5 juillet 2022

Les accords énergétiques sino-russes pour vaincre l’expansionnisme des États-Unis et de l’OTAN

7 min read
2669 Views

Si la récente rencontre entre le Russe Vladimir Poutine et le Chinois Xi Jinping à Pékin n’est pas en soi un événement extraordinaire, sa signification dans le contexte du bras de fer en cours entre la Russie et les États-Unis/OTAN est tout à fait évidente – non seulement pour la Russie elle-même, mais aussi pour les États-Unis/OTAN. Même si la Russie n’a pas vraiment besoin de l’aide de la Chine pour défendre sa souveraineté, militairement ou autrement, il n’en reste pas moins que le soutien ouvert de la Chine à la position de la Russie contre le projet américain de pousser l’OTAN en Ukraine en tant qu’outil géopolitique démonte la propagande américaine de l' »isolement » de la Russie. Plus que toute autre chose, l’alliance stratégique croissante de la Chine offre à la Russie une excellente occasion de résister à d’éventuelles sanctions occidentales ou à la décision européenne de réduire son approvisionnement en gaz en provenance de Russie. Mais la coopération dans un domaine n’est souvent pas possible sans coopération dans d’autres domaines. C’est pourquoi la longue déclaration commune publiée à l’issue de la réunion met l’accent sur l’opposition conjointe aux plans occidentaux visant à déstabiliser les régions adjacentes à la Chine continentale et à la Russie, à savoir l’Ukraine, Taiwan et Hong Kong. Comme l’ont réitéré les parties :

« Les parties s’opposent à un nouvel élargissement de l’OTAN et appellent l’Alliance de l’Atlantique Nord à abandonner ses approches idéologisées de la guerre froide, à respecter la souveraineté, la sécurité et les intérêts des autres pays, la diversité de leurs contextes civilisationnels, culturels et historiques, et à adopter une attitude juste et objective à l’égard du développement pacifique des autres États. » Si le fait que la Russie et la Chine s’opposent toutes deux à l’expansionnisme occidental par le biais de l’OTAN ou du traité anti-chinois AUKUS (Australie, Royaume-Uni et États-Unis) a déjà déstabilisé les échelons du pouvoir occidental, c’est la coopération croissante entre la Russie et la Chine dans le secteur de l’énergie qui est la plus susceptible de faire échouer les desseins américains visant à forcer la Russie à se soumettre. Cela est d’autant plus significatif que les États-Unis sont particulièrement intéressés à nuire aux ventes de gaz et de pétrole de la Russie. Le président américain Biden l’a récemment déclaré, alors qu’il se tenait à côté de son homologue allemand, sans mâcher ses mots, le 7 février dernier :
« Ce que tout le monde oublie ici, c’est que la Russie doit être capable de vendre ce gaz et ce pétrole. La Russie y tient – une partie importante du budget de la Russie – c’est la seule chose qu’ils ont vraiment à exporter. Et si, en fait, cela est coupé, alors ils vont être très durement touchés, aussi. Et cela a des conséquences pour eux aussi. Ce n’est pas seulement une voie à sens unique. »

Moscou n’ignore évidemment pas ce dessein. Lorsque Poutine s’est rendu à Pékin, il ne s’est pas contenté d’assister aux Jeux olympiques d’hiver ; en réalité, Poutine a signé un accord pétrolier et gazier d’un milliard de dollars avec Pékin. « Nos hommes du pétrole ont préparé de très bonnes nouvelles solutions sur les fournitures d’hydrocarbures à la République populaire de Chine« , a déclaré Poutine à Pékin. Outre ce nouvel accord, la Chine a également promis d’augmenter les exportations russes vers l’Extrême-Orient. Un nouveau contrat de 30 ans visant à fournir 10 milliards de mètres cubes (mmc) par an à la Chine depuis l’Extrême-Orient russe a été signé. La Chine soutenant la position de la Russie sur l’Ukraine, l’augmentation des achats de pétrole et de gaz russes par la Chine a envoyé un signal fort au monde : les deux superpuissances veilleront à leurs intérêts mutuels face à la force combinée de l’alliance occidentale prédatrice, rendant creuses leurs prétentions à punir la Russie.

Cette annonce intervient également dans un contexte où les États-Unis affirment qu’ils – les États-Unis et leurs alliés – disposent d’un large éventail d' »outils » pour punir tout État, y compris la Chine, s’il tente de « remblayer les contrôles américains des exportations » imposés à la Russie. Comme l’a récemment affirmé Ned Price de la Maison Blanche lors de sa conférence de presse :

« Poutine sait que cela aurait des conséquences massives pour son pays et pour son économie. Ce n’est pas cela – une relation plus étroite avec la RPC, une relation plus étroite entre la Russie et la RPC – qui va compenser cela ; cela ne va pas en tenir compte. Un dernier point. Nous disposons – et quand je dis « nous », je veux dire collectivement, les États-Unis et nos alliés et partenaires – nous disposons d’une panoplie d’outils que nous pouvons déployer si nous voyons des entreprises étrangères, y compris celles de la Chine, faire de leur mieux pour se soustraire aux mesures américaines de contrôle des exportations, pour les contourner. »

L’accord de la Chine défie donc très clairement les menaces américaines, montrant comment la politique des sanctions – qui est l' »outil » géopolitique préféré de Washington – ne peut pas vraiment dissuader des États comme la Chine et la Russie, qui, eux aussi, possèdent suffisamment d' »outils » pour organiser une contre-attaque. Les accords pétroliers et gaziers sont une manifestation de cette contre-attaque.
Même si de nombreux experts politiques occidentaux l’ont souligné, le plan américain contre la Russie ne peut fonctionner que si Washington peut d’abord sevrer la Chine. Le fait que les liens de Washington avec Pékin soient aussi mauvais qu’avec Moscou signifie que Washington n’a pas la capacité géopolitique suffisante pour dicter des politiques et des décisions en isolant réellement la Russie. Bien qu’elle puisse encore imposer des sanctions, il est peu probable que la Chine soit dérangée par celles-ci, ce qui met en échec le projet de Washington d’infliger un niveau inacceptable de dommages à la Russie, qui dispose par ailleurs déjà de 640 milliards de dollars de réserves de change pour résister aux sanctions occidentales.

Mais, comme indiqué ci-dessus, le véritable facteur qui préoccupe l’Occident n’est pas ce que la Russie peut ou pourrait faire à la suite d’un conflit autour de l’Ukraine ; le véritable facteur est la convergence presque absolue entre la Russie et la Chine sur presque toutes les questions de politique mondiale – un fait dûment souligné par ladite déclaration conjointe. Cette déclaration ne concerne pas leurs relations bilatérales ; en fait, il s’agit d’un commentaire élaboré sur les défis auxquels elles sont confrontées de la part de l’Occident et sur la manière dont ces mêmes défis ont transformé et élevé leurs liens à un niveau inconnu dans l’époque contemporaine.

Par conséquent, dans le sillage de la pression exercée par les États-Unis et l’Europe sur la Russie et des nouveaux accords massifs conclus par Moscou avec la Chine, l’administration Biden va devoir élaborer un nouveau plan pour vaincre la Russie, ou abandonner purement et simplement son projet. La Russie étant désormais clairement en mesure de diversifier ses accords pétroliers et gaziers en dehors de l’Europe, la question est la suivante : l’Europe peut-elle se passer de la Russie sans subir de contrecoup économique ? Ce n’est que la semaine dernière que le gouvernement britannique a annoncé une augmentation vertigineuse de 54 % des factures énergétiques nationales, provoquant un tollé politique contre l’administration Johnson. La guerre inutile en Russie commence déjà à coûter cher à ceux qui l’ont entreprise.

Salman Rafi Sheikh, analyste politique des relations internationales et des affaires étrangères et intérieures du Pakistan, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.

Source : https://journal-neo.org/2022/02/22/sino-russia-energy-deals-to-defeat-us-nato-expansionism/

 

Traduit par le camarade Arthur du Réveil des Moutons

 

Soutenir le Réveil des Moutons : https://www.patreon.com/manuldm

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code