3 décembre 2021

Parlons pognon (à l’attention de ceux qui en ont peu)

4 min read
3805 Views

Parlons pognon (à l’attention de ceux qui en ont peu)

 

Préambule catastrophiste

Nous l’avons déjà évoqué dans ces colonnes : notre monde est au bord du gouffre. Un petit événement déclencheur pourrait semer demain un chaos inédit dans l’histoire moderne. Faillites bancaires, hyperinflation, coupures d’électricité, pénuries à grande échelle, hécatombe post-vaccinale…

Dans la perspective de se préparer au pire, j’entends souvent parler de “diversification financière”, d’achat de terres agricoles, de lingots d’or, et que sais-je encore. Il n’empêche, nombre d’entre vous qui lisez ces colonnes n’auront pas bien davantage que quelques centaines, voire quelques milliers d’euros en banque. Qu’en faire ?

Mais avant toute chose, quelques brefs rappels en collapsologie.

Les étapes de l’effondrement

En cas de “pépin grave”, tout fout le camp, et vite.

Au bout de deux jours : pour 90% des gens, les frigos sont vides et les réserves inexistantes. Les supermarchés sont pris d’assaut, vidés, puis pillés. Il n’y a plus d’essence aux pompes. Il se peut aussi que vous n’ayez plus d’électricité, de chauffage, d’eau courante… de téléphone portable ! Merde, on fait comment ?!

Au bout d’une semaine : nos forces de l’ordre ont d’autre chats à fouetter que de continuer à protéger l’hyperclasse. C’est alors chacun pour soit. La faim aiguisant les appétits, surtout des plus viriles, les villes deviennent rapidement des enfers.

Au bout d’un mois : privé d’eau (on ne survit que 48 heures à sec), de nourriture, et soumis à la loi du plus fort, le “monde d’avant” s’est transformé en un espèce de scénario à la Mad Max.

Passé ce mois de furie, les choses peuvent tranquillement reprendre un cours moins agité. Et là, il vous faut des moyens d’échange acceptés par le plus grand nombre (non, pas votre carte bleue !).

Dans ces conditions, que faire de son pognon ?

La réponse est d’une simplicité enfantine.

Primo, acheter de la nourriture facilement conservable, qui ne dépérit pas dans le frigo, et qui peut être manger froide si vous n’avez pas de quoi la réchauffer par vos propres moyens. De quoi tenir un mois, avant que les choses ne se calment. De l’eau aussi. 2 litres par personne par jour pour 30 jours. (Un bidon de 5 litres au supermarché coûte moins d’un euro). Budget : 200 ou 300 euros par personne.

Secundo, conserver sous son matelas des réserves d’euros en billets de banque et en pièces. 1000 euros par personne peut-être. Si possible, avoir également quelques centaines de francs suisses.

Tertio, avec le solde, se rendre dans une boutique d’or et d’argent à proximité de chez soi et y passer commande (le processus est quasi-anonyme). Dès aujourd’hui. Sans plus attendre. (Vous êtes prévenus). Moins vous avez de pognon, et plus il faut privilégier l’argent métal, qui offre deux avantages par rapport à l’or : 1) le ratio de valeur argent-or est historiquement bas, favorisant l’achat du métal gris ; 2) il vous sera plus facile de troquer pour un mois de pain avec votre boulanger contre une pièce d’argent que vingt-quatre ou trente-six mois de rations contre votre pièce d’or. Les plus pauvres se concentreront donc sur l’argent, les plus riches feront un mixte des deux métaux.

Quelques ultimes remarques

Primo, ne conserver dans votre compte en banque que le stricte nécessaire pour faire face aux factures courantes. Le reste pourrait disparaître du jour au lendemain (même dans un coffre).

Secundo, nous n’aborderons pas ici la question des cryptomonnaies. Nous y voyons des avantages (il y a un maximum de 21 millions de Bitcoins à produire dans un monde qui compte à ce jour 52 millions de millionnaires) et des inconvénients (si vous n’avez plus accès à internet…). Quoiqu’il en soit nous accordons notre préférence au tangible, enterré dans le jardin, qui a fait ses preuves depuis sa découverte dans la rivière du Pactole (nous faisons ici référence au métal jaune comme le soleil).

Tertio. Formez des cercles locaux de résistance. Armez-vous légalement.

Préparez les moyens de communication, de transport (vélos, canassons), d’énergie.

Vous hésitez encore ? Dommage, vous auriez dû agir. Trop tard !

 

Lawrence d’Arabie pour le réveil des moutons

Soutenez le Réveil des Moutons en commandant un tee-shirts, une tasse ou une casquette : manulrdm@gmail.com , lereveildesmoutons@outlook.fr  ou en MP sur les réseaux sociaux

1 thought on “Parlons pognon (à l’attention de ceux qui en ont peu)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code