16 juin 2024

Les actions de Biden sont derrière l’effondrement du dollar

7 min read

Dollars Banknotes or bills of United States of America dollars burning in flame concept of crisis, loss, recession or failure

9609 Views

Le dollar américain, en tant que monnaie de réserve internationale, a longtemps servi de moyen d’échange essentiel entre des pays ayant des monnaies nationales différentes. Pour remplir ce rôle, une monnaie de réserve doit être stable, sûre et facilement accessible à tous les pays. Au 20e siècle, le statut international du dollar a entraîné une augmentation de sa valeur, permettant aux États-Unis de supporter d’énormes niveaux de dette extérieure.

Il est donc naturel que toute information selon laquelle un pays en désaccord avec les politiques de Washington pourrait se tourner vers des paiements dans sa propre monnaie au lieu du dollar américain soit une source d’alarme non dissimulée en Occident. Mais il est désormais clair pour tout le monde que le dollar américain est en train de perdre sa position mondiale et son statut de monnaie de réserve de choix dans le monde. Et l’incapacité de Washington à maintenir la croissance de l’économie mondiale et la démondialisation ne sont pas les seules causes de ce phénomène.

Alors que le monde se divise en différentes zones monétaires – un processus qui s’accélère – les grandes puissances sont contraintes de rechercher des investissements et de se concentrer sur leur propre développement économique. Il y a sept ans, la Chine a commencé à promouvoir sa propre monnaie nationale, ce qui a conduit le Fonds monétaire international à inclure le yuan dans son panier de cinq monnaies principales. Au fil des ans, de nombreux pays ont commencé à augmenter le montant du yuan dans leurs réserves monétaires, à réduire leur utilisation du dollar dans les transactions internationales et à créer des systèmes de paiement alternatifs. En conséquence, de nombreuses banques centrales ont commencé à se défaire de leurs dollars et à augmenter leurs réserves de roupies, de yuans, d’euros et de lingots d’or.

À l’heure actuelle, les membres de l’Union économique eurasienne (UEE) ont atteint une étape clé dans leur tentative de réduire leur dépendance à l’égard du dollar américain, et ont convenu d’introduire les monnaies nationales, dont le rouble russe, dans les paiements entre les États membres. « Cela a conduit à la création d’une zone de rouble unifiée », comme l’a commenté Maksim Reshetnikov, ministre russe du développement économique, dans une récente interview à la chaîne de télévision Rossiya-24. Il a ajouté que les droits de douane perçus par chaque pays seraient répartis entre les États membres dans les proportions prévues par le traité de l’UEE. Dans le passé, des devises étrangères étaient utilisées à cette fin, mais désormais les monnaies nationales de l’EAEU, dont le rouble russe, sont utilisées.
L’Arabie saoudite, mécontente de la politique des États-Unis, espère commencer à utiliser le yuan pour ses ventes de pétrole à la Chine.

La décision du président américain Joe Biden d’introduire des sanctions monétaires contre la Russie est l’un des facteurs qui ont favorisé l’abandon du dollar ces dernières semaines. L’Inde faisait partie des pays qui se sont abstenus de voter sur la résolution de l’ONU condamnant la Russie pour son opération militaire spéciale en Ukraine. Elle a également été l’un des premiers pays asiatiques à ressentir l’effet des sanctions économiques sans précédent lancées par les États-Unis et leurs alliés occidentaux contre la Russie. Selon des sources médiatiques indiennes de premier plan, l’exclusion d’un certain nombre de grandes banques russes du système SWIFT a entraîné une rupture des paiements dans le cadre des accords commerciaux entre l’Inde et la Russie. L’Inde s’efforce donc de trouver des moyens de continuer à travailler avec la Russie dans le cadre du régime de sanctions actuel, notamment en abandonnant le dollar américain au profit du rouble et de la roupie pour les paiements entre les deux pays. Une fois en vigueur, cette transition aurait l’avantage supplémentaire de permettre à Delhi d’acheter du pétrole brut et des produits pétroliers russes à un prix réduit. L’Inde est le troisième importateur mondial de pétrole et, selon les conditions très intéressantes proposées par Moscou, elle pourrait importer jusqu’à 15 millions de barils de pétrole brut russe.

Outre les investissements en dollars et en titres américains, nombreux sont ceux qui diversifient leurs fonds de réserve en acquérant une série de produits de base, notamment des lingots d’or et des matières premières. Cependant, « dans l’ensemble de l’économie et du système commercial mondiaux, la confiance dans le statut du dollar américain en tant que principale monnaie de réserve a subi un sérieux coup », comme l’a exprimé le président russe Vladimir Poutine lors d’une réunion sur le soutien social et économique aux régions russes le 16 mars. Il a ajouté que le « gel illégitime d’une partie des réserves monétaires de la Banque de Russie a démontré que les actifs dits de premier ordre ne sont plus fiables ». « En effet, les États-Unis et l’Union européenne ont manqué à leurs obligations envers la Russie. Maintenant, tout le monde sait que les réserves financières peuvent tout simplement être volées, et j’ai l’intime conviction que de nombreux pays, constatant ce qui s’est passé, vont bientôt revoir leurs réserves, passant des titres et de la monnaie numérique aux matières premières, aux terres, aux produits manufacturés, à l’or et à d’autres actifs physiques », a-t-il souligné.

Selon le département du Trésor américain, les États-Unis et leurs alliés ont déjà signé la création d’un groupe interministériel multipartite qui recherchera et saisira des actifs et prendra d’autres mesures juridiques visant « l’élite russe. » Ce nouveau groupe, créé dans le cadre des sanctions imposées à la Russie en réponse aux événements survenus en Ukraine, comprendra les États-Unis, l’Australie, le Canada, la Commission européenne, l’Allemagne, l’Italie, la France, le Japon et le Royaume-Uni, et ces pays enverront des représentants de leurs ministères des finances, de la justice et de l’intérieur pour participer à ses activités. Le lancement officiel du nouveau groupe, connu sous le nom de REPO (Russian Elites, Proxies, and Oligarchs) Task Force, a eu lieu lors d’une réunion virtuelle entre les représentants des pays participants, dont la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen et le procureur général Merrick Garland.

Vladimir Poutine a décrit les sanctions occidentales de ce type comme une leçon pour les milieux d’affaires russes. « La saisie d’actifs étrangers et de comptes bancaires appartenant à des entreprises et des particuliers russes est une leçon pour les milieux d’affaires de notre pays : le moyen le plus sûr de préserver les actifs est de les garder dans notre pays, a-t-il ajouté. C’est également une leçon pour les milieux d’affaires internationaux, car les actions de Washington ont clairement montré que s’ils décident de « suivre leur propre voie », ils risquent également de voir leurs comptes bancaires gelés.
L’économiste allemand Henrik Müller, écrivant pour Der Spiegel, a également suggéré que le dollar pourrait perdre son statut de première monnaie mondiale. Il cite l’inflation, les sanctions contre la Russie et les changements sur le marché parmi les raisons de la chute du dollar. Il suggère également que les récentes actions de Joe Biden pourraient avoir encore plus endommagé la confiance internationale dans la monnaie américaine. À l’appui de son affirmation, il a cité le fait que même aux États-Unis, l’inflation a atteint 8 % – le maintien ou non à ce niveau dépendra des mesures adoptées par la Réserve fédérale.

 

Valery Kulikov, expert politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/03/23/biden-s-actions-are-behind-the-collapsing-dollar/

Article traduit par Arthur du Réveil des Moutons

 

Lien vers la boutique et vidéos complètes:

 

Boutique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *