5 juillet 2022

Les sociétés de « pensées » selon Augustin Cochin

2 min read
16010 Views

Les sociétés de pensées naissent d’un soit disant jeu profitant, en vérité, aux opportunistes. Les lacunes qu’ils accumulent à cause de leur méconnaissance du monde réel les unissent et les attachent les uns aux autres dans ce monde irréel et isolé où les valeurs sont inversées, où l’on a pour seul juge l’opinion des autres et pour unique but, leur aveu. Les esprits vrais et solides s’en éloignent alors automatiquement.

Au fil du temps, ce milieu s’est donc naturellement purifié, le fossé avec le monde réel s’est creusé, car cette double loi sociale du tri et de l’entraînement dû à la purification ne cesse d’agir, et ainsi, de les pousser toujours plus dans le sens contraire du réel.

Le membre de la société de pensée y perd petit à petit toutes notions de sens et du réel et c’est précisément grâce a cette perte qu’il devient « libre ». Fut un temps où l’on cherchait la vérité en produisant un effort de conquête, de réflexion, d’opposition d’arguments et de sciences. Les loges, elles, affranchissent la pensée, s’isolent du monde, de la vie et éliminent le réel dans l’esprit.

Cet exercice de pensée n’est pas, comme on voudrait nous le faire croire, la recherche de la vérité. Son intérêt réel se tournerait plutôt vers la formation de l’adepte. On y « pense » la venue d’un certain type intellectuel et moral qu’aucun ou presque ne prévoit réellement, mais que tous préparent plus ou moins inconsciemment.

C’est cela que nous appelons le « Progrès des lumières ».

Article écrit par Augustin du Réveil des Moutons

Soutenir le Réveil des Moutons : https://www.patreon.com/manuldm

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code