18 juillet 2024

Les khmers verts et leurs mesures contre-productives

3 min read
6484 Views

En matière d’écologisme, c’est apparemment la course aux solutions les plus idiotes, la dernière en date étant la limitation quasi généralisée de la vitesse de circulation à 30 km/h dans Paris.

Cette mesure s’applique depuis le 1er septembre, en prenant comme argument, non pas la baisse de la pollution, mais tout d’abord une diminution du bruit et plus de sécurité pour les automobilistes.

C’est prendre les conducteurs pour des idiots.

En effet, cette mesure aura pour première conséquence l’augmentation des bouchons intra muros, donc un bruit quasiment permanent et un niveau sonore plus élevé lors des redémarrages.

L’argument sécuritaire ne tient pas davantage car il résultera nécessairement de cette mesure un énervement accru des automobilistes qui perdront encore plus de temps dans les transports et qui prendront plus de risques afin d’échapper au blocage des rues.

Alors, si Mme Hidalgo veut éradiquer la voiture des rues de Paris, je lui propose une solution encore plus radicale : répandre des clous dans toutes les rues de Paris ! (Il ne faut peut-être pas que je lui donne cette idée, elle serait capable de la mettre en application !)

Mais là n’est pas le plus absurde. En affichant la lutte prioritaire contre le réchauffement climatique, nous pourrions nous attendre à des mesures efficaces et non pas contre-productives telle que celle-ci.

Or une voiture émet plus de CO2 à 30 km/h qu’à 50.

En plus, c’est lors des bouchons que les émissions explosent, surtout pour les voitures à essence, la consommation alors pouvant atteindre 16 litres aux 100 km (c’est facilement contrôlable pour celui qui dispose d’un ordinateur de bord).

Cela produit donc des émissions de gaz à effet de serre beaucoup plus importantes (il est à noter que c’est beaucoup moins pour les véhicules diesel).

Comment pourrions-nous pren­dre au sérieux ces ayatollahs verts qui veulent, au nom d’un objectif zéro carbone, nous imposer des mesures allant à l’opposé de cet objectif ?

Pour ne citer que quelques exemples :

– L’abandon du nucléaire, une des énergies les plus décarbonées avec l’énergie hydraulique, au profit de l’éolien qui coûte une fortune et dont la nocivité n’est plus à écarter, sans compter qu’il faut compenser sa périodicité par des centrales à gaz, si ce n’est pas au charbon.

– Le bannissement du moteur diesel qui émet beaucoup moins de CO2 que l’essence et même maintenant, avec les moteurs modernes, moins de particules.

– En général, l’interdiction de la production sur le sol européen de voitures à moteurs thermiques, alors que sa remplaçante électrique ne proposera un bilan carbone acceptable qu’après 40 000 km, voire 180 000 km pour les voitures importées de Chine. Autant dire que la phase de transition va faire exploser les émissions de CO2 qu’elle était censée réduire !

– Une impossibilité d’imposer aux pays dits « émergents », les deux tiers de la population mondiale, un « régime drastique » qui ne fera qu’augmenter l’inégalité mondiale à juste titre dénoncée. L’augmentation importante de CO2 qu’ils seront en droit d’exiger rendra caduques tous les efforts qui nous sont demandés.

– Un fort risque de chambouler l’équilibre international avec comme conséquence des guerres, dont celle qui se profile entre les États-Unis et la Chine. Ces guerres nous feront perdre tous nos acquis actuels.
Aucun pays, le nôtre pas plus qu’un autre, ne peut se passer d’énergie, qu’elle soit émettrice de CO2 ou non.

Ajoutons qu’il serait plus raisonnable de nous préparer à nous défendre contre des événements qui peuvent être proches que contre ceux, toujours hypothétiques, qui sont annoncés pour le prochain siècle.


Article de Claude Goudron pour le site Les 4 vérités

Soutenez le Réveil des Moutons :

  • Tee-shirts, tasse ou casquette : lereveildesmoutons@outlook.fr ou en MP sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *