8 août 2022

La route de la soie polaire Russie-Chine avance à grands pas

11 min read
23151 Views

Depuis que l’extension arctique de la Nouvelle route de la soie de la Chine a été dévoilée pour la première fois dans un livre blanc de janvier 2018, un processus de développement de l’Arctique a été déclenché qui représente l’un des développements les plus importants et les plus sous-estimés sur Terre. Non seulement 10 jours seront gagnés par les marchandises circulant entre la Chine et l’Europe via la route arctique, mais un nouvel ensemble de mesures de construction de la civilisation est maintenant déclenché en opposition au programme de décroissance anti-humaine qui tente de diriger le monde vers un système de décroissance et de gouvernement mondial post-état-nation.

 

Alors que la politique unipolaire de l’OTAN est obsédée par la gouvernance mondiale et la militarisation de l’Arctique, la politique arctique eurasienne a pris un caractère très différent en mettant l’accent sur le développement économique et la coopération.

Bien entendu, la Russie n’a pas négligé le volet militaire de sa politique nordique, mais contrairement à l’Occident qui n’a pas de vision économique, la posture militaire de la Russie dans l’Arctique est définitivement défensive et principalement diplomatique. Comme l’a déclaré le ministre des affaires étrangères, M. Lavrov, à la fin du sommet de l’Arctique de l’année dernière en Alaska : « La Russie fait et fera beaucoup pour s’assurer que l’Arctique se développe comme un territoire de paix, de stabilité et de coopération. »

Cette conjonction des politiques nordiques de la Russie et de la Chine autour de la Route de la soie polaire ne devrait pas surprendre quiconque prête attention à l’étroite amitié stratégique entre les deux pays depuis l’annonce en 2015 d’une alliance entre l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie et l’initiative « Belt and Road ». Cette extension septentrionale de la Route de la soie maritime représente une force puissante pour transformer la dernière frontière inexplorée de la Terre, en convertissant l’Arctique d’une zone géopolitique de conflit vers un nouveau paradigme de coopération mutuelle et de développement.  Lors d’un récent forum de la BRI, Poutine a prononcé un discours dans lequel il a déclaré :

« les concepts du Grand partenariat eurasiatique et de « la Ceinture et la Route » sont tous deux ancrés dans les principes et les valeurs que tout le monde comprend : l’aspiration naturelle des nations à vivre en paix et en harmonie, à bénéficier du libre accès aux dernières réalisations scientifiques et au développement innovant, tout en préservant leur culture et leur identité spirituelle unique. En d’autres termes, nous sommes unis par nos intérêts stratégiques à long terme.« 

Quelques semaines avant ce discours, la Russie a dévoilé un plan audacieux pour le développement de l’Arctique lors de la conférence « Arctique : territoire de dialogue« , qui s’est depuis développé à pas de géant. Ce plan audacieux est lié au « Grand partenariat eurasien« , non seulement en étendant les routes, les chemins de fer et les nouvelles villes en Extrême-Orient, mais aussi en étendant la science et la civilisation à un terrain longtemps considéré comme totalement inhospitalier. L’un des projets clés de ce programme est l’achèvement du corridor international de transport nord-sud (INSTC), lancé en tant que programme indien, iranien et russe en 2002 et qui a connu un nouvel élan au cours des dernières années.

Alors que l’Occident n’a pas construit de nouvelles villes depuis plusieurs générations, la Russie a annoncé la construction de cinq grandes villes arctiques pouvant accueillir jusqu’à un million de personnes chacune dans les années à venir. Le ministre russe de la défense, Sergey Shoigu, dirige ce projet. Le ministre russe de la défense, Sergey Shoigu, est à la tête de ce projet. A ce sujet, Atle Staalesen a écrit dans Arctic Today :

« Shoigu considère que son plan directeur pour la Sibérie est étroitement lié aux marchés de la Chine voisine. Mais les nouvelles villes seront également importantes pour le développement de l’Arctique, affirme-t-il, et il fait référence au célèbre scientifique et écrivain du 18e siècle, Mikhaïl Lomonosov, qui a écrit que « la puissance russe grandira avec la Sibérie et l’océan Arctique, […] ». Selon Shoigu, Lomonosov n’a pas relié par hasard l’Arctique et la Sibérie. « Ils doivent être développés ensemble et non séparément », souligne-t-il, et il ajoute que « l’accent mis sur le développement de la région sibérienne est à la fois opportun et raisonnable. »

Généralement présentés comme un mégaprojet « anti-BRI » par des géopoliticiens à l’esprit étroit, l’INSTC et la BRI sont en réalité les deux faces d’un même programme et devraient plutôt être considérés comme un programme jumeau pour la croissance industrielle de l’Eurasie, de l’Asie du Sud-Ouest et même de l’Afrique. L’INSTC bénéficie actuellement de la coopération de 12 nations participantes et son extension nord a récemment été déplacée de Saint-Pétersbourg vers le port de Lavna à Mourmansk, en Russie. La branche occidentale du « corridor médian » de l’initiative de réforme du commerce (BRI), qui s’étend d’est en ouest à travers le Xinjiang, comporte également plusieurs corridors ferroviaires et routiers qui sont directement liés à l’INSTC, sans parler des connexions évidentes avec l’Extrême-Orient arctique.

Lorsqu’il sera entièrement achevé, l’INSTC ne contournera pas seulement la zone de la Méditerranée contrôlée par l’OTAN via le canal de Suez, trop encombré, mais réduira d’environ 10 jours et de 40 % les coûts de transport de l’actuelle route de Suez.

 

En 2019, la Chine et la Russie ont signé ensemble le premier accord de coopération scientifique mettant en place le « Centre de recherche arctique Chine-Russie » dans le cadre de la Route de la soie polaire.

Le succès de la BRI à ce jour

L’initiative « Belt and Road » a déjà conquis une grande partie de l’Afrique, car les chemins de fer, les ports et autres infrastructures reliés à la BRI apportent une bouffée d’air frais à des nations longtemps tenues en otage par les conditionnalités du FMI et de la Banque mondiale.

 

Le Pakistan et une grande partie de l’Asie du Sud-Ouest adhèrent également de plus en plus à la BRI par le biais du Corridor économique Chine-Pakistan, en pleine expansion. Vingt États arabes ont adhéré à la BRI et une grande partie de l’Amérique latine a également rejoint l’initiative avec des centaines de milliards de dollars de projets d’infrastructure.

Les vents favorables de la Chine : comment la BRI transforme l’Asie occidentale:
« Une crise est une occasion de profiter d’un vent dangereux« . C’est ce que dit un proverbe chinois, et cela n’est nulle part plus vrai que dans l’Asie de l’Ouest en proie à la crise, qui est aujourd’hui au cœur de la vision de la BRI de Pékin visant à apporter des infrastructures, de la connectivité et de la croissance économique à cette région en difficulté…

L’Union économique eurasienne en est maintenant aux dernières étapes d’un traité économique prévu de longue date entre la Chine et le bloc économique dirigé par la Russie, récemment décrit par le conseiller de Poutine, Sergey Glazyev.

Bien que les États-Unis et le Canada aient été invités à la BRI à de nombreuses reprises depuis sa création en 2013, aucune réponse positive n’a été autorisée par les structures de pouvoir de l’OTAN et des États profonds qui manipulent l’Occident.
Si l’activité de la Chine dans l’Arctique ne se manifeste que maintenant, sa stratégie arctique a commencé il y a de nombreuses années.

L’importance de la route de la soie arctique pour la Chine

La Chine a déployé sa première expédition de recherche dans l’Arctique en 1999, suivie de l’établissement de sa première station de recherche arctique à Svalbard, en Norvège, en 2004. Après des années d’efforts, la Chine a obtenu un siège d’observateur permanent au Conseil de l’Arctique en 2011 et a commencé à construire des brise-glace peu après, dépassant le Canada et presque les États-Unis dont les deux brise-glace dépassés ont dépassé leur durée de vie de plusieurs années.

Alors que les calottes glaciaires de l’Arctique continuent de reculer, la route maritime du Nord est devenue une priorité pour la Chine. Le fait que le temps de navigation entre le port chinois de Dalian et Rotterdam serait réduit de 10 jours rend cette alternative très attrayante. Les navires naviguant de la Chine vers l’Europe doivent actuellement passer par le détroit encombré de Malacca et le canal de Suez, soit 5 000 miles nautiques de plus que la route du Nord. L’ouverture des ressources de l’Arctique, vitales pour les perspectives à long terme de la Chine, est également un moteur important de cette initiative.
En vue de l’exploitation des ressources, la Chine et la Russie ont créé en 2016 un centre d’ingénierie et de recherche polaire russo-chinois afin de développer des capacités pour le développement du Nord, comme la construction sur le pergélisol, la création de plateformes résistantes à la glace et de brise-glace plus durables. Les nouvelles technologies nécessaires pour améliorer les ports, et les transports dans le froid glacial ont également été au centre des préoccupations. La Chine détient en outre une participation de 30 % dans le projet Yamal LNG et le gazoduc de 3 000 miles entre la Russie et la Chine « Power of Siberia » est devenu le principal fournisseur des besoins en pétrole et en gaz naturel de la Chine depuis qu’il est entré en service en 2019.

Alors que les États occidentaux s’empressent d’arrêter tous les carburants à base d’hydrocarbures dans une course suicidaire à la décarbonisation, la Russie et la Chine ont signé un accord sur le projet Power of Siberia 2, d’une longueur de 2600 km, qui non seulement répondra aux besoins de croissance de la Chine pour les prochaines décennies, mais compensera facilement la perte des ventes de gaz à l’Europe, le rideau de fer étant à nouveau érigé. Les gisements de gaz de la péninsule de Yamal, qui alimentent le projet Power of Siberia 2 en Chine, ne répondent actuellement qu’aux besoins européens, ce qui va bientôt changer radicalement.

Là où la ceinture va, la route suit

Si la BRI comporte deux composantes (terre et mer), le fait est qu’elles sont inextricablement liées. Les rails, les ports et d’autres pratiques d’édification de la civilisation motivées par une croyance dans le progrès scientifique et technologique ont conféré à cette conception la puissance et la flexibilité nécessaires pour s’adapter aux voies de développement choisies par chaque nation. C’est là le mystérieux « ingrédient secret » de la puissante adaptabilité de la BRI, qui laisse perplexe les géopoliticiens à l’esprit fermé qui ne peuvent penser qu’en termes de somme nulle.

Le progrès scientifique et technologique, lorsqu’il est façonné par l’intention de défendre le bien commun, représente une exigence UNIVERSELLE pour la survie de l’humanité et satisfait un désir créatif au plus profond de chacun. Sans cet engagement en faveur de l’amélioration continue des pouvoirs productifs de la société et de la qualité de vie, une société sera toujours divisée par l’intérêt personnel localisé de ses parties qui luttent pour leurs propres avantages à court terme. Tel a été le sort de l’Occident lorsqu’il s’est lancé dans une société de consommation mue par un « mode d’existence post-industriel » après les assassinats des années 1960 et le flottement du dollar américain en 1971.

Ce concept de développement commun de l’humanité, tant dans son ensemble que dans toutes ses composantes, a été repris récemment par Xi Jinping qui a déclaré :

« La Chine est prête à promouvoir conjointement l’initiative « la Ceinture et la Route » avec les partenaires internationaux. Nous espérons créer de nouveaux moteurs pour alimenter le développement commun grâce à cette nouvelle plateforme de coopération internationale ; et nous espérons en faire une route de paix, de prospérité, d’ouverture, de développement vert et d’innovation et une route qui rassemble différentes civilisations.« 

Au cours de la dernière décennie, la BRI est passée d’un concept vague et ouvert en 2013 à l’entreprise la plus ambitieuse de l’histoire de l’humanité se développant en trois lignes ferroviaires primaires, des milliers de kilomètres de trains à grande vitesse, des extensions dans l’Arctique et dans l’espace, de nouveaux couloirs industriels, de nouveaux modes de façonnement de la politique d’éducation et surtout de nouveaux modes d’exécution des activités bancaires, contrairement à ce qui se fait en Occident.
Bien entendu, les calomnies contre la BRI se multiplient chaque jour, à l’intention des gens normaux qui sont amenés à croire que la Chine utilise la « diplomatie du piège de la dette » ou que la Russie cherche à dominer le monde dès qu’elle aura conquis l’Ukraine.

Les théoriciens du complot les plus attentifs sont amenés à croire que l’alliance entre la Russie et la Chine n’est qu’un autre élément de la grande réinitialisation visant à réduire la population mondiale au statut de bétail stupéfié. Comment cet objectif insidieux sera-t-il atteint grâce à la construction de projets d’infrastructure à grande échelle, à une formation technique de masse, à des percées scientifiques et à une croissance industrielle à large spectre ? C’est une question à laquelle ces cyniques ne réfléchissent pas.

 

 

Auteur : Matthew J.L. Ehret est journaliste, conférencier et fondateur de la revue Canadian Patriot Review. Il est l’auteur de la série de livres  » Untold History of Canada  » et de la trilogie Clash of the Two Americas. En 2019, il a cofondé la Rising Tide Foundation, basée à Montréal

 

Source: https://canadianpatriot.org/2022/07/13/the-russia-china-polar-silk-road-speeds-ahead/

 

Article traduit par Arthur pour le Réveil des Moutons

 

Boutique et Soutien : manulrdm@gmail.com
https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code