4 décembre 2022

L’Irak se rapproche du chaos et de l’abîme

11 min read
28272 Views

Ayed al-Hilali, l’un des dirigeants du Coordination Framework Alliance (CFA), a déclaré, dans une interview accordée à Shafak News, que ses partisans étaient déterminés à former un nouveau gouvernement en Irak. Il a catégoriquement rejeté l’appel lancé par l’imam Muqtada al-Sadr pour que l’actuel Premier ministre Mustafa al-Qazimi et son cabinet conservent le pouvoir de superviser de nouvelles élections parlementaires. « Le gouvernement al-Qazimi n’a aucune autorité et ne peut pas superviser la tenue d’élections anticipées« , a souligné l’homme politique. Selon lui, « la décision de changer le cabinet de Mustafa al-Qazimi a déjà été prise et ne sera pas retirée. »

Si cette Alliance parvient à former un nouveau gouvernement dans un pays où elle est absente depuis environ 11 mois, ce sera un coup dur pour al-Sadr et ses politiques en quête de pouvoir absolu. Al-Sadr est connu pour son ambition de devenir le « père » de l’Irak et son chef suprême. Il a travaillé dur pendant 18 ans pour obtenir une majorité parlementaire claire, ce qu’il a fait lors des dernières élections en novembre dernier. Depuis lors, cependant, il a pris une série de décisions qui se sont avérées être des bévues stratégiques et qui ne lui ont pas apporté le succès. Ses projets trop ambitieux sont perçus par tous ses concurrents comme une menace stratégique et une volonté de devenir un autre dictateur. Il ne cache pas ses intentions d’utiliser le soutien populaire pour s’emparer du pouvoir législatif, exécutif et ensuite judiciaire. En d’autres termes, devenir l’autorité suprême de l’Irak, « bousculer » fondamentalement le système de gouvernement du pays et éliminer ses rivaux historiques. Pour atteindre ces objectifs, l’Imam a conclu une alliance temporaire avec les partis sunnites et kurdes qui ont remporté la majorité des sièges à l’Assemblée nationale (parlement). Mais malgré tous ses grands efforts, il se trouve dans une impasse politique, confronté à la perspective soit de faire un compromis temporaire avec ses rivaux, soit de se replier dans une opposition permanente.

Quoi qu’il en soit, on peut affirmer que, bien qu’il ait obtenu beaucoup de résultats jusqu’à récemment, al-Sadr n’a pas réussi à écraser complètement le système de pouvoir déjà établi et a également sous-estimé la puissance des facteurs externes. À ce stade, il a décidé de faire un nouveau coup plutôt fort et inattendu, qui a mis ses rivaux dans une sorte de stupeur. Le 29 août 2022, al-Sadr a annoncé son « retrait » de la politique, mais n’a pas appelé ses partisans à renoncer à leur occupation de la zone parlementaire de la « zone verte » de Bagdad. En fait, cette déclaration a été prise par ses partisans comme un signal pour une plus grande escalade, qui a été immédiatement suivie par une invasion violente des agences gouvernementales et des palais à l’intérieur de la zone verte. Les manifestants ont même tenté de traverser un pont suspendu pour se rendre dans le quartier d’Al-Jadriya, un bastion de leurs adversaires. Mais les combattants mal entraînés de l’organisation militaire Saraya al-Salam n’ont pas fait le poids face aux unités Fasa’il bien entraînées et armées, loyales à l’Alliance du cadre de coordination et établies sur place.

Pendant ce temps, al-Sadr subissait une pression intense, à la fois directe et indirecte, de la part d’autres facteurs chiites, y compris des centres de pouvoir à Nadjaf, Qom, Téhéran et au-delà. Cette situation a abouti à une décision apparemment émotive et impulsive de l’imam d’abandonner toute confrontation et toute manifestation pacifique. Et il a été aidé en cela par le grand ayatollah Ali al-Sistani, qui a discrètement mis fin à la violence, débarrassé la zone verte de Bagdad et le reste des villes irakiennes des milices en conflit. Le site Web Rudaf, citant une source bien informée, révèle le contexte de cette décision : « Le bureau d’Al-Sistani suivait de près ce qui se passait et étudiait les mesures pratiques les plus appropriées à prendre. La situation était très sensible. Al-Sistani n’accepte pas que le sang irakien coule. En même temps, il ne veut pas être impliqué dans le conflit politique entre les partis, car il refuse de soutenir un parti plutôt qu’un autre. » C’est pourquoi al-Sistani a envoyé un message verbal sans permission écrite par ses canaux et par certaines personnes de son cercle intime de confiance, qui l’ont ensuite transmis à Muqtada al-Sadr, indiquant que ce qui se passe actuellement en Irak – en termes de combats – pourrait conduire à une guerre civile dévastatrice et dommageable pour le peuple et l’État. Il faut donc mettre un terme clair et précis à ce qui s’est passé. Le site Web note que le message était clair et qu’al-Sadr savait qu’il « devait faire quelque chose et rapidement afin de mettre en œuvre le message. Sinon, il se mettrait en danger et perdrait sa position. C’est pourquoi il a ordonné à ses partisans, lors de sa conférence de presse, de se retirer de la zone verte.« 

Les autorités religieuses de Nadjaf savent qu’al-Sadr dispose de milices armées et d’un large public qui le soutient sans poser de question ni émettre d’objection. C’est pourquoi elles sont prudentes dans leurs relations avec lui. Toutefois, cela ne signifie pas qu’ils lui obéissent ou qu’ils ne peuvent pas lui résister. Ils ont une légitimité juridique que n’a pas al-Sadr, qui n’est pas un mujtahid mais a hérité son leadership social et politique de son père, le grand ayatollah Muhammad-Sadiq al-Sadr.
De son côté, al-Sadr a réalisé que toute tentative de manœuvre au sein du message d’al-Sistani pourrait pousser l’autorité religieuse, suivie par la plupart des chiites dans le monde, à déclarer une position claire qui pourrait devenir très préjudiciable à al-Sadr et affecter directement son leadership politique et sa popularité. Dans ces circonstances, le très intelligent al-Sadr a choisi de « s’incliner devant la tempête » et de prendre la décision suivante : « Je critique maintenant la révolution du mouvement sadriste parce qu’elle a dévié de son caractère pacifique et a choisi la violence. » Il a également noté que « verser le sang du peuple irakien est interdit. Si le mouvement ne se retire même pas du sit-in devant le parlement dans l’heure qui suit, je le désavouerai. » Cette déclaration d’al-Sadr, qui a pu inquiéter certaines parties de son parti et a été perçue par certains comme un recul par rapport à sa position intransigeante contre les forces hostiles, était, selon les experts, un simple remaniement, une autre manœuvre et une tentative de gagner la faveur du bureau d’al-Sistani et de montrer qu’il écoute les ordres des autorités religieuses de Nadjaf.

Selon toute vraisemblance, al-Sadr a probablement sous-estimé à la fois la complexité du système politique irakien et l’hégémonie écrasante de l' »univers chiite » dans la politique irakienne, ce qui l’a finalement empêché d’atteindre son objectif ultime, à savoir dominer le pouvoir en Irak. Il a également surestimé ses propres capacités et celles de ses partisans en tentant d’agir de manière risquée et d’essayer ainsi de déjouer l’Iran et les opposants irakiens. Par conséquent, la voie qu’il a choisie jusqu’à présent s’est avérée non seulement difficile, mais aussi malavisée et ne lui a pas encore permis de remporter la victoire finale. Les adversaires d’Al-Sadr, quant à eux, ont sous-estimé sa capacité à sortir des sentiers battus et à agir en dehors du système étatique pour mettre le pays à genoux. L’Alliance pour le cadre de coordination a réussi à rester unie et à faire barrage aux sadristes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Parlement, mais elle n’a pas proposé d’alternative acceptable. Les membres de l’Alliance ont célébré prématurément la sortie des sadristes du parlement, ont pris leur temps et n’ont pas réussi à accélérer la formation d’un nouveau gouvernement. Ils n’ont pas réussi à rallier les Kurdes ou les sunnites à leur cause, ni à gagner la sympathie des chiites. Aujourd’hui, ils semblent être redevenus trop confiants après que les sadristes ont quitté la zone verte de Bagdad. Ils ont refusé de reconnaître l’initiative d’al-Sadr visant à mettre fin à la violence et ont commencé à le provoquer de toutes les manières possibles, le considérant, comme on dit en Irak, comme un « âne mort. »

Pendant ce temps, les institutions publiques irakiennes sont, au mieux, devenues des observateurs incompétents et, au pire, sont accusées de complaisance, voire d’escalade du conflit. Les acteurs non chiites irakiens et la communauté internationale sont également devenus un peu plus que des observateurs inquiets et frustrés qui ne savent pas comment engager de manière constructive toutes les parties dans la résolution de la crise du pouvoir. Après tout, lorsque les dirigeants chiites ne peuvent pas diriger les Irakiens, il y a une limite à ce que les autres parties et dirigeants peuvent faire, en particulier les puissances mondiales et les Nations unies, ainsi que les partenaires internationaux autres que l’Iran et les centres religieux chiites situés sur place.

Si l’on devait tenter de prédire l’avenir du pays, il serait bien sombre, car l’entêtement de ses rivaux pourrait conduire l’Irak à un échec irréversible. Les chiites peuvent tolérer un degré limité de violence, mais un seuil a déjà été atteint au-delà duquel le pays pourrait tout simplement s’effondrer. Il existe toutefois des moyens d’éviter tout cela. À court terme, les parties concernées disposent d’une étroite fenêtre d’opportunité pour élaborer un plan en vue d’une solution à long terme. On peut supposer qu’au cours de la période précédant le pèlerinage de la fête sainte d’Arba’een (16 septembre), les politiciens et les militaires sont contraints de se reposer et de réfléchir, car aucun acte de violence significatif n’est attendu. À en juger par l’échange de déclarations fermes, les mêmes acteurs pourraient reprendre leurs activités et sous des formes plus dramatiques après Arba’een, poussant l’Irak dans l’abîme.
Tôt ou tard, les sadristes se rendront compte que s’emparer de tout le pouvoir n’est pas une option viable, et que la voie extraconstitutionnelle vers la domination de l’Irak ne sera pas payante. Leur seul moyen de retrouver une légitimité est de permettre au Parlement de se réunir, d’adopter une loi sur de nouvelles élections et d’accepter une auto-dissolution. À l’inverse, l’Alliance du cadre de coordination doit également reconnaître qu’elle ne peut s’en tirer en ignorant les intérêts des autres partis existants, et encore moins en éliminant l’opposition comme moyen de résoudre la grave crise. En d’autres termes, c’est pourquoi le compromis mutuel et la résolution des questions difficiles à la table des négociations sont nécessaires.

Les parties non chiites (kurdes, sunnites, yazidis) et les acteurs internationaux ont tout intérêt à faire pression sur les deux rivaux pour qu’ils s’entendent sur un compromis. Les Kurdes et les Sunnites, en particulier, ne devraient pas se précipiter pour rejoindre le Parlement afin de former un gouvernement, ce qui, jusqu’à présent, s’est fait au détriment des Sadristes. Ils devraient plutôt subordonner leur participation à l’instauration d’une paix durable et à la stabilisation de l’Irak. Les puissances mondiales et l’ONU doivent continuer à s’engager de manière constructive avec toutes les parties, en se concentrant sur la stabilité, la légitimité et la fonctionnalité de l’État irakien. Cela est particulièrement vrai pour les États-Unis, qui ont envahi l’Irak de manière déraisonnable, détruit la structure de l’État, semé la discorde et les différends entre les communautés tribales, et créé une haine sans précédent entre les chiites et les sunnites. Aujourd’hui, Washington, qui parle beaucoup de relations amicales avec Bagdad, devrait réparer les erreurs de sa précédente politique irakienne et poursuivre une politique d’aide au renforcement de l’autorité et des structures de l’État.

L’Iran et le centre de pouvoir chiite basé en Iran doivent réaliser que les récents événements en Irak ont accru le sentiment anti-iranien parmi les chiites, et que de nouvelles violences pourraient finir par les éloigner de l’Iran. Téhéran, qui possède de nombreux facteurs d’influence sur les partis irakiens et leurs dirigeants, peut et doit jouer un rôle constructif en persuadant toutes les parties de parvenir à un compromis. Bien que les autorités iraniennes soient très partiales dans le conflit irakien, soutenant l’Alliance du Cadre de Coordination et un certain nombre d’autres partis qui leur sont favorables, elles sont en bonne position pour forcer leurs alliés irakiens à un compromis. Il est de notoriété publique que la CFA est clairement divisée entre faucons et modérés, sans leader unique. Si la FCA est d’accord sur le fait qu’il faut arrêter Al-Sadr, les membres de l’alliance n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la meilleure façon de procéder.

La question de savoir si les partis chiites et autres et leurs dirigeants peuvent faire preuve d’intelligence politique ou de sagesse conventionnelle et tenter d’empêcher l’Irak de tomber dans l’abîme politique est la mère de toutes les questions pour le moment. Et la manière dont les Irakiens feront face à cette situation difficile déterminera l’avenir de l’État lui-même et, surtout, l’avenir de la jeune génération, qui s’est lancée très activement dans la politique.

 

Viktor Mikhin, membre correspondant de RANS, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/09/19/iraq-slides-ever-closer-to-chaos-and-the-abyss/

 

Article traduit par Arthur du Réveil des Moutons 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *