4 décembre 2022

Les États-Unis et Israël sont responsables d’un risque réel d’une guerre catastrophique au Moyen-Orient

6 min read
11782 Views

Dans un contexte d’incertitude croissante quant au retour de l’Iran à l’accord nucléaire de 2015, et à la lumière des négociations prolongées avec les États-Unis, l’armée israélienne, avec le soutien direct de Washington, a intensifié ses efforts pour créer une véritable menace militaire contre l’Iran et déclencher une guerre à grande échelle au Moyen-Orient.
À cette fin, l’armée israélienne a commencé à s’entraîner à une frappe de grande envergure contre l’Iran au cours de son plus grand exercice militaire, « Chariots de feu », dont le coup d’envoi officiel est prévu le 29 mai. Ils se dérouleront en grande partie au-dessus de la mer Méditerranée, dans les environs de Chypre, rapporte The Times of Israel.

En plus de simuler une attaque contre les installations nucléaires et militaires de l’Iran, ces exercices simuleront un conflit régional impliquant de nombreux fronts, y compris le Hezbollah au nord d’Israël. La télévision d’État israélienne KAN a annoncé que parmi les objectifs de Tsahal pourrait figurer l’élimination des dirigeants du Hamas. Se référant à des sources militaires de haut rang, dont les noms n’ont pas été mentionnés, elle a déclaré que « l’armée israélienne pourrait éliminer Yahya al-Sinwar, le chef du Hamas à Gaza, et Mohammed al-Daif, le commandant de la brigade Izzeddin al-Qassam, la branche militaire du mouvement ». Même dans les médias israéliens, il est reconnu que de telles actions conduiront à une escalade inévitable. En plus de développer les actions des forces de défense israéliennes contre les cibles iraniennes, des mesures sont également envisagées après celles-ci – en réponse aux frappes de représailles iraniennes et alliées. Presque toutes les unités de l’armée israélienne participeront aux exercices.

Le 15 mai, la marine israélienne avait déjà commencé un exercice instantané dans le cadre de l’exercice à grande échelle « Chariots de feu », selon les médias israéliens.
Le 16 mai, le commandement arrière d’Israël a également commencé à effectuer des exercices de défense civile dans plusieurs régions du pays, dans l’éventualité d’une aggravation armée avec l’Iran.
Le président iranien Ebrahim Raisi a déclaré que les préparatifs militaires d’Israël pour la guerre étaient surveillés de près, a rapporté IRNA. Dans le même temps, Téhéran souligne qu’en cas de menaces d’Israël à l’encontre de citoyens iraniens, l’Iran frappera au cœur même de l’État juif.
De nombreux milieux d’affaires ont déjà commencé à réagir à l’approche de la situation de pré-guerre dans la région. Selon les médias arabes, des équipes d’ingénieurs et de constructeurs égyptiens employés dans des projets de reconstruction de Gaza ont récemment quitté l’enclave palestinienne sans avertissement.

Les médias israéliens ont commencé à écrire sur la planification détaillée par Israël de frappes contre les installations nucléaires de l’Iran dès l’automne dernier, annonçant le début probable d’une série d’opérations de ce type en 2022. Le gouvernement israélien a annoncé qu’il était prêt à allouer un financement distinct d’un montant de plusieurs milliards de shekels pour ces missions, et un plan d’entraînement des forces aériennes a été élaboré. Dans le même temps, il a été signalé que certains aspects du plan de frappe de l’armée de l’air israélienne pourraient être prêts dans un court laps de temps, mais que d’autres nécessiteraient une préparation plus approfondie. Il a été expliqué que Tel Aviv devrait non seulement frapper les installations militaires et nucléaires de l’Iran, qui sont situées dans les profondeurs du sous-sol, mais aussi trouver un moyen de vaincre le système de défense aérienne iranien. L’armée israélienne devra en outre se préparer à une frappe de représailles contre Israël par l’Iran et ses alliés dans toute la région en renforçant « leurs alliés militaires » pour cela.

C’est précisément cette circonstance qui a entraîné une activité accrue de Tel Aviv au cours des derniers mois, en développant et en intensifiant les liens et la coopération avec un certain nombre d’États arabes de la région afin de les « éloigner » d’un éventuel soutien à l’Iran dans le conflit armé qui se profile. Le rôle et la place des Etats-Unis dans cette affaire sont clairement visibles par la décision de Washington de transférer Israël dans la zone de responsabilité du Commandement central américain (CENTCOM) « après la normalisation des relations entre Israël et un certain nombre de pays arabes, afin d’élargir les partenariats dans la région ». C’est dans ce but qu’en février de cette année, Israël a pour la première fois participé publiquement à l’exercice maritime international (IMX 22) mené par les États-Unis au Moyen-Orient, rejoignant ainsi l’Oman et l’Arabie saoudite, avec lesquels il n’a pas de relations diplomatiques mais qui sont critiques envers la politique de Téhéran. Israël a normalisé ses relations avec les États du Golfe, les Émirats arabes unis et Bahreïn en 2020, et a organisé des exercices navals conjoints avec ces deux pays pour la première fois en novembre 2021.

Grâce aux médias israéliens, on sait déjà que les États-Unis participeront aux exercices de l’IDF pour s’entraîner aux frappes contre l’Iran. L’US Air Force ravitaillera les avions israéliens en plein vol pendant les manœuvres de l’IAF auxquelles participeront des dizaines de chasseurs.
Apparemment dans le but de coordonner conjointement ces actions, le commandant du Commandement central américain (CENTCOM), le général Michael Kurilla, a récemment effectué sa première visite officielle en Israël depuis sa prise de fonction. Selon les médias israéliens, il s’est vu présenter un bilan des renseignements et une discussion opérationnelle a eu lieu sur de nombreuses questions, notamment celles liées aux défis communs auxquels sont confrontées les forces armées américaines et israéliennes, y compris la menace du programme nucléaire iranien et des forces mandataires iraniennes dans tout le Moyen-Orient. En outre, des rapports clés ont été présentés sur les activités opérationnelles de Tsahal à la frontière nord, en Judée et Samarie, à Gaza, avec un accent sur les innovations dans les capacités de feu et d’attaque, le renseignement et les communications. Michael Kurilla a été informé de l’exercice « Chariots de feu ».

Aujourd’hui, de nombreux hommes politiques soulignent le risque accru d’une guerre catastrophique au Moyen-Orient et la responsabilité des États-Unis et d’Israël dans la résolution de cette situation. « Le président américain Joe Biden devrait intensifier ses efforts pour relancer l’accord nucléaire avec l’Iran, sinon une nouvelle guerre catastrophique pourrait commencer au Moyen-Orient », ont déclaré l’ancien secrétaire général de l’OTAN Javier Solana et l’ancien Premier ministre suédois Carl Bildt dans un article du Washington Post. « Biden doit sérieusement considérer les coûts de sa passivité vis-à-vis de l’Iran et trouver une voie à suivre – ou nous pourrions nous retrouver dans un autre conflit que personne n’a demandé », ont conclu Solana et Bildt.

Vladimir Odintsov, observateur politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/05/23/us-and-israel-are-to-blame-for-a-real-risk-of-a-catastrophic-war-in-the-middle-east/

 

Article traduit par Arthur pour le Réveil des Moutons

 

Abonnement vidéo : manulrdm@gmail.com

Boutique :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *