28 mai 2024

La sale vérité sur la guerre menée par les États-Unis contre le gouvernement libre du Pakistan

7 min read
10675 Views

Une série de faits étranges se sont produits début avril, stupéfiant les initiés de Washington mais totalement censurés par la presse et la Maison Blanche. Deux ressortissants étrangers ont été arrêtés pour avoir pénétré les détails des services secrets utilisés pour protéger le président Biden, son épouse Jill et la vice-présidente Harris. Les agents ont été « mis en congé ».
Il n’y a que quelques raisons pour lesquelles une telle chose a pu être faite, une chose qui a coûté des millions de dollars blanchis et aussi une chose qui a prouvé que les plus hauts échelons du gouvernement américain sont si ineptes et corrompus que l’on ne peut faire confiance à rien à Washington ou en dépendre.

Il n’a pas fallu longtemps pour remonter la piste des personnes impliquées jusqu’à un oligarque ayant des liens bien établis avec l’agence de renseignement turque MIT. Un stratagème similaire contre l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, Michael Flynn, avait été découvert au début de l’administration Trump, conduisant à la démission de Flynn.

Mais voici ce qui est clé ; les rapports publiés par le New York Times accusaient l’ISI du Pakistan et non la Turquie. De plus, et c’est un lien qui doit être fait dans un monde où la croyance en des coïncidences innocentes peut être fatale, vous voyez, le New York Times a également fait pression pour l’éviction d’Imran Khan, en se basant, en partie, sur le faux « fait » que Khan « s’accroche à son poste » uniquement parce que l’ISI, l’organisation dont ils disent qu’elle fait probablement chanter le président Biden, est alliée à Khan.

Mais la vérité, comme c’est souvent le cas avec le New York Times, est tout le contraire. L’ISI, selon Khan, opère sous les ordres directs du gouvernement américain, et Khan a une lettre pour le prouver.
D’autres sources soutiennent l’affirmation de Khan et vont beaucoup plus loin, en affirmant que les États-Unis ont versé des millions de dollars de pots-de-vin provenant de l’argent de la drogue en Afghanistan dans les poches non seulement des dirigeants des partis d’opposition, mais aussi de l’ISI et d’autres membres clés de l’armée pakistanaise.

Veterans Today a une certaine expérience du Pakistan. En 2010, j’ai informé le général Pasha, directeur de l’ISI, sur des questions clés liées à la prolifération nucléaire et d’autres sujets. Bien entendu, le meilleur et peut-être le plus célèbre directeur de l’ISI du Pakistan, le général Hamid Gul, a été rédacteur en chef de Veterans Today pendant quelques années, jusqu’à sa mort.
En outre, les anciens chefs militaires pakistanais, l’amiral Sirohey et le général Beg, sont affiliés depuis longtemps à VT, tout comme un certain nombre d’autres officiers généraux de l’armée pakistanaise qui sont correspondants pour VT Islamabad.

La question clé, cependant, est liée à la guerre d’Ukraine et aux efforts considérables déployés par les États-Unis pour évincer Khan, qui refusait de suivre la « ligne du parti » et de commencer à soutenir les affirmations délirantes de la presse occidentale sur la Russie et les crimes de guerre présumés.
Non seulement Khan sait mieux que quiconque qu’il ne faut pas accepter ces propos insensés, mais, comme tout autre dirigeant national, il a simplement tenu tête aux États-Unis lorsqu’on lui a ordonné de commencer à mentir ou d’en subir les conséquences.
Ainsi, dans les jours à venir, Khan disparaîtra ou le Pakistan sera réduit en cendres.

Historique

Le 9 avril 2022, le Premier ministre pakistanais, Imran Khan, a été évincé après des semaines de manœuvres politiques. Les propagandistes et les désinformateurs tentent de dépeindre cela comme un échec des politiques économiques de Khan. En réalité, les États-Unis avaient versé de l’argent à des chefs militaires corrompus et, en particulier, à l’échelon supérieur de l’ISI, une organisation qui s’est spécialisée dans les actes sombres pour ses maîtres de la CIA pendant des décennies.
Cet auteur entretient une amitié de longue date avec Khan depuis quelques années et a passé de nombreuses heures à discuter des relations difficiles avec les États-Unis. Le principal problème, selon Khan, tel qu’il l’a exprimé au cours de nos conversations, est le préjudice économique massif subi par le Pakistan en raison de la fausse guerre américaine contre le terrorisme. Le Pakistan a perdu des milliards lorsque la guerre en Afghanistan s’est étendue au Pakistan, mais l’histoire est plus vaste.
Les agences de renseignement de l’Inde et d’Israël, travaillant souvent avec le MI-6, et fortement financées par les opérations de narcotiques mises en place par USAID après l’invasion américaine, ont été canalisées dans des efforts de déstabilisation contre le Pakistan et l’Iran. L’Afghanistan, qui a une frontière commune, est devenu le point d’attache de groupes terroristes « sur mesure » qui opéraient depuis des refuges en Afghanistan contre les régions pakistanaises de Swat et du Baloutchistan, ainsi que contre de vastes régions de l’est de l’Iran.

 

Conclusion
La grande crainte de nombreux Américains est pour Joe Biden. Biden a une longue histoire de double jeu intelligent dans les affaires internationales, le plus souvent au nom des États-Unis. La politique intérieure de Joe Biden dans des domaines tels que la santé, l’environnement et l’économie est bien pensée et fait preuve de clairvoyance et d’humanité.
En revanche, en politique étrangère, le « nouveau » Joe Biden est un pur « Bush ».
La rhétorique de Joe Biden, basée sur des mises en scène à moitié soutenues d’incidents en Ukraine que n’importe quel enfant pourrait déchiffrer, indique que quelque chose ne va pas du tout. Pourtant, Biden vient de faire passer un candidat exceptionnel à la Cour suprême contre une forte résistance et peut encore faire preuve d’éloquence lorsqu’il parle de ses objectifs nationaux.
En revanche, en politique étrangère, il semble s’être égaré, ou quelque chose de pire.
Nous découvrons alors qu’une agence de renseignement étrangère a distribué de l’argent, de nouveaux appartements et des cadeaux somptueux à ceux qui entourent le président, le vice-président et leurs familles.

De plus, ceux qui ont « incendié » les services secrets des États-Unis étaient « déguisés » en agents du département de la sécurité intérieure, soi-disant.
Personne ne croit à cela ou à tout ce qu’on nous raconte.

Ce que nous pouvons supposer, entièrement ou partiellement, c’est que :
⦁ Biden et Harris sont tous deux compromis par cette situation et la politique américaine à l’égard de l’Ukraine est probablement l’endroit où des efforts sont faits pour contraindre certaines actions et déclarations au nom des groupes criminels que les professionnels du renseignement aux États-Unis, au Royaume-Uni et ailleurs considèrent comme étant derrière Zelensky.

⦁ Les médias américains, sous la direction de leur institution la plus corrompue, le New York Times, ont tenté de rejeter la faute sur Imran Khan, non pas pour la consommation publique, mais pour le Congrès, le Pentagone et la CIA.

⦁ Après quatre années de présidence Trump, où Trump lui-même et les membres de sa famille ont empoché des centaines de millions, voire des milliards, grâce à des accords d’initiés avec les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Bahreïn, la Chine et d’autres pays, on peut supposer qu’une corruption omniprésente, sans limites et sous la protection totale de la presse, peut être attendue des États-Unis à partir de maintenant.

 

 

Gordon Duff est un ancien combattant des Marines de la guerre du Vietnam qui travaille depuis des décennies sur les questions relatives aux anciens combattants et aux prisonniers de guerre et qui se concerte avec des gouvernements confrontés à des problèmes de sécurité. Il est rédacteur en chef et président du conseil d’administration de Veterans Today, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.

Source : https://journal-neo.org/2022/04/14/the-nasty-truth-about-americas-war-on-pakistans-free-government/

Traduction: Arthur pour le Réveil des Moutons

 

Boutique ( vidéos complètes ) :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *