26 mai 2024

La victoire attendue de Macron et les leçons de la trahison des parlementaires

3 min read
83422 Views

Ouf, la motion de censure a été rejetée. Désormais on ne va plus rigoler, d’autant qu’en Hollande
l’injustice suit son cours politique : ils vont passer sur le corps des fermiers électoralement victorieux.

Voter ? La démocratie parlementaire avait eu en Bakounine son Jérémie. Roberto Michels le
rappelait :

« II était en effet convaincu que dans une société où le peuple est dominé, sous le rapport
économique, par une majorité possédante, le plus libre des systèmes électoraux ne peut être qu’une
vaine illusion. »

Certains naïfs croient encore aux élections et aux parlementaires (Meloni ? Berlusconi ?), qui feraient
mieux de relire Mirbeau et son invitation à ne pas voter. Un petit rappel pour rafraîchir, dirait Léon
Bloy, l’imagination des bons chrétiens. En 2007 sitôt élu, Sarkozy avait annulé le référendum hostile
au traité de Lisbonne et le fit voter au parlement qui s’empressa de trahir les vœux des froncés. Il faut
dire que ce froncé sait rarement ce qu’il veut : ils étaient rappelez-vous 55% à voter CONTRE en 2005
mais étaient 75% à voter POUR les candidats pro-européens au premier tour des présidentielles
deux ans plus tard. Le Pen était jeté aux oubliettes, jugé pas assez pro-européen. Il faut relire Céline
et Drumont, camarades, pas les conseils des experts en manip du cerveau…

Le Triomphe presque romain de Macron-Borne au parlement-croupion va être célébré par les médias
tous aux ordres (ça donne ça, la culture de la subvention-corruption) : la dictature en marche sera
parlementaire (comme en Chine ou en Allemagne 1933). Macron, qui a déjà militarisé Paris avec des
agents ukrainiens dit-on (rappelez-vous Taine sur le rôle des étrangers, allemands et mulâtres
américains, pendant la Terreur française : ils n’ont pas les scrupules des locaux…) va pouvoir nous
priver d'eau et numériser l’euro maintenant. L’occasion de donner à nos lecteurs du grain à moudre
avec un thème et un auteur célèbre, Roberto Michels. Il pense des tendances oligarchiques de nos
démocraties parlementaires : « … il surgit toujours et nécessairement, au sein des masses, une
nouvelle minorité organisée qui s’élève au rang d’une classe dirigeante… Eternellement mineure, la
majorité des hommes se verrait ainsi obligée, voire prédestinée par la triste fatalité de l’histoire, à
subir la domination d’une petite minorité issue de ses flancs et à servir de piédestal à la grandeur
d'une oligarchie ».

La colère de la rue ? Dans la France ZEFiste-covidiste-écolo-féministe 2023 ? Allons donc. Mon ami
bourguignon Antoine, restaurateur survivant de son état et de passage à Paris, me parle des
poubelles qui ne gênent pas une seconde les parigots et surtout des mines exquises des flics : plein
de primes et pas ou peu de manifestants à triquer. Il faut vous préparer à la mort collective, lecteurs,
ou à la survie individuelle dans cet hexagone. Car ailleurs le bras du mondialisme s’est aussi allongé,
comme dirait Tolkien.

Un beau combat personnel nous attend.

Article écrit par Nicolas Bonnal pour le Réveil des Moutons 

Pour soutenir efficacement le RDM et ses émissions : Virement bancaire, Patreon, Paypal me demander les liens : manulrdm@gmail.com ou en MP sur les réseaux sociaux. Si j’affiche les liens vous connaissez la suite… Merci d’avance à tous !

 

1 thought on “La victoire attendue de Macron et les leçons de la trahison des parlementaires

  1. Lagarde, qui s’est faite avoir en videoconf par 2 russes sournois, annonce l’euro numérique (CDBC) pour le 23 oct… On est précis…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *