22 mai 2022

Pourquoi les États-Unis ont-ils besoin de guerres et de conflits armés ?

8 min read
4043 Views

Au cours des trente dernières années, après l’effondrement de l’URSS, le monde, rebaptisé par l’Occident en un monde « euro-atlantique », a commencé à changer radicalement, se donnant une substance complètement différente de celle que Washington et l' »Europe renouvelée » organisée par l’Amérique voulaient lui donner. Elle a commencé à se gonfler d’un tout autre sens, l’équilibre des forces en son sein a commencé à changer, et l’Est, avec la Russie et la Chine, a annoncé qu’un nouvel avenir se profilait. Même l’Inde, l’Iran, le Brésil et l’Afrique du Sud ont pris conscience, sur le plan économique, militaire et politique, de leur place dans l’histoire moderne, démontrant à l’Occident que leur temps est compté. Des pays complètement différents, auparavant classés par l’Occident dans le « tiers monde », sont déterminés à définir un nouvel ordre mondial.

 

Conscients de leur effondrement, les États-Unis et les pays de l’OTAN qui dépendent des États-Unis considèrent désormais le déclenchement d’une hystérie militaire mondiale comme la seule chance qu’ils ont de conserver au moins une certaine influence sur les esprits de la communauté internationale en s’engageant activement dans une guerre de l’information et en essayant sans succès de présenter la Russie et la Chine comme les principaux adversaires et « l’axe de tous les maux du monde ». D’où l’intensification récente des attaques de l’Occident contre Pékin et Moscou, les coups de sabre actifs des États-Unis et de l’OTAN aux frontières de la Chine et de la Russie, et l’implication de divers pays dans de nouvelles alliances militaires, la dernière en date étant AUKUS (NDT : acronyme de l’anglais Australia, United Kingdom et United States).

Bien que Washington soit conscient de son incapacité à remporter une quelconque action militaire directe contre la Russie ou la Chine, et encore plus contre ces deux pays simultanément dotés d’armes de pointe, il poursuit néanmoins la stratégie consistant à déclencher des guerres loin de ses frontières. Dans le contexte de la perte dévastatrice de la position de leader de l’économie mondiale et des technologies de pointe pour le pays de la bannière étoilée, le sentiment militant est alimenté par l’aggravation de la crise économique importante aux États-Unis. La transition turbulente d’un monde unipolaire à un monde multipolaire et la propagation à grande échelle de la pandémie de COVID-19.

En déclenchant une nouvelle guerre, Washington pense avant tout non pas à la victoire mais aux profits du complexe militaro-industriel. Chaque fois qu’il y a une guerre au nom de la sécurité nationale des États-Unis, le Pentagone, brandissant la bannière étoilée, jette l’argent des contribuables sur les armes et le développement. Après tout, la guerre donne lieu à des contrats lucratifs pour la fourniture d’armes, qui peuvent être promus par les sbires corrompus du Congrès. Les conflits militaires reportent automatiquement les décisions difficiles concernant la réduction des dépenses de défense et la fermeture des bases militaires excessives.

Il ne faut pas non plus oublier que, comme le montre l’expérience historique, le lancement d’une machine militaire a toujours été un moyen de gagner en popularité pour les chefs d’État et de présenter le déclenchement de guerres étrangères comme une préoccupation pour la paix et la sécurité dans le pays. Les présidents américains ont souvent utilisé ce facteur pour améliorer leur image publique. Au cours des 120 dernières années, 21 présidents ont été élus aux États-Unis, 12 républicains et 9 démocrates. Sur les 55 guerres, conflits armés et opérations militaires déclenchés par les États-Unis ou avec leur participation, 33 ont commencé sous des présidents républicains, 23 sous des démocrates. En moyenne, il y a 2,75 – 2,88 guerres pour chaque président américain. Sur les 12 chefs d’État élus du parti républicain, seuls trois n’ont pas déclenché une seule guerre ou mené une seule opération militaire : Warren Harding (en poste de 1921 à 1923), Herbert Hoover (1929-1933) et Gerald Ford (1974 -1977).

Huit présidents démocrates ont utilisé la force militaire d’une manière ou d’une autre contre d’autres pays. C’est souvent sous les démocrates que Washington est entré dans les conflits armés les plus longs et les plus sanglants. Ainsi, sous le démocrate Lyndon Johnson (1963-1969), les États-Unis sont entrés dans la guerre du Vietnam en 1964, tandis que sous lui, les Américains ont envahi le Laos (où ils sont restés jusqu’en 1973). En bombardant les territoires frontaliers, ils entraînent le Cambodge dans la guerre du Vietnam et occupent une nouvelle fois la République dominicaine.

Sous le président démocrate John F. Kennedy (1961-1963) s’est produite l’une des crises militaires et politiques à grande échelle les plus dangereuses après la Seconde Guerre mondiale. La crise des missiles cubains, précédée de l’invasion de la baie des Cochons, est une opération désastreuse menée en 1961, à laquelle John F. Kennedy a donné l’ordre de procéder.

Sous le démocrate Bill Clinton, les États-Unis ont bombardé la Yougoslavie. Sous Barack Obama (qui est même devenu lauréat du prix Nobel, décerné par le politiquement veule comité Nobel), la guerre a commencé en Libye et en Syrie.

Quant à la cote de l’actuel président américain, le démocrate Joe Biden, seuls 44% des Américains ont déclaré soutenir sa politique en décembre, selon un sondage réalisé par NBC. Sa cote est retombée à 46% à l’automne, sur fond de retrait des troupes d’Afghanistan. En décembre, elle a encore baissé de deux points de pourcentage. Par ailleurs, comme le souligne l’allemand Der Spiegel, selon un sondage réalisé par Axios et le centre Momentive, plus de 40% des Américains ne croient pas que Joe Biden soit arrivé au pouvoir légalement.

Par conséquent, Biden a également un intérêt particulier à déclencher une autre guerre. Cependant, seul le temps nous dira s’il va profiter de cette opportunité.
Mais il ne faut pas oublier qu’à côté du président américain, il y a autour de lui beaucoup de « petits hommes » intéressés par le déclenchement de conflits armés. Il s’agit tout d’abord de ce que l’on appelle la communauté de Washington, notamment les intellectuels qui s’expriment à la télévision ou donnent des conférences. Les membres du Congrès et ceux qui se considèrent comme des politiciens suivent les informations sur les ennemis, et ceux qui ne se joignent pas à cette paranoïa peuvent être condamnés pour avoir aidé l’ennemi. La télévision et les médias tirent des profits de ces nouvelles. Des fonds importants sont alloués sur le budget national pour des voyages avec des escortes importantes sur le théâtre de la guerre. Rappelez-vous, en particulier, les récents voyages d’Antony Blinken, ou de Josep Borrel, de l’Europe vers l’Ukraine, tout en démontrant leurs prétendues intentions de maintien de la paix. Ils ont ouvertement eu peur de rencontrer des résidents de la RPD ou de la RPL qui ont été soumis à une agression armée par Kiev pour condamner la récente marche aux flambeaux totalement fascistes dans la capitale ukrainienne. L’essentiel est que ces voyages peuvent être utilisés à des fins publicitaires : plus de téléspectateurs, plus de revenus.

Et sur le battage publicitaire et ce genre de « publicité », on peut « jouer » avec les prix des ressources pétrolières et gazières sur les bourses ou autres titres des actionnaires crédules.

Dans ce contexte, les « entrepreneurs » privés profitent des crises militaires en cours, les militaires font carrière : certains soldats et officiers sont tués, d’autres prennent leur place.

Dans le même temps, il convient de noter que des personnes qui n’ont pas servi dans l’armée sont devenues présidents des États-Unis au cours des dernières décennies. Ainsi, à l’approche de l’âge de la conscription, Clinton a eu peur d’aller au Viêt Nam et a d’abord rejoint l’école d’officiers, mais son oncle haut gradé lui a rapidement promis une dispense de l’armée en général. Le fils d’un héros de la Seconde Guerre mondiale, George W. Bush, a choisi la même voie que Clinton pour échapper au service au Viêt Nam : il est entré à l’école militaire, et pendant qu’il étudiait, la guerre a pris fin. Bien qu’il y soit obligé, Barack Obama n’a pas pris la peine de s’enregistrer. Donald Trump est devenu le faucheur le plus médiatisé de l’armée avec sa prétendue épine calcanéenne (ce diagnostic a été posé à un jeune diplômé de l’université de Pennsylvanie par un médecin qui, par une étrange coïncidence, louait un bureau dans un immeuble appartenant au père de Trump). Joe Biden a également évité le service militaire parce qu’il était en fac de droit et qu’on lui avait diagnostiqué de l’asthme.

Mais tout cela n’a pas empêché les plus hauts représentants de la société américaine, qui n’avaient pas leur propre expérience de l’armée, de verser des rivières de sang sur le monde entier, en bénissant l’armée américaine pour qu’elle participe à des guerres dans le monde entier : Afghanistan, Irak, Libye, Yougoslavie, Syrie, Yémen. Des centaines de milliers de personnes ont péri partout, et des pays ont été détruits.

Dans l’ensemble, ils sont tous des marionnettes aux mains de sacs d’argent qui gagnent leur capital dans les guerres. D’où leur attitude insouciante face à de nouveaux conflits militaires.

Source: Vladimir Danilov, observateur politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.Why does the US Need Wars and Armed Conflicts? | New Eastern Outlook (journal-neo.org)

Traduit par le camarade Arthur du Réveil des Moutons

 

Soutenez le Réveil des Moutons en faisant un tour sur la boutique ou par don spontané : manulrdm@gmail.com / lereveildesmoutons@outlook.fr  ou en MP sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code