4 décembre 2022

Les pays d’Asie et de l’OTAN s’engagent activement dans la « bataille de l’Arctique »

7 min read
17342 Views

Pendant la guerre froide, Washington et Moscou se sont durement disputés la domination de l’Arctique. Mais ces tensions se sont apaisées dans les années 1990, période de « rapprochement entre l’Occident et la Russie« . Le Conseil de l’Arctique a même été créé, réunissant les États de la région et leur permettant de coordonner leurs politiques. Par la suite, pendant un certain temps, l’Arctique a été d’une importance secondaire pour les États-Unis, après le Moyen-Orient et l’Indo-Pacifique.

Cependant, la fonte des glaces, qui a ouvert de nouvelles voies de transport et l’accès aux ressources naturelles les plus riches de la région, notamment des réserves inexplorées de pétrole, de gaz, de métaux rares et de grandes quantités de poissons, a transformé la région arctique en une zone active de compétition et de rivalité. Et, outre les États nordiques, les États-Unis et l’OTAN, même les pays asiatiques, en particulier la Chine, le Japon, l’Inde et la Corée du Sud, ont rejoint la « bataille pour l’Arctique« , voyant des avantages significatifs dans l’utilisation d’une route de transport plus courte et moins chère vers l’Europe, en plus du potentiel de ressources. D’autres pays asiatiques du BRICS et de l’OCS ont également manifesté leur intérêt pour une coopération avec la Russie dans l’Arctique, ce qui démontre la nature stratégique de ces intentions.

Le désir de Tokyo d’intensifier sa lutte pour l’Arctique est depuis longtemps rapporté par les médias japonais. Le Japon développe désormais activement des recherches sur les observations et les prévisions météorologiques, la protection de l’environnement et l' »amélioration » du droit international dans l’Arctique. Il espère clairement, parmi les pays qui ne font pas partie territorialement de la région, obtenir un accès illimité à l’exploitation et à l’utilisation des « avantages de l’Arctique« . En particulier la route prometteuse reliant l’Europe et l’Asie le long de la côte nord de la Russie, qui est déjà utilisée par des porte-conteneurs et des pétroliers pour transporter le gaz naturel liquéfié (GNL) des champs gaziers de la péninsule de Yamal vers l’Europe et l’Asie.

Pékin s’est également déclaré « pays proche de l’Arctique » et a formulé sa propre politique arctique, justifiant son intérêt pour la région en partie par le fait que la fonte des glaces arctiques pourrait inonder de nombreux rivages chinois et déplacer quelque 20 millions de personnes. Selon la vision de l’avenir de la Chine, une « route de la soie polaire » doit traverser les étendues encore prises par les glaces, avec une infrastructure et un régime juridique mis en place pour l’exploitation des nombreux navires.

Et si les experts chinois concluent que la route maritime du Nord (NSR) devrait être proposée dans un premier temps, à long terme, Pékin n’a clairement pas l’intention de tolérer la domination russe. La Chine envisage donc d’établir une connexion par la route maritime transpolaire à travers le centre de l’Arctique, en dehors de la zone économique de la Russie. Pour atteindre ces objectifs, la Chine investit activement dans la construction de ports et l’exploitation de ressources naturelles. En particulier, dans le projet russe de production, de liquéfaction et d’approvisionnement en gaz naturel de Yamal et dans les champs pétroliers et gaziers norvégiens, tout en développant également ses propres projets. Et à cette fin, Pékin travaille activement non seulement avec la Russie, mais aussi avec les petits pays de la région arctique – Norvège, Suède, Finlande, Danemark et Islande. Dans le même temps, les travaux scientifiques sont actifs (par exemple au Svalbard norvégien), des expéditions sont envoyées et l’état de la région est surveillé par des satellites. Le brise-glace lourd Xue Long 2 est sorti de la cale des chantiers navals chinois et de nouveaux navires arctiques sont en cours de construction.

Après la Chine, la Corée du Sud est devenue un observateur permanent du Conseil de l’Arctique. Elle a également commencé à construire sa propre flotte de brise-glace et a même adopté un programme d’action pour mettre en œuvre la politique nationale de l’Arctique. Elle se concentre notamment sur les possibilités économiques de la desserte de la route maritime du Nord, pour laquelle le programme d’action inclut la nécessité de développer la construction de navires de type polaire, y compris les brise-glace, et de constituer sa propre flotte de brise-glace et de devenir un exportateur mondialement reconnu de navires de classe glace. Selon les autorités sud-coréennes, c’est précisément cette position qui aidera le pays à améliorer son statut au sein du Conseil de l’Arctique pour en faire un membre à part entière d’ici la fin des années 2020 et lui donnera accès aux projets internationaux de développement scientifique et économique dans l’Arctique. C’est pourquoi Séoul recherche désormais intensément le soutien des pays non arctiques, en particulier la Chine et le Japon, et travaille activement avec chaque pays circumpolaire individuellement.

Quant à l’Inde, elle met l’accent sur la participation à des projets énergétiques dans l’Arctique. En particulier, à Sakhaline, AFK Sistema et la plus grande société pétrolière et gazière indienne ONGC ont signé des accords-cadres de coopération en 2010, et en 2011, les hommes d’affaires indiens sont devenus des partenaires clés dans le développement de champs pétroliers dans le district autonome de Nenets.
L’inclusion des pays asiatiques dans la bataille pour l’Arctique a déjà eu un impact majeur sur la géopolitique dans son ensemble, intensifiant la concurrence déjà vigoureuse entre les États-Unis et l’Asie. Dans le contexte d’une activité croissante dans l’Arctique et de l’intérêt grandissant des pays asiatiques (en particulier la Chine) pour la zone du pôle Nord, les États-Unis et l’OTAN cherchent à renforcer leur position dans la région, selon le journal allemand Der Tagesspiegel. À cette fin, notamment, les États-Unis ont nommé pour la première fois un envoyé spécial pour l’Arctique chargé de promouvoir les intérêts américains.

Et le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a explicitement déclaré que l’Alliance devait renforcer sa présence dans l’Arctique, qui revêt une « grande importance stratégique » pour le bloc. Dans le même temps, l’Alliance a l’intention d’établir des bases navales ouvertes toute l’année dans les régions arctiques du Canada et du nord de la Norvège. À cette fin, les États-Unis et la Norvège ont déjà signé un accord en avril 2021 sur la construction de bases militaires : trois bases aériennes et deux bases navales. En outre, les États-Unis exploitent déjà huit bases dans la région arctique, auxquelles s’ajoutent celles de leurs alliés : Danemark (cinq bases), Norvège (cinq bases) et Islande (une base). Le total est de 19. Si Washington négocie avec la Suède et la Finlande, qui sont sur le point de rejoindre le bloc, il aura accès à neuf autres bases. Afin de renforcer sa position dans l’Arctique, l’administration Trump a exploré en 2019 la possibilité d’acheter le Groenland au Danemark, et en 2020, les États-Unis ont décidé de rouvrir un consulat au Groenland.

Cependant, les États-Unis et leurs alliés, afin d' »étendre leur présence » dans l’Arctique, ont la tâche difficile de construire une flotte de brise-glace pratiquement à partir de zéro. Selon le site militarytimes.com, les États-Unis n’ont actuellement que deux brise-glace diesel en service. Et l’un d’entre eux, le D, a déjà dépassé de 10 ans sa durée de vie de 30 ans, tandis que le Healy a grillé son câblage électrique en 2020. En outre, il existe deux autres brise-glace aux États-Unis, mais l’un d’entre eux est utilisé par l’université d’Alaska et l’autre est une propriété privée. Toutefois, le Congrès américain a récemment donné son accord pour la construction de six brise-glace.

La Chine, en comparaison, dispose de deux brise-glace et en construit un troisième (nucléaire), tandis que la Russie possède au moins 46 brise-glaces, dont trois nucléaires, et construit de nouveaux navires arctiques, notamment des brise-glace et des méthaniers de classe glace

Dans ce contexte, divers experts notent aujourd’hui que l’activité militaire internationale dans les hautes latitudes a récemment augmenté de manière significative et que les activités militaires dans l’Arctique sont en train de s’internationaliser. Et c’est certainement une tendance très inquiétante que la région arctique devienne un possible théâtre de guerre international. Et la politique de l’OTAN d' »élargissement au nord » de l’Alliance, impliquant les pays neutres que sont la Finlande et la Suède, pourrait compliquer encore la situation dans l’Arctique et intensifier la confrontation dans la région.

Vladimir Danilov, observateur politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/09/18/asian-and-nato-countries-actively-engage-in-battle-for-the-arctic/

 

Article traduit par Arthur du Réveil des Moutons

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *