28 mai 2024

Les émeutes en France vues de République tchèque

4 min read
1265 Views

Le mardi 2 juin une manifestation en soutien à Adama Traoré avait dégénéré en affrontements avec la police aux abords du tribunal de grande instance de Paris. Voici la traduction d’un article paru dans le média tchèque Reflex à ce propos :
Des protestations noires ont débordé jusqu’en France. C’est une manifestation de la frustration, de l’échec de l’intégration et de l’apitoiement sur soi
En France, 20 000 personnes, pour la plupart des Noirs, ont manifesté avec violence, malgré une interdiction de rassemblement. Les protestations noires montrent que le multiculturalisme n’est qu’une chimère et que la société est traversée par des divisions ethniques. Mais cet apitoiement sur soi ne sera d’aucun secours à ces groupes minés par la frustration. 
L’Amérique fait face à de violentes manifestations et à des pillages depuis une semaine, provoqués par la mort de l’afro-américain George Floyd, après une action policière apparemment disproportionnée. De nombreuses villes américaines connaissent un couvre-feu, les commerçants protègent leurs magasins contre le pillage et les manifestants ont abattu un policier. Désormais, les manifestations ont débordé jusqu’en France.
Vingt mille personnes, en majorité des Noirs de nationalité française, ont manifesté le 2 juin à Paris et dans d’autres villes. Ils ont mis le feu à des poubelles et détruit les fenêtres d’un commissariat. Ces manifestations ont lieu malgré l’interdiction de rassemblement, en raison du coronavirus.

Les manifestations ont tenu à comparer le cas de George Floyd à celui du Français Adama Traoré, également mort aux mains de la police, il y a quatre ans. Selon le rapport médical établi par la police, les policiers n’ont pas commis d’erreur, tandis que le rapport médical établi par la famille de la victime affirme le contraire.
La France a connu par le passé de violentes protestations du mouvement des Gilets jaunes. Mais il s’agissait principalement de Blancs issus de la classe moyenne. Sont également courants, les violences des jeunes chômeurs, à majorité arabe, et les incendies de centaines de voitures dans les banlieues des grandes villes françaises. Désormais, la France fait face à des protestations de sa minorité noire.
Ces protestations, aussi bien en Amérique qu’en France, sont révélatrices de l’échec des idées du multiculturalisme, selon lesquelles des personnes de cultures différentes peuvent vivre ensemble en paix. Cela montre également l’échec de l’idée d’intégration, selon laquelle des personnes de cultures différentes s’assimilent. Le creuset de la société ferait d’eux des Américains et des Français à part entière et l’origine, la religion et la couleur de peau ne joueraient aucun rôle là dedans.

Tout cela ne s’est bien entendu jamais produit et les sociétés composées d’importantes minorités ethniques et culturelles sont à chaque fois fracturées, ce qui entraîne de nombreux problèmes. Les minorités sont frustrées par un statut social inférieur et par un chômage plus élevé.Mais l’apitoiement sur soi n’aidera pas les membres de ces minorités ethniques. Ils se sont retrouvés, souvent à leur insu, dans une société étrangère (ils y sont souvent nés). Cette société n’a pas réussi à les intégrer et à leur fournir la position sociale à laquelle ils aspirent.Or, les manifestations et les pillages n’aident pas ces gens à sortir de leur misère. Ils doivent composer avec leur handicap et cesser d’incriminer les autres (bien évidemment, cela ne veut pas dire que ces décès entre les mains de la police ne devraient faire l’objet d’enquêtes appropriées). Mais seul l’individu – ici le membre d’une minorité qui décide de prendre les choses en main et de déployer ses propres efforts – se débarrassera de la frustration et du fardeau du passé.
Pour la République tchèque, il n’y a probablement qu’une seule leçon à tirer de tout cela. Évitons ces problèmes en ne favorisant pas, de manière délibérée, la création de minorités problématiques dans notre pays.

Traduction à partir du tchèque par Alimuddin Usmani

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *