3 décembre 2021

Lettre de Paris n°18

6 min read
3715 Views

Mon cher cousin,

Me voilà qui vous écris une nouvelle fois en cette semaine. Notre pays sombre petit à petit dans un marasme ambiant généralisé. La trahison y est monnaie courante, le déshonneur, la nouvelle religion commune. Cependant il subsiste un pays réel, qui se reforme petit à petit face aux coups de l’adversaire. Cette semaine au menu, un freluquet que je défie en duel, une résistance qui s’annonce et enfin la folie d’un gouvernement aux abois.

Connaissez-vous mon cousin, le tristement célèbre Tity la Malice ? Il s’agit d’un insignifiant ectoplasme que personne ne devrait connaître vu son charisme aussi prononcé qu’un lama. Et pourtant notre cher Tity a fait des siennes. Lui qui s’était fait connaître dans la bande de l’épicier séfarade s’est retrouvé chez la grosse Estelle. Une bonne femme aussi utile qu’un pot de fleurs. Et bien figurez vous que ce triste sieur, du haut de son prestige moral nous menace. Il enjoint fièrement de nous attaquer. Évidemment lui ne sera pas en première ligne lors de l’assaut, il suffit de voir sa densité de phasme pour s’en rendre compte. Il estime que les personnes antivirusards, fait partie je cite, « d’une majorité de connards. » Bah alors mon tity ? On se sent subitement se pousser une paire de ce qu’on a pas. Il faut dire que cela est bien facile de jouer les commissaires politiques sur un plateau télé. Il souhaite rendre invivable le quotidien des antivirusards. Mais que le petit père essaye donc mon cousin ! Qu’il essaye ! J’espère pour ce petit bonhomme qu’il habite dans une résidence surveillée et sécurisée. J’espère aussi, par pure charité chrétienne que cet ersatz d’homme ne rendra pas dans des lieux publiques pendant un long moment, il en va de son intégrité. Car je doute qu’il se soit fait beaucoup d’amis lors de cette sortie médiatique. C’est ainsi mon cousin, que je provoque ce triste petit bonhomme en duel. Oh, je ne le fais pas par désir de vengeance ! Cet être ne m’atteint pas, cependant par pure charité je le provoque en duel ! Un duel au fleuret selon les règles élémentaires de ce dernier me semble élémentaire. Cela permettra de laver l’honneur de toute ces personnes insultées et bafouées dans leur honneur. C’est ainsi par pure pitié de ce petit être chétif que je souhaite réparer cet affront, et par la même occasion, d’apaiser une colère populaire grandissante. Car je pense pas que notre Tity ai réellement pris en compte les conséquences de ce qu’il en compte de s’en prendre au pays réel. Dans notre monde, celui du lien personnel, de l’action et de l’interaction, les mots ont un sens. Ils impliquent la personne et son honneur. Il en va ainsi de notre monde, contre celui des plateaux de télévision, contre l’anti-France. Ainsi mon cher Tity, je vous provoque en un duel singulier. Je vous demanderez donc mon cher cousin de faire parvenir cette missive à ce triste sieur. En lui souhaitant, selon mon statut d’officier de la cavalerie cosaque de sa majesté le Tsar de toute les Russie, d’être à la hauteur de ses prétentions, et d’être une fois dans sa triste vie, un homme de notre monde.

C’est ainsi que la Résistance de notre monde s’annonce. Elle va se renforcer, se structurer, au fur et à mesure que les coups du pays légal seront de plus en plus fort. L’intensité des coups qu’il nous porte, amènera inéluctablement à un renforcement des volontés. Nous sommes ne guerre disait le petit Jupiter de l’Élysée. Oui mon cousin il avait raison ! Le pays légal a déclaré la guerre au pays réel. Il est temps de mener de front ce combat. Dans chaque aspect de notre société. Cette fois, la colère ne pourra être éteinte. Certains tenteront de la dévier, mais le raz de marée qui vient ne pourra être endigué. La colère du pays réel, qui prend peu à peu conscience de lui même, brisera toute les digues pour que, dans un ultime assaut, elle encercle le donjon de nos élites sociopathes. Je dois pourtant vous dire mon cher cousin, que le temps des chants, des danses et des beaux discours ne doit plus être. Les protestations populaires, aussi encourageantes soient-elles, ne mèneront à rien à coup de pacifisme, slogans stériles ou encore de démonstration de désir de jouir. Nous ne voulons plus jouir de ce monde ! Nous devons le mettre à bas ! Il n’entraîne que la perte des âmes, la corruption, la souillure. Le temps des embrassades est terminé. Voici le temps de la lutte frontale et sans concession. Le pouvoir ne souhaite plus compter sur nous pour nous gouverner. Il ne souhaite plus nous utiliser, nous manipuler, nous tromper. Non il souhaite purement et simplement nous éliminer. C’est ainsi que nous ne devons plus compter sur lui pour exiger qu’il fasse marche arrière, qu’il temporise ou change d’aspect. Nous souhaitons purement et simplement sa disparition. Nous souhaitons qu’il aille au bout de sa folie, qu’il démontre tout l’étendu de sa laideur et de sa folie. Afin, que suite à cet affrontement final, il ne puisse jamais revenir. Nous le pays réel, lutterons jusqu’au bout. Les faibles périront, les forts subsisteront. Heureux les gens avertis et préparés. Les temps qui viennent leur seront moins durs. Que périssent le troupeau inerte qui ne souhaite que jouir. Qu’il se vautre dans sa comprissions. Nous ne voulons plus de ce monde. La résistance ne doit plus faire aucun compromis aux loups déguisés en agneau. Que disparaisse ces ordures.

Mon cher cousin je vous laisse. La situation est explosive. je compte sur vous pour suivre mes indications. Faites donc suite à ce duel ! Que cette engeance réfléchissent à deux fois la prochaine fois ! « Quant à moi, j’attends les Cosaques et le Saint-Esprit ! Tout le reste n’est qu’ordure.  » C’est sur ces mots du fier Léon Bloy que je vous dis à très bientôt. Je vous porte dans mon cœur et dans mes prières.

Que Dieu vous bénisse, et qu’il bénisse le pays réel !

A très bientôt.

Votre dévoué Cousin.


Lettre écrite par Le Cosaque

Soutenez le Réveil des Moutons en commandant un tee-shirts, une tasse ou une casquette : lereveildesmoutons@outlook.fr ou en MP sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code