16 juin 2024

Pourquoi l’entité sioniste tue en toute impunité

5 min read
2187 Views


Quel état au monde pourrait se permettre de procéder à une épuration ethnique continuelle, à des humiliations systématiques, à des expropriations massives, à des destructions par des chars de maisons, de champs, de récoltes, à des bombardements sanglants de la population civile, à des massacres délibérés et répétés d’enfants, de femmes, de vieillards, à des agressions militaires continuelles par air, par terre et par mer d’une population pauvre, humiliée, dépossédée et globalement désarmée, à la négation de tous les droits humains les plus imprescriptibles sans être isolé diplomatiquement, sanctionné économiquement et puni militairement ? Aucun pays, sinon la criminelle entité sioniste, Etat voyou et terroriste qui ensanglante la Palestine et le Proche-Orient depuis des décennies. Il est écœurant de voir à quel point la quasi-totalité des gouvernements dans le monde sont de misérables laquais du judaïsme et du sionisme international, sont incapables de condamner et de faire cesser les crimes à grande échelle opérés par l’Eretz. Ces dirigeants, ces politiciens sont sans honneur, sans courage, sans dignité, sans souci de la vérité et de la justice. Ils tremblent tellement à l’idée d’être taxés d’antisémites et de ne plus être invités au prochain dîner du CRIF qu’ils se taisent. Pis, ils justifient les crimes israéliens, condamnent les Palestiniens qui luttent pour leur survie et se font massacrer dans la plus totale impunité.

Les communiqués et déclarations qui se succèdent sont plus vomitifs les uns que les autres : les manifestations en faveur des Palestiniens martyrisés, opprimés, massacrés, des enfants réduits en bouillie par les bombes israéliennes sont interdites car, nous explique-t-on, il pourrait y avoir des slogans antisémites. Il est plus grave de s’en prendre verbalement à l’entité sioniste et à ses agissements meurtriers que de tuer des enfants palestiniens innocents. Voilà où nous en sommes : de même que le Lobby a réussi à criminaliser le révisionnisme, en l’assimilant à de la haine antisémite, défendre le droit des Palestiniens à une terre et à un Etat, dénoncer le sort injuste et ignoble qui leur est fait est de même considéré aujourd’hui comme l’expression la plus caractérisée de l’antisémitisme. Ne nous répète-t-on pas ad nauseam que l’antisionisme est le prétexte à l’antisémitisme ?

Ce n’est pourtant pas l’antisionisme qui nourrit l’antisémitisme, c’est bien plutôt l’attitude de l’entité sioniste et de nombreux israélites qui soutiennent, légitiment, approuvent le massacre des Palestiniens, leur épuration ethnique, leur déportation, leur humiliation, n’expriment jamais la moindre compassion à l’égard d’un peuple dont on nie tout droit, toute dignité. La persécution de tout un peuple chassé de sa terre n’est pas près de cesser, bien au contraire, puisque, au nom de la Mémoire, l’entité sioniste peut tout se permettre. « En Occident, on n’a pas le droit de s’approcher de la boîte noire de l’Holocauste pour voir ce qu’il y a à l’intérieur » disait l’ancien président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Au nom d’un Holocauste dont on n’a pas légalement le droit sous nos latitudes de s’approcher de la boîte noire, l’entité sioniste commet un holocauste permanent. Chaque fois qu’est rallumée la flamme du mémorial de la Shoah se perpétue le massacre de Gaza. Yad Vashem est la porte ouverte à toutes les haines. Tous les jours la criminelle entité sioniste opprime, affame, tue, persécute grâce au passeport shoahtique qui est son passeport vaccinal le plus efficace, le garant de son impunité, le gardien de son immunité.

Ce serait une erreur de croire que le sort des Palestiniens ne nous concerne en rien. Outre que toute injustice, tout crime doit être dénoncé, nous sommes de plus en plus traités en Palestiniens dans notre propre pays. Par les mêmes et leurs complices et laquais. Comme eux, nous sommes dépossédés, niés dans notre existence, dans nos droits, dans nos libertés. Comme eux, nous sommes remplacés dans les médias et sur notre sol. Les gilets jaunes qui se battaient contre l’injustice et pour leur dignité ont été sauvagement réprimés comme les manifestants palestiniens le sont. Nous avons été contraints depuis plus d’un an de rester chez nous, de remplir, de signer et de montrer à la police ou à la maréchaussée des attestations pour sortir de notre domicile, nous sommes soumis au couvre-feu, à des limitations de déplacements tant en distance que dans le temps, à l’instar des Palestiniens qui sont systématiquement fouillés, humiliés, contrôlés, qui doivent sans cesser montrer des papiers, prouver qu’ils ont le droit de circuler, de se déplacer, qui attendent des heures aux check points alors qu’ils sont chez eux et qu’on a leur a volé leur terre, qu’on nie leur passé, leurs racines et qu’on leur interdit tout avenir, à jamais. Leur situation est certes bien pire que la nôtre en terme de conditions de vie et de travail, en terme d’oppression et de servitude, mais progressivement la France devient une Palestine occupée. Dirigée, opprimée, défigurée par les mêmes.

 

Où est le temps où il existait encore une diplomatie française digne de ce nom, où la France pouvait faire entendre sa voix, où le Quai d’Orsay menait une politique indépendante conforme aux intérêts de la France ? Nous n’avons aucune sympathie pour De Gaulle qui a été un fossoyeur et un diviseur mais il faut reconnaître qu’en 1967 lorsqu’il avait dénoncé « le peuple sûr de lui et dominateur », cela avait de l’allure et exprimait une grande vérité. On ne dira jamais assez combien l’existence même de l’entité sioniste est une menace permanente pour la paix du monde, combien elle excite les antagonismes, multiplie les crimes, est un élément majeur de déstabilisation et de tension. Et il est désolant de voir une classe politique totalement judéoservile, de Macron à Marine Le Pen. Tous dénoncent le Hamas et osent parler de la légitime défense d’Israël, de son droit à la sécurité.

Jérôme BOURBON, RIVAROL N°3472 DU 19 MAI 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *