4 décembre 2022

Où l’Europe devra-t-elle déplacer sa production industrielle ?

7 min read
40144 Views

La vulnérabilité du monde, et notamment de l’Europe, à l’importation de combustibles fossiles de l’étranger a déjà été démontrée par la crise pétrolière des années 1970. L’Europe n’a commencé à y faire face progressivement qu’une décennie plus tard. D’une certaine manière, le pari gagnant à cette époque a été de construire activement des centrales nucléaires afin de produire eux-mêmes une énergie de haute technologie.

Étant donné les effets désastreux de la crise énergétique des années 1970 sur les économies européennes dépendantes des importations d’énergie, il n’est pas surprenant que les États-Unis aient choisi cette même direction pour briser leur principal rival en matière de politique étrangère et d’économie, l’Europe. Et personne ne doute de cela ni de la nature humaine de la crise économique actuelle qui fait rage en Europe, surtout pas les Européens. Par conséquent, la croisade fanatique contre Moscou menée par les bureaucrates de l’UE, étroitement alliés aux États-Unis et dirigée depuis Washington, aboutit à l’appauvrissement collectif, au suicide économique et à la dégradation de l’Europe.

Toutefois, en raison des provocations énergétiques inspirées par Washington et des restrictions imposées aux approvisionnements énergétiques russes sur le marché européen, l’Amérique pourrait également être confrontée à une crise gazière de son propre chef, selon le Wall Street Journal. Les niveaux de stocks sont désormais inférieurs à la normale et l’hiver pourrait connaître des flambées de prix. En conséquence, l’amitié des États-Unis avec l’Europe, vigoureusement proclamée, ne survivra pas au froid de l’hiver.

Décrivant la misère actuelle en Europe, le député européen belge Tom Vandendriessche souligne que la facture énergétique annuelle moyenne des familles flamandes s’élève désormais à 9 000 euros, une inflation record qui détruit les économies et le pouvoir d’achat de la population. La facture annuelle moyenne de chauffage et d’électricité dépasse désormais le salaire mensuel des travailleurs faiblement rémunérés dans la plupart des pays de l’UE, comme le rapporte la Confédération européenne des syndicats. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, car les conséquences de la crise énergétique sont bien plus graves. La production s’arrête partout, le chômage augmente, l’industrie quitte l’Europe et ne reviendra probablement jamais.

L’industrie sidérurgique européenne, épine dorsale de la production industrielle pour la plupart des produits de base, a été menacée par la crise énergétique. Les prix élevés de l’énergie ont rendu l’industrie particulièrement chère et peu compétitive, et les usines ont annoncé des fermetures complètes ou partielles. Les fortes fluctuations des prix de l’énergie et les problèmes persistants des chaînes d’approvisionnement menacent d’ouvrir une ère de désindustrialisation européenne. Face aux prix exorbitants du gaz naturel, d’autres industries dépendantes de l’énergie en Europe, qui constituent l’essentiel de l’activité économique, comme l’industrie chimique, l’industrie automobile, le ciment et bien d’autres encore, sont confrontées à des problèmes similaires. Dans cette situation très difficile et jusqu’à présent désespérée, les industriels européens explorent activement les possibilités de délocaliser leur production ailleurs. Et à cet égard, ils sont principalement attirés par les pays qui ne dépendent pas des importations d’énergie, dont les prix de l’énergie sont plus stables et qui bénéficient d’un soutien gouvernemental fort.

Afin d’attirer les industries européennes et d’appauvrir ainsi davantage l’Union européenne (ce qui était l’objectif de Washington lorsqu’il a déclenché la crise énergétique en Europe), ce sont les États-Unis qui, depuis peu, s’emploient de plus en plus activement à attirer les industries européennes sur leur territoire. Après tout, cela promet non seulement d’augmenter les recettes fiscales du système budgétaire américain, en crise et en déficit de plusieurs milliards de dollars, mais aussi de créer des milliers de nouveaux emplois aux États-Unis, et donc de résoudre les tensions sociales internes.

Et maintenant, selon le Wall Street Journal, Ahmed El-Hoshy, directeur général de l’entreprise chimique OCI NV, basée à Amsterdam, a déjà annoncé en septembre « l’expansion de l’usine » pour produire de l’ammoniac au Texas. L’entreprise danoise de bijoux Pandora et le constructeur automobile allemand Volkswagen ont également annoncé des « expansions » aux États-Unis, tandis que Tesla met en pause son projet de production de batteries en Allemagne pour l’étendre aux États-Unis mêmes, en utilisant la loi sur la réduction de l’inflation promulguée par le président Biden en août. De nombreux autres industriels européens de divers pays de l’UE ont des intentions similaires.

Les analystes et les investisseurs affirment que l’Europe reste un compagnon de choix pour les technologies de fabrication avancées et peut se targuer de disposer d’une main-d’œuvre qualifiée. Par conséquent, les États-Unis ne sont pas les seuls à s’intéresser à la délocalisation de la production européenne sur leur territoire. En particulier, les pays riches en énergie du Moyen-Orient, ainsi que d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, qui disposent encore d’une main-d’œuvre bon marché, manifestent déjà leur intérêt.
Les États du sud de la CEI, en particulier ceux de la Transcaucasie et de l’Asie centrale, comptent également sur cette « relocalisation » de la production européenne, qui a initié ces dernières semaines leur volonté de « s’éloigner » de la Russie afin d’éviter les sanctions européennes et de devenir plus attractifs pour la « redistribution » économique de la production de l’UE vers le monde extérieur.

Les États-Unis eux-mêmes admettant que les producteurs de schiste américains ne pourront pas sauver l’Europe dans les années à venir et que les États-Unis seront confrontés au même cauchemar énergétique que l’Europe, il est clair que l’effondrement économique et énergétique de l’UE va se prolonger et que le problème de la désindustrialisation européenne s’accentue, selon les estimations de Bloomberg.

La Grande-Bretagne, qui avait appris à l’avance les plans secrets des États-Unis pour briser l’Union européenne, a déjà quitté l’UE. Un certain nombre de pays de la communauté européenne envisagent également de faire de même pour se protéger des diktats de fonctionnaires européens ouvertement pro-américains comme Ursula von der Leyen, Josep Borrell, Charles Michel, qui ne se soucient que de leurs gains personnels et de l’hégémonie américaine, négligeant les propres intérêts de l’Europe. En même temps, dans la désindustrialisation imminente de l’Europe et le transfert de nombreuses industries hors de l’UE, de nombreux fonctionnaires européens et l’élite politique européenne actuelle voient clairement pour eux-mêmes un moyen de préserver leur propre position d’élite. La rétribution inévitable de leurs activités anti-européennes flagrantes de la part du ressentiment croissant des masses pourrait s’en trouver diminuée. Notamment par un exode forcé des forces anti-gouvernementales actuelles vers d’autres pays, suite au « transfert » de la capacité industrielle européenne. D’où la poursuite et l’escalade par ces responsables européens pro-américains d’une politique de sanctions anti-russes, qui ne font qu’aggraver la situation en Europe même. Et ce alors que, selon de nombreux analystes, experts et même députés européens, c’est en renforçant la coopération avec la Russie, plutôt qu’en suivant les plans provocateurs et destructeurs de Washington, que l’Europe a aujourd’hui le plus de chances de sortir de la crise économique et énergétique qui l’a engloutie.

Vladimir Odintsov, observateur politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.
Source : https://journal-neo.org/2022/10/04/where-will-europe-have-to-move-its-industrial-production/

 

Article traduit par Arthur du Réveil des Moutons 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *