4 décembre 2022

Les États-Unis tentent activement d’affaiblir l’Iran

7 min read
16959 Views

L’Iran vit sous les sanctions des États-Unis et de l’Union européenne depuis plus de quatre décennies maintenant. Au fil du temps, les aliments étrangers ont quitté le pays, le lait danois et néerlandais, les thés et céréales anglais, le café et le chocolat suisse familiers aux Iraniens par le passé ayant disparu des rayons des magasins. Mais il n’y a pas eu de famine, car les agriculteurs iraniens ont fait de leur mieux, ont fait du pain et ont acheté du riz en Chine.

Pendant cette période, trois générations d’Iraniens ont appris à vivre isolés du monde progressiste. Néanmoins, les restrictions imposées au pays à l’initiative des États-Unis ont introduit un certain nombre d’aspects déstabilisants dans la vie quotidienne, qui sont périodiquement utilisés par les opposants de l’Iran pour intensifier les protestations dans le pays et miner la situation sociopolitique interne.

Selon les médias régionaux, depuis le début du mois de mai, une vague de protestations a éclaté en Iran, principalement en raison de la décision des autorités du pays d’annuler les subventions pour le blé importé. Cela a entraîné une augmentation de 300 % du coût des denrées alimentaires à base de farine. Le gouvernement a également augmenté les prix de certains produits de base tels que l’huile végétale et les produits laitiers. La situation a été aggravée par un pic de la demande : après l’annonce par les autorités des mesures d’ajustement des prix, la population, craignant une hausse encore plus importante des prix, s’est précipitée pour acheter des denrées alimentaires pour une utilisation future.
Le 15 mai, lors d’une réunion avec les responsables de l’économie du pays, le président iranien Ebrahim Raisi a promis que les subventions alimentaires générales seraient remplacées par de l’argent pour les Iraniens qui remplissent certaines conditions. Le vice-président Mohammad Mokhber a déclaré que les prix de l’huile végétale, du poulet et des œufs « seront fixés dans les prochains jours. » Concernant le coût du pain, M. Mokhber a déclaré que « les violations sont inacceptables en toutes circonstances » et que l’administration présidentielle n’a pris aucune décision concernant les prix, les subventions et les ventes. Selon le vice-président, le coût du pain n’aurait pas dû changer, et comme cela s’est produit, il s’agit d’une violation de la loi.

Pourtant, les assurances sur la baisse des prix données par l’administration du président n’ont pas calmé les citoyens, et ont été utilisées par les opposants au régime actuel, constamment alimentés par l’étranger. Un réseau d' »espions étrangers » opérant dans le pays, dont des dizaines ont été arrêtés ces dernières années, a été signalé à plusieurs reprises par les forces de sécurité iraniennes. L’arrestation de dizaines de ces personnes travaillant dans des organismes d’État a été annoncée en août dernier par le ministre iranien du renseignement.

En ce qui concerne les dernières manifestations, un compte [de médias sociaux] populaire a publié des photos de manifestations à Téhéran sur lesquelles les visages des manifestants étaient floutés pour les protéger des persécutions. Des incidents similaires ont déjà éclaté en Iran ces dernières années : en 2017, 2019 et 2021. Sous l’influence de « coordinateurs externes », les slogans socio-économiques se sont rapidement transformés en appels au démantèlement du système politique actuel. La manifestation actuelle ne fait pas exception. Des vidéos apparues sur les réseaux sociaux montrent que les manifestants de certaines régions du pays ont commencé à s’opposer au guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, et au concept de Wilayat al-faqih, qui implique l’extension de ses pouvoirs à tous les domaines publics et sociaux : gouvernement, système judiciaire, collecte des impôts d’État et politique internationale.
Pourtant, étant donné la nature fermée de la société iranienne à l’influence active de l’extérieur, la plupart des protestations ne semblent pas montrer un leader préparé par des « curateurs externes ». Elles impliquent surtout des jeunes mécontents, exposés à des influences extérieures, qui réclament « la fin du système politique actuel », bien qu’ils n’aient aucune vision de la forme que devrait prendre le nouveau gouvernement.

Dans ces conditions, la situation rend la poursuite des négociations pour le rétablissement de l' »accord nucléaire » à Vienne d’autant plus importante pour les dirigeants du pays que le succès de ces dernières pourrait conduire à l’annulation des sanctions internationales et à une relance partielle de l’économie. En ce qui concerne les négociations nucléaires, il ne faut toutefois pas s’attendre à des changements majeurs à court terme. Il est peu probable que le président Raisi abandonne les conditions de base de celles-ci, compte tenu de ses penchants conservateurs et des idées de son camp politique sur ce à quoi devrait ressembler la finale du marathon diplomatique.

Dans le contexte d’une crise manifeste des relations entre Washington et Téhéran et des problèmes qui subsistent dans le règlement du programme nucléaire iranien du fait des États-Unis, les dernières manifestations en Iran ont attiré une attention accrue de l’administration Biden. Le porte-parole du département d’État, Ned Price, a exprimé son soutien et ses encouragements aux participants des manifestations. « Les courageux manifestants iraniens défendent leurs droits », a déclaré le diplomate, ajoutant : « Le peuple iranien a le droit de demander des comptes à son gouvernement. Nous soutenons leur droit à la réunion pacifique et à la liberté d’expression en ligne et hors ligne sans crainte de violence ou de représailles. »

Parallèlement à la volonté d’utiliser la déstabilisation interne de la situation en Iran, les Etats-Unis ont tenté de promouvoir leur « Plan B », impliquant le facteur pétrole. Selon la publication iranienne Hamshahri, Washington cherche à inciter Téhéran « à résoudre les problèmes sociaux et à renflouer le budget de la nation en augmentant l’offre de pétrole sur le marché mondial afin d’entrer en concurrence avec le pétrole russe. » En outre, les médias occidentaux ont même commencé à diffuser des informations sur le « plan B » et sur les négociations qui auraient déjà commencé entre l’Iran et les États-Unis. Selon certaines informations, Téhéran aurait commencé à charger activement du pétrole dans des pétroliers en prévision d’un accord nucléaire. Certains experts occidentaux ont commencé à diffuser des informations selon lesquelles les diplomates à Vienne « sont sur le point de terminer leurs travaux sur un accord visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange d’un allègement des sanctions. » Et comme, selon les analystes, Téhéran aura besoin de plusieurs mois pour augmenter les volumes de production dans les champs pétroliers, il augmenterait déjà le chargement de sa flotte de pétroliers afin d’accroître ses exportations de pétrole presque immédiatement après l’assouplissement des sanctions.

La publication américaine Politico s’est même prononcée sur la possibilité de conclure un accord entre les États-Unis et l’Iran sans la participation de la Russie et en dehors du format des pourparlers de Vienne. Le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré que Washington tente de rétablir les relations avec les pays producteurs de pétrole susceptibles de remplacer les approvisionnements en pétrole lourd russe dont les Américains ont besoin. L’Iran est cité parmi les « sources de remplacement ».

Finalement, le conseiller de la délégation iranienne à Vienne, Mohammad Marandi, a été contraint de publier une déclaration spéciale, selon laquelle l’Iran « ne peut en principe pas être un concurrent de la Russie sur le marché du pétrole et du gaz. » Téhéran a ainsi confirmé qu’il n’avait pas l’intention d’agir selon le scénario américain contre la Russie, bien qu’il soit prêt à accepter toute proposition, notamment de la part des États alliés.

Vladimir Platov, expert sur le Moyen-Orient, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/05/23/us-actively-trying-to-undermine-iran/

 

Traduction par Arthur pour le Réveil des Moutons

 

Pour creuser le sujet:

Chronique géopolitique n°3: l’Iran. Avec Le Cosaque et Scipion de Salm – Le réveil des moutons (xn--lerveildesmoutons-dtb.fr)

 

Abonnement vidéo : manulrdm@gmail.com

Boutique :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *