5 juillet 2022

Les États-Unis vont-ils entrer en guerre avec la Russie ?

5 min read
3919 Views

Alors que la crise en Ukraine s’intensifie, un mouvement anti-guerre naissant demande aux États-Unis d’éviter la guerre avec la Russie. Le déplacement des troupes américaines en Europe de l’Est, la fourniture d’armes et d’équipements à l’Ukraine et les propos présidentiels s’opposant aux actions de la Russie ont inspiré certains militants. Ils affirment que la situation actuelle ressemble à celle de 2003, lorsque les États-Unis ont commencé à préparer la guerre contre l’Irak. Mais les États-Unis se préparent-ils à une guerre ? Voici cinq raisons pour lesquelles la situation est différente de celle de 2003, et que les États-Unis ne se préparent pas à une guerre en Ukraine.

1. Le président Biden a insisté sur le fait que les États-Unis n’enverront pas de troupes en Ukraine et n’affronteront pas les Russes militairement. Cette situation est différente de celle de 1991, 2001 et 2003, lorsque le président en exercice a appelé à une action militaire. En 1991, par exemple, le président de l’époque, George H.W. Bush, avait déclaré : « Cela [l’agression irakienne contre le Koweït] ne tiendra pas. » De même, le président George W. Bush a déclaré explicitement en 2001 et 2003 que les États-Unis auraient recours à la force militaire si leurs adversaires ne changeaient pas de comportement. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.

2. Il n’y a pas de parti de la guerre au Congrès. En 1991, 2001 et 2003, de nombreux membres du Congrès se sont prononcés en faveur d’une action militaire, et le Congrès a adopté une loi autorisant la force militaire. Aujourd’hui, il est difficile de trouver un seul membre qui souhaite une confrontation militaire avec la Russie. Les déclarations des membres se sont massivement opposées à une telle action militaire, limitant leur soutien à rassurer des alliés d’Europe de l’Est et à ravitailler l’Ukraine.

3. Aucun traité ou accord n’oblige les États-Unis à venir en aide à l’Ukraine. Bien que les États-Unis aient fermement soutenu la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine, ils n’ont aucune obligation de se porter à sa défense. Remarque : si cette crise concernait les États baltes – Lettonie, Estonie, Lituanie – la situation serait très différente, car ces pays sont membres de l’OTAN et les États-Unis ont une obligation envers eux en vertu d’un traité.

4. Il n’y a pas de résolution de l’ONU appelant à une action militaire. En 1991, 2001, 2003, et lors des diverses interventions militaires dans les Balkans, les Nations Unies ont adopté des résolutions autorisant le recours à la force militaire. Bien que ces résolutions n’exercent qu’une influence modeste dans la pensée américaine, elles sont d’une importance capitale pour nos alliés qui les considèrent comme nécessaires pour conférer une légitimité à l’action militaire. Non seulement il n’existe pas de résolution de ce type pour défendre l’Ukraine, mais aucun effort n’est fait aux Nations unies pour en établir une.

5. Les États-Unis envoient les mauvaises troupes pour une intervention militaire. Les États-Unis envoient 6 000 soldats en Europe de l’Est, principalement de l’infanterie légère de la 82e division aéroportée. Ces parachutistes sont d’excellents soldats, mais ils sont légèrement armés et peu mobiles. Ils n’ont pas les moyens de transport, la logistique et la puissance de feu lourde qui seraient nécessaires pour combattre la Russie avec tous ses blindés et son artillerie. En outre, les forces américaines ne disposent pas de l’immense train logistique nécessaire pour soutenir un conflit dans l’est de l’Ukraine. Bien que la Pologne, où se trouvera le gros des troupes, soit voisine de l’Ukraine, les troupes américaines seront à environ 800 miles des zones de confrontation probables dans la région de Donbass, dans l’est de l’Ukraine.

Enfin, les forces américaines en Europe de l’Est sont peu nombreuses – les 6 000 soldats qui arriveront finalement, plus environ 5 000 autres provenant d’une brigade américaine déjà en Pologne. C’est une force bien trop faible pour faire face aux quelque 100 000 troupes terrestres russes.

Alors pourquoi les États-Unis envoient-ils des troupes ? Nos alliés de l’OTAN d’Europe de l’Est sont terrifiés par les intentions russes en raison d’une longue histoire d’invasions et d’interventions russes. Ainsi, le but du mouvement des troupes américaines est principalement de rassurer ces alliés sur le fait que les États-Unis agiront en cas de crise. L’objectif secondaire est également de montrer la détermination des États-Unis, bien que l’on puisse s’interroger sur l’efficacité de cet objectif, étant donné que les troupes sont éloignées des zones de conflit probables et que les États-Unis ont insisté sur le fait qu’elles ne seraient pas envoyées en Ukraine.

L’essentiel : Il n’y aura pas de guerre entre les États-Unis et la Russie. Même si le président décidait de lancer une telle action, contrairement à ce qu’il a souvent exprimé, il faudrait beaucoup de temps pour constituer la force nécessaire pour affronter les Russes. Par exemple, la mise en place de l’armée américaine contre l’Irak en 1991 et 2003 a pris des mois et a été très visible. Un conflit avec la Russie ne se produira pas rapidement ou par surprise, mais nécessitera une décision consciente et une longue accumulation.

Mark Cancian

Source : https://www.forbes.com/sites/markcancian/2022/02/17/is-the-united-states-going-to-war-with-russia/?sh=650eb7837b1a

Article traduit par Arthur du Réveil des Moutons

Soutenir le Réveil des Moutons : https://www.patreon.com/manuldm

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code