8 août 2022

La Russie et la Turquie combattent ensemble la crise céréalière de l’Occident

7 min read
23068 Views

Comme l’ont souligné à plusieurs reprises les dirigeants de la Russie et de la Turquie, l’état des relations russo-turques au cours des dix dernières années a constitué une véritable percée stratégique. Au cours de cette période, le volume des liens économiques a été multiplié par plus de 30 et il touche des sphères complètement différentes, y compris la sécurité alimentaire.

C’est la sécurité alimentaire qui était au centre de la rencontre entre le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu et son homologue russe Sergey Lavrov à Ankara l’autre jour, au cours de laquelle le ministre turc a de nouveau proposé l’implication de son pays pour résoudre la crise des céréales qui a éclaté dans le contexte du conflit ukrainien et des sanctions anti-russes de l’Occident. Il a notamment été confirmé que des millions de tonnes de céréales russes attendent déjà d’être expédiées vers les marchés mondiaux via un corridor sécurisé, qu’il est prévu d’établir en mer Noire avec la médiation de la Turquie.

À la veille de cette réunion, afin d’éviter les problèmes d’approvisionnement en céréales russes sur les marchés mondiaux, la société russe United Grain Company (UGC) a signé des contrats de fourniture de céréales à la Turquie pour un montant de 3 milliards de roubles, avec paiement en roubles. L’Occident ayant créé des obstacles artificiels sur le marché des céréales par le biais de sanctions restrictives contre la participation de la Russie, le président russe Vladimir Poutine a changé les règles du jeu sur le marché alimentaire mondial, a déclaré l’UGC. Les céréales et autres produits agricoles russes ne peuvent désormais être achetés que sur la Bourse nationale des marchandises et uniquement en roubles. Ainsi, aucune bourse étrangère ne pourra influencer les prix des céréales ou autres denrées alimentaires russes. Quant aux intérêts propres de la Russie, d’une part elle veut se protéger contre le vol d’argent et de produits, et d’autre part elle veut pouvoir influencer les prix mondiaux et fixer des prix équitables pour les céréales, plutôt que d’être contrôlée par les spéculateurs occidentaux. À cet égard, l’Union russe des exportateurs de céréales, dont fait également partie l’UGC, a demandé fin mars à la Banque centrale russe d’étudier la possibilité d’effectuer des paiements en roubles dans le cadre de contrats d’exportation par des acheteurs étrangers de céréales russes. Cette initiative a été lancée en raison des difficultés rencontrées par l’Occident pour obtenir des paiements dans le contexte de l’opération militaire en Ukraine. L’Union des exportateurs de céréales est convaincue que le choix de la monnaie russe est dû à une « opportunité économique » et réduit les risques liés aux fluctuations du taux de change. Par exemple, plusieurs contrats ont déjà été signés avec la Turquie, le plus récent en mars de cette année.

Selon Dmitry Sergeyev, directeur général d’UGC, UGC a exporté près de 3 millions de tonnes de céréales en 2021. Le principal marché de l’entreprise est l’Égypte, où UGC s’est classé au premier rang des exportateurs russes avec 1,5m de tonnes de blé en deux saisons de croissance. « La principale direction que la Russie s’efforce de suivre aujourd’hui est de se débarrasser complètement de la médiation des négociants internationaux et de travailler directement avec les pays importateurs« , a déclaré le chef d’UGC.

Le groupe UGC est un opérateur de commerce et de logistique agricoles et est la seule entreprise d’infrastructure publique de Russie sur le marché des produits agricoles. UGC est l’un des cinq premiers exportateurs de céréales de Russie. Le groupe est détenu par l’État (50 % plus 1 action) et Demetra Holding (50 % moins 1 action), une société agricole russe qui combine des actifs céréaliers et logistiques. Les actifs du groupe comprennent 9 silos à grains d’une capacité totale de stockage de 720 000 tonnes, 3 usines de transformation d’une capacité de 490 000 tonnes par an, et deux terminaux portuaires d’une capacité totale de transbordement de 7,8 millions de tonnes par an, dont PJSC Novorossiysk Grain Plant (NGP).

Lors d’une réunion avec le directeur de la United Grain Company, Dmitry Sergeyev, le 6 juillet, le président Vladimir Poutine a déclaré que la récolte de céréales de cette année en Russie pourrait être la plus importante de l’histoire du pays. Le 6 juillet, la Banque centrale de Russie a indiqué que la Russie avait établi son propre indice d’échange pour le blé et que le prix de cette denrée avait déjà chuté de 40 % depuis mars.

Les experts internationaux reconnaissent que la Russie n’a cessé d’accroître sa part du marché mondial du blé ces dernières années et qu’elle cherche à consolider son leadership dans ce domaine. Au cours des 20 dernières années, la Russie est passée du statut d’importateur de blé à celui d’exportateur, avec une part de 20 % de l’offre mondiale. « La production et les volumes d’exportation de blé de la Russie ont connu une augmentation stupéfiante. Elle a travaillé dur pour augmenter sa part de marché et cette part continue de croître », admet James Bolesworth, directeur de UK CRM AgriCommodities. La Russie est l’un des trois premiers producteurs de blé, et plus d’une centaine de pays achètent son blé, notamment l’Égypte, les Philippines, l’Arabie saoudite, l’Algérie, la Turquie, le Brésil, le Vietnam et la Tanzanie.
Comme on le sait, les sanctions occidentales contre la Russie, qui a été contrainte de mener une opération spéciale en Ukraine pour dénazifier ce pays en raison des activités ouvertement nazies du régime fantoche de Kiev, ont amené le monde au bord d’une catastrophe alimentaire. Afin d’imposer au monde des politiques russophobes et de discréditer la Russie, l’Occident l’accuse de plus en plus ces derniers temps de bloquer les exportations de céréales en provenance d’Ukraine et de provoquer prétendument une crise alimentaire. Le président russe Vladimir Poutine n’a cessé d’informer les dirigeants étrangers des causes réelles de la crise lors de ses rencontres personnelles et de ses conversations téléphoniques, ainsi que lors de ses récents entretiens avec le secrétaire général des Nations unies, António Guterres. En particulier, le dirigeant russe a souligné à plusieurs reprises que la Russie n’a imposé aucune restriction à l’exportation de ses engrais ou de ses céréales, démontrant au contraire sa volonté de participer à la résolution de la crise alimentaire mondiale. Toutes les restrictions récentes sont uniquement dues aux sanctions occidentales contre certains ports maritimes russes, créant des difficultés pour assurer les cargaisons. Les propriétaires d’entreprises russes ont été sanctionnés, ce qui rend difficile la conclusion de contrats et complique les transactions financières. Et tout cela est fait par « l’Occident collectif« , manifestement à dessein, malgré les avertissements répétés des experts et des médias mondiaux sur l’imminence de la famine en Afrique et de la migration mondiale du sud vers le nord, avec un mépris flagrant pour les préoccupations et les demandes des pays les plus pauvres du monde. Toutefois, après des négociations entre la Russie, la Turquie et l’ONU, le problème des céréales ukrainiennes a progressivement commencé à être résolu.

Néanmoins, les provocations occidentales dans ce sens n’ont malheureusement pas cessé. Elles tentent de porter atteinte aux mesures prises par la Russie, et notamment avec la Turquie, pour améliorer la sécurité alimentaire en matière d’approvisionnement en céréales sur les marchés mondiaux, afin de déclencher artificiellement une crise dans les relations entre Moscou et Ankara sur ce front. Et un dernier exemple concret de cela pourrait être l’incident du cargo sec kazakh Zhibek Zholy, battant pavillon russe, qui a quitté le port de Berdyansk pour rejoindre les côtes turques début juillet, transportant environ 7 000 tonnes de céréales. Dans le même temps, des tentatives ont été faites du côté ukrainien et avec le soutien informationnel de certains médias occidentaux pour accuser Moscou d’exporter illégalement du « grain ukrainien« , afin de forcer la Turquie à imposer des sanctions sur la cargaison et le cargo sec kazakh. Cependant, Ankara n’a pas succombé à ces provocations, la partie turque n’a pris aucune mesure contre le navire à cargaison sèche loué par la partie russe dans le port et aucune confiscation n’a eu lieu.

Par conséquent, une nouvelle tentative de l’Occident de faire dérailler les efforts de la Russie pour combattre sa crise céréalière manifestement politique et intéressée a été déjouée, tandis que Moscou et Ankara continuent de coopérer avec succès, notamment pour renforcer la sécurité alimentaire.

Vladimir Odintsov, observateur politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.

Article traduit par Arthur pour le Réveil des Moutons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code