28 mai 2024

L’hypocrisie occidentale sur les récents évènements ne montre aucune limite

6 min read
4415 Views

Jeudi soir dernier, un haut responsable républicain (américain) a émis ce qui doit être considéré comme l’un des tweets les plus scandaleux émis par un homme politique de haut rang. Lindsey Graham a tweeté : « Y a-t-il un Brutus en Russie ? Y a-t-il un meilleur colonel Stauffenberg dans l’armée russe ? La seule façon de mettre fin à cette situation est que quelqu’un en Russie élimine ce type. Vous rendriez un grand service à votre pays – et au monde entier. À moins que vous ne vouliez vivre dans l’obscurité pour le reste de votre vie, être isolé du reste du monde dans une pauvreté abjecte, et vivre dans l’obscurité, vous devez prendre les devants.« 

La seule bonne chose que l’on puisse dire est que les remarques de Graham n’ont pas été approuvées par ses collègues politiciens américains. La représentante Marjorie Taylor Greene a déclaré : « alors que nous prions pour la paix et le peuple ukrainien, c’est irresponsable, dangereux et déséquilibré. Nous avons besoin de dirigeants à l’esprit calme et à la sagesse constante. Pas de politiciens bellicistes assoiffés de sang qui essaient de faire bonne figure en exigeant des assassinats. Les Américains ne veulent pas la guerre ».

On applaudit naturellement ces voix de la raison. Mais une question s’impose : où étiez-vous pendant les longues décennies au cours desquelles l’armée américaine et ses laquais de plusieurs pays occidentaux ont fait fi du droit international et ont envahi, bombardé et sapé de toute autre manière plus de 70 nations au cours de la seule période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale ? La réponse des médias occidentaux, qui ont été presque universels dans leur condamnation des actions de la Russie en Ukraine, est un silence stupéfiant.

On peut penser par exemple à l’invasion du Sud du Viêt Nam par les États-Unis. Pendant plus d’une décennie, les États-Unis ont fait la guerre au Nord du Viêt Nam dans une tentative désespérée d’empêcher l’unification de ce pays et son inévitable domination par un gouvernement communiste du Nord. Dans cette guerre, ils ont été généreusement soutenus par l’Australie, entre autres nations occidentales. Quels intérêts australiens vitaux seraient protégés en participant à cette guerre ? Un observateur impartial aurait du mal à nommer un seul intérêt national vital qui aurait été protégé en participant à cette guerre manifestement illégale et agressive. Aujourd’hui, avec une hypocrisie typique, le gouvernement des États-Unis s’efforce puissamment de s’assurer le soutien du Vietnam dans sa lutte contre la montée de la Chine. Ils devraient examiner de près la récente visite humiliante du vice-président au Viêt Nam pour en tirer des leçons sur la manière de ne pas se comporter lors d’une visite dans ce pays.

L’expérience de la guerre du Viêt Nam n’a pas suffi à dissuader les Américains de multiples autres mésaventures à l’étranger. Rien qu’au cours de ce siècle, il y a eu au moins quatre interventions majeures des États-Unis et de leurs fidèles partisans dans les affaires de pays étrangers. Le siècle a commencé par l’invasion de l’Afghanistan, faussement accusé d’être responsable des événements du 11 septembre 2001. Même après avoir capturé et tué l’auteur présumé des attentats du 11 septembre, Oussama ben Laden, des années après que le New York Times eut publié sa nécrologie après sa mort de cause naturelle en 2001, les États-Unis et leurs laquais ont poursuivi leur occupation de l’Afghanistan pendant une décennie supplémentaire. Ils ont fini par se retirer dans des circonstances humiliantes (sans en informer leurs « alliés ») mais ce n’était pas la fin de leur vengeance. Les États-Unis ont en effet volé plusieurs milliards des précieuses réserves étrangères de l’Afghanistan, laissant le pays dans une situation désespérée, avec au moins 40 % de sa population menacée de mort prématurée par l’impossibilité d’accéder à la nourriture et aux soins de base.

Cette mésaventure a été suivie d’une débâcle similaire en Irak. L’expérience des États-Unis dans la conquête de l’Irak vaut toujours la peine d’être gardée à l’esprit lorsque l’on entend leurs protestations concernant les atrocités présumées commises par les troupes russes en Ukraine. Plus d’un million d’Irakiens ont été tués pour imposer cette occupation. Les États-Unis et l’Australie sont toujours là, 19 ans plus tard, malgré la demande du gouvernement irakien de partir de leurs terres.

En octobre 2011, les Américains ont tué Mouamar Kadhafi. Ce pays est en pagaille depuis lors, avec au moins deux groupes qui revendiquent le pouvoir, le vol de leurs réserves de pétrole par les Américains (une répétition de ce qu’ils ont fait en Irak) et une situation généralement instable le plus important héritage du meurtre du leader du pays.

En 2014, les États-Unis sont à nouveau intervenus dans un pays du Moyen-Orient, cette fois en Syrie. Ils sont toujours là, refusant de partir, et toujours, selon un schéma familier, en train de voler le pétrole de la Syrie. Un autre schéma familier de l’occupation américaine (outre sa totale illégalité) est le soutien manifeste apporté aux groupes terroristes qui partagent leur ambition de renverser le gouvernement légitime d’Assad.

Dans ce cas, les ambitions des États-Unis ont été contrecarrées par l’intervention de la Russie dans le pays en 2015. La grande différence est que les Russes ont été invités par le gouvernement Assad à intervenir. Leur présence a été un tournant dans la guerre, le gouvernement ayant progressivement récupéré une plus grande partie de son territoire. Outre les Américains et leurs alliés terroristes, la Syrie a également souffert d’une campagne de bombardements israéliens. Non contents d’avoir volé le territoire syrien sur le plateau du Golan, les Israéliens ont poursuivi leurs attaques aériennes sur la Syrie, même si, avec l’aide de la Russie, elles semblent aujourd’hui toucher à leur fin.

Lorsque l’on examine cette histoire, et elle est loin d’être une chronique complète des méfaits des États-Unis dans le monde, il est étonnant que les Américains et leurs loyaux alliés européens puissent avoir la témérité de critiquer les actions de la Russie en Ukraine. L’un des nombreux éléments qui manquent systématiquement dans les comptes rendus occidentaux de ce qui arrive à leurs amis ukrainiens est la longue histoire du traitement brutal et de la tentative de génocide de la population russophone de la région du Donbass. C’est une chronique qui a presque complètement disparu du récit occidental, tout comme l’influence majeure des partisans fascistes du régime ukrainien.

C’est une nouvelle illustration de la nature sélective de la chronique occidentale des événements en Ukraine. Le véritable tableau militaire suggère fortement que la guerre sera terminée d’ici 2 à 3 semaines. Il est peu probable que nous assistions à un retour à l’époque précédant l’intervention russe, avec la reprise de relations commerciales normales. Mon impression est que les Russes ne s’en soucient plus. Ils ont d’autres ambitions à l’Est. L’Occident n’a personne d’autre à blâmer que lui-même pour son hypocrisie rampante.

James O’Neill, un ancien avocat basé en Australie, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/03/08/western-hypocrisy-over-recent-events-show-no-limits/

 

Article traduit par le camarade Arthur du Réveil des Moutons

 

Soutenir le Réveil des Moutons : https://www.patreon.com/manuldm

Boutique : https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *