces mesures, mais veilleront à les devancer.

Même si les capacités des États-Unis devaient égaler celles de la Chine, le fait qu’ils provoquent un conflit à l’autre bout du monde, notamment en ce qui concerne Taïwan, les désavantage sur le plan logistique. C’est un combat dans lequel les États-Unis ont de multiples désavantages et un combat que les États-Unis ne devraient pas choisir en premier lieu.
Pendant des décennies, la Chine a soigneusement cultivé ses capacités militaires pour la défendre contre l’agression étrangère, la subjugation et l’humiliation qui y est associée, toutes choses que le peuple chinois a subies aux mains des puissances occidentales dans le passé.

L’armée américaine admettant elle-même que les capacités militaires chinoises atteignent, à certains égards, la parité avec les capacités militaires américaines et les dépassent dans d’autres domaines, l’idée que les États-Unis utilisent impunément la force militaire sur le territoire chinois ou à proximité a considérablement diminué. En fait, l’urgence désespérée et irréfléchie qui s’est emparée de Washington ces dernières années concernant la Chine et l’incapacité croissante de Washington à la « contenir » est au centre des provocations américaines telles que la récente visite de Pelosi à Taiwan.

Il s’agira désormais pour Pékin de gérer les provocations supplémentaires et de plus en plus désespérées des États-Unis à l’encontre de la Chine afin de défendre la sécurité nationale chinoise tout en évitant un conflit potentiellement destructeur avec les États-Unis. La décision la plus logique que Washington puisse prendre est d’adopter un état d’esprit multipolaire lui permettant de coexister pacifiquement aux côtés de la Chine et d’autres nations plutôt que de poursuivre ses tentatives actuelles de s’affirmer au-dessus de toutes les autres nations.

 

Brian Berletic est un chercheur et écrivain en géopolitique basé à Bangkok., en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/08/15/china-s-growing-military-might/

 

Article traduit par Arthur pour le Réveil des Moutons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code