26 septembre 2022

Le Japon souffre à cause de ses propres sanctions et de sa politique ukrainienne

7 min read
19773 Views

Tokyo connaît de plus en plus de problèmes en raison de son adhésion irréfléchie aux diktats russophobes de Washington. Et comme Tokyo continue d’adopter de nouvelles sanctions anti-russes, ces problèmes deviennent rapidement de plus en plus graves.

Par exemple, le Japon a déjà annoncé un certain nombre de trains de sanctions contre la Russie à la suite du conflit en Ukraine. Ceux-ci comprennent des sanctions individuelles contre plus de 100 personnes, dont des membres du gouvernement russe, des hauts fonctionnaires et des hommes d’affaires. Il a en outre dressé une liste de 300 biens et technologies soumis à des interdictions d’exportation, notamment des équipements de défense maritime et aérienne. Le Japon a également gelé les avoirs d’un certain nombre de banques russes, dont Otkritie, Novikombank, Sovcombank, VTB, Rossiya Bank, Promsvyazbank et VEB-RF, et a mis fin à toutes leurs opérations. En fait, le Japon, agissant de concert avec ses alliés, surtout les États-Unis, a déclaré une guerre économique à la Russie.

Moscou, pour sa part, a qualifié le Japon de « pays inamical », a refusé de poursuivre les pourparlers de paix sur les îles Kouriles et a annulé le régime d’exemption de visa pour les touristes japonais visitant ces îles. Compte tenu du conflit en Ukraine, de l’intensification des attaques du Japon contre les intérêts de la Russie et de l’escalade de son différend territorial avec la Russie, Moscou a annoncé son intention d’intensifier le développement des îles Kouriles, au grand dam de Tokyo. Le Japon a été informé que la Russie commence à développer le secteur industriel, ainsi que le tourisme dans les îles, et que le Japon n’est pas invité à prendre part à ce projet. Yuri Trutnev, vice-premier ministre et envoyé plénipotentiaire du président dans le district fédéral d’Extrême-Orient, a annoncé ce changement de politique lors d’un voyage dans le territoire de Khabarovsk.

En outre, selon un article du journal allemand Der Spiegel, en août 2021, les médias ont fait état des plans de la Russie pour intensifier sa présence militaire sur les îles en cas de mesures hostiles de la part de Tokyo. L’article décrivait comment le Japon, ainsi que d’autres pays du G7, avait imposé des sanctions à la Russie en raison de la situation en Ukraine, et notait que l’édition 2021 de son livre bleu diplomatique annuel avait, pour la première fois en 19 ans, soulevé la question du « problème des territoires du Nord » (le terme japonais pour les îles Kouriles), le décrivant comme la « question non résolue la plus grave » dans les relations du Japon avec la Russie. La dernière fois que le Japon a accusé la Russie d' »occuper illégalement » les îles, c’était en 2003. Par la suite, le Japon s’est abstenu de réitérer cette accusation, bien que la question ait été évoquée dans les livres bleus diplomatiques annuels du Ministère japonais des Affaires étrangères à plusieurs reprises.

Mais aujourd’hui, le Japon comprend que la guerre en Ukraine et la décision de Tokyo – prise sur l’insistance de Washington – de condamner Moscou, vont saper les efforts diplomatiques pour parvenir à un accord avec la Russie. Cela a été confirmé lorsque Moscou a annoncé, en mars de cette année, qu’elle avait mis fin aux pourparlers entre la Russie et le Japon sur un accord de paix entre les deux pays et sur le statut des îles Kouriles. Selon une déclaration de Maria Zakharova, porte-parole officielle du ministère russe des affaires étrangères, « il ne peut être question de signer un accord sur les relations bilatérales avec un État qui a adopté une position ouvertement hostile et qui tente systématiquement de porter atteinte aux intérêts de notre pays de manière très ciblée. »

Dans l’état actuel des choses, Tokyo ne peut qu’exprimer son mécontentement face à la réaction très spécifique de Moscou à ses actions hostiles. Lors d’une conférence de presse tenue le 26 avril, le Premier ministre japonais Fumio Kishida a fait part des objections de son pays. De son côté, le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a déclaré que les quatre îles de la partie sud de la dorsale des Kouriles font partie intégrante du territoire de la Fédération de Russie et que, dans les circonstances actuelles, on voit mal comment il serait possible de parler d’un accord de paix avec le Japon.
Mikhail Galuzin, l’ambassadeur de Russie au Japon, a également qualifié les sanctions de Tokyo contre Moscou d’inutiles : « Le Japon poursuit sa politique à courte vue consistant à renforcer les sanctions contre la Russie. Il s’agit d’une décision insensée, car elle ne peut avoir aucun effet sur la ligne politique que nous envisageons, notamment l’opération spéciale visant à démilitariser, dénazifier et neutraliser l’Ukraine. La position du Japon porte également atteinte à ses propres intérêts, car, avec les États-Unis et ses autres « associés », elle nuit à sa réputation de partenaire international fiable, y compris dans le domaine économique. »

Ce n’est un secret pour personne que ces dernières années, les entreprises japonaises ont acheté des volumes toujours plus importants de gaz naturel liquéfié russe. En fait, le pays tout entier est dépendant du GNL russe, qui joue un rôle clé dans les relations du Japon avec la Russie et occupe une place centrale dans son bouquet énergétique, entièrement constitué d’importations. La majeure partie de ce gaz provient des projets russes Sakhaline-2 et Arctic LNG -2. Le projet Sakhaline-1 approvisionne le Japon en pétrole. La détérioration des relations entre la Russie et le Japon, et le refus de ce dernier d’acheter du gaz et du pétrole russes, le mettent dans une position très difficile et pourraient potentiellement porter un coup sérieux à la deuxième plus grande économie d’Asie, ainsi que frapper les consommateurs japonais au porte-monnaie.

Il est important de rappeler que les Japonais souffrent déjà de l’instabilité des marchés des hydrocarbures, le prix du pétrole, du gaz et du charbon ayant augmenté. Cela se répercute sur le prix de l’essence et de l’électricité au détail (dont la majeure partie est produite à partir de gaz naturel).
Le Japon craint également que, dès qu’il se retirera des projets d’hydrocarbures russes en Extrême-Orient et sur l’île de Sakhaline, la Chine ne prenne définitivement sa place. Après tout, la Chine est la deuxième économie mondiale, avec une demande énorme de ressources énergétiques, et les Chinois n’hésiteront pas à se lancer pour combler le vide laissé par les Japonais.

Le conflit en Ukraine a provoqué une flambée des prix du carburant et des principaux produits de base, dont les denrées alimentaires de première nécessité, ce qui a déjà des répercussions sur les entreprises et les consommateurs japonais. Le gouvernement japonais a été contraint de prendre des mesures pour soulager la détresse causée par la spirale des prix et, le 26 avril, il a annoncé un programme économique de 48,6 milliards de dollars comprenant une aide aux familles à faible revenu. Toutefois, les économistes japonais craignent que ce plan de sauvetage n’ait qu’un effet assez limité, car les mesures sont temporaires et ne s’appliquent qu’à un nombre relativement restreint de ménages.

Le gouvernement japonais est confronté à un autre casse-tête suite à sa décision, dictée par Washington, d’imposer des sanctions à la Russie : le 13 avril, le yen est tombé à sa plus faible valeur par rapport au dollar américain depuis deux décennies. Il est vrai que cet affaiblissement de la monnaie nationale est bon pour les exportateurs, il est mauvais pour les importateurs, et le Japon est fortement dépendant des importations d’énergie.

Mais les difficultés actuelles du Japon ont atteint un nouveau sommet à la fin du mois d’avril, lorsque le gouvernement ukrainien a publié sur son compte Twitter une vidéo représentant l’empereur japonais Hirohito aux côtés d’Adolf Hitler et de Benito Mussolini, une comparaison que les Japonais jugent très offensante. Lors de la conférence de presse régulière du gouvernement, le 25 avril, le secrétaire général adjoint du cabinet, Yoshihiko Isozaki, a qualifié cette publication d' »extrêmement regrettable » et le gouvernement japonais a envoyé une plainte officielle à l’Ukraine.

C’est le remerciement que reçoit le Japon pour s’être empressé de soutenir les autorités nazies ukrainiennes au cours des dernières semaines, à la demande de Washington et sans penser au coût pour lui-même. Les fruits de sa loyauté ont été amers – sa propre économie est maintenant en crise et ses précieuses relations avec la Russie ont été sérieusement endommagées.

 

Vladimir Danilov, observateur politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/05/03/japan-is-suffering-due-to-its-own-sanctions-and-its-ukraine-policy/

 

Article traduit par Arthur pour le Réveil des Moutons 

 

Abonnement vidéo : manulrdm@gmail.com

Boutique :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code