22 mai 2022

Pourquoi l’Occident ne sanctionne-t-il pas la Turquie pour son opération spéciale en Irak ?

9 min read

Turkish and Iraqi armament a joint military exercise on the Turkish-Iraqi border following a controversial referendum in northern Iraq, in Silopi district in Sirnak , Turkey , 28 September 2017 (Photo by Emrah Oprukcu/NurPhoto)

8321 Views

La récente frénésie russophobe de Washington et de ses alliés occidentaux à l’égard de l’opération spéciale de dénazification et de démilitarisation de l’Ukraine menée par la Russie, avec des sanctions anti-russes chaque jour plus nombreuses, amène involontairement à se demander : pourquoi l’Occident ne réagit-il pas de la même manière à une autre opération spéciale – celle que la Turquie mène sur le territoire irakien ? Et en quoi, en fait, ces deux opérations spéciales sont-elles différentes dans leur traitement international ?

Comme vous le savez, la Turquie a lancé une autre (sic !) opération spéciale militaire dans le nord de l’Irak le 18 avril, frappant les cachettes, bunkers, grottes et entrepôts du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). « Nous sommes déterminés à sauver notre noble nation du fléau du terrorisme », a déclaré le ministre de la Défense du pays, Khulusi Akar, ajoutant : « Notre lutte se poursuivra jusqu’à ce que le dernier terroriste soit neutralisé. »

Le Parti des travailleurs du Kurdistan est l’une des principales forces politiques des Kurdes, un peuple qui vit dans plusieurs pays du Moyen-Orient : sud-est de la Turquie, nord-ouest de l’Iran, nord de l’Irak et nord de la Syrie. Le PKK appelle à la création d’une autonomie kurde en Turquie, ce pour quoi les autorités turques ont déclaré l’organisation « terroriste », mais ce n’est que la position d’Ankara. La lutte turco-kurde a connu des hauts et des bas, avec une nouvelle flambée en 2015, lorsque les troupes turques ont occupé le nord de la Syrie « dans le cadre d’une opération spéciale » sous la bannière de la lutte contre les milices kurdes, qu’Ankara a qualifiées de terroristes. Selon le président turc Recep Erdoğan, plus de 6 000 membres du PKK en Turquie et 6 900 hors de Turquie ont été tués à cette occasion.
Un autre cycle de confrontation a eu lieu en 2020, lorsque la Turquie a mené une nouvelle opération spéciale contre les Kurdes en territoire irakien. Toutefois, Ankara n’a pas déclaré la guerre à l’Irak (comme elle l’a fait précédemment à la Syrie), affirmant qu’elle ne vise que les milices kurdes. Les forces armées turques ciblent périodiquement des sites en Irak où l’organisation possède des camps, des cachettes, des postes de commandement et des dépôts d’armes.

L’armée est sanctionnée pour ces opérations transfrontalières par le parlement turc, qui a renouvelé le mandat pour un an ces dernières années.
Les actions de la Turquie ont ensuite été condamnées par la Ligue des États arabes (LEA). Ils ont déclaré que cette campagne violait la souveraineté de l’Irak et reflétait les ambitions expansionnistes d’Ankara. Bagdad a également condamné les actions d’Ankara. Toutefois, compte tenu du « silence » de Washington, les autorités irakiennes n’avaient aucun moyen réaliste d’empêcher les frappes de la Turquie. Washington n’a imposé aucun régime de sanctions à la Turquie pour l’opération spéciale.
Après le début d’une autre opération spéciale, le 18 avril de cette année, les premières images de celle-ci ont été diffusées par le service de presse du ministère turc de la Défense. Les avions ont bombardé des sites et des cibles du Parti des travailleurs du Kurdistan dans le nord de l’Irak, dans les régions de Metina, Avaşin-Basyan et Zap. Auparavant, des unités des forces spéciales des troupes terrestres turques y avaient atterri. Selon le site Internet du ministère de la Défense, la Turquie a lancé l’opération Claw-Lock pour prévenir les attaques terroristes dans le nord de l’Irak et assurer sa sécurité. Le 19 avril, le ministère turc de la Défense a commenté les premiers jours de l’opération militaire spéciale en Irak, indiquant que l’armée turque avait éliminé une trentaine de combattants du PKK en moins d’une journée : « Les cibles identifiées lors de la première phase ont été capturées. Notre opération se poursuit avec succès comme prévu. Les zones sont passées au peigne fin à la recherche de terroristes. Toutes les cachettes et les soi-disant « quartiers généraux » des militants, ainsi que les grottes où ils se sont cachés, seront détruits… Les terroristes doivent réaliser qu’ils n’ont nulle part où aller et doivent se rendre. Nous sommes déterminés à éliminer la menace du terrorisme de l’agenda de la Turquie. » Quatre soldats turcs ont été blessés au cours de l’opération.

Jusqu’à présent, la seule réaction officielle à l’opération spéciale turque en Irak a été que le ministère irakien des Affaires étrangères a convoqué Ali Riza Güney, ambassadeur de Turquie à Bagdad, le 19 avril, en rapport avec les actions des troupes turques dans la république arabe et s’est vu remettre une note de protestation demandant « l’arrêt immédiat des actions provocatrices contre l’Irak.
« En outre, le régime de Kiev a manifesté sa vive inquiétude quant à la baisse d’intérêt du public occidental pour le conflit en Ukraine en raison de l’opération spéciale de la Turquie en Irak. « Si nous n’alimentons pas l’intérêt pour la crise ukrainienne, nous perdrons notre pertinence et, dans de nombreux pays, l’agenda national et la crise économique mondiale, ainsi que les pénuries de nourriture et de ressources, l’emporteront », a conclu le site First, basé à Kiev. Et un sondage réalisé par Morning Consult, le plus grand groupe de réflexion américain, sur les réactions à la pression économique occidentale sur la Russie dans un certain nombre de pays de l’UE et en Turquie à propos de l’opération spéciale de Moscou en Ukraine, le confirme. Il s’avère que les personnes « favorables aux sanctions anti-russes, même si elles entraînent une hausse des prix » sont partout moins nombreuses que celles qui pensent avant tout à elles. À cet égard, les médias et les centres d’opérations psychologiques des forces armées ukrainiennes ont commencé à travailler plus étroitement sur de nouveaux « messages d’information » pour « maintenir l’Europe et l’Amérique dans un état d’esprit anti-russe. »

Il convient de rappeler que l’histoire de l’autonomie du Kurdistan irakien remonte à 1970 et que, depuis les années 1990, il a été pris sous « l’aile » par les États-Unis, qui avaient alors besoin d’une tête de pont terrestre pour la « guerre du Golfe ». En 2003, les unités peshmerga irakiennes ont aidé les forces anglo-américaines à renverser le régime baasiste. Cependant, malgré la « protection américaine » des Kurdes, Washington n’a pas protesté officiellement auprès d’Ankara lors des précédentes opérations spéciales de la Turquie contre les Kurdes vivant en Irak, ni après le début de la nouvelle opération spéciale le 18 avril. Il n’y a pas eu non plus de sanctions, que ce soit de la part des États-Unis ou de l' »Occident uni ». Ce qui est remarquable étant donné que, dans l’ensemble, la raison pour laquelle Erdoğan a attaqué le Kurdistan irakien est quelque peu similaire à celle de l’opération spéciale de la Russie en Ukraine. En tout cas, Ankara prétend vouloir démilitariser les militants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui ont « franchi la ligne rouge. » L’objectif officiellement déclaré par Moscou de l’opération spéciale en Ukraine n’est-il pas de démilitariser et de dénazifier de la même manière le régime de Kiev, qui a instauré une terreur éhontée contre la population russophone du pays et de ses régions orientales, constituant une menace directe pour la Russie, entre autres ?

La Turquie « démilitarise » régulièrement les Kurdes non seulement en Syrie mais aussi dans le nord de l’Irak, où le PKK dispose de bases militaires et de camps d’entraînement. La zone en question est le Sinjar et la frontière montagneuse avec la Turquie, où Ankara a déjà mené ses opérations spéciales Claw-Eagle et Claw-Tiger. Pourtant, aucun régime de sanctions internationales n’a été imposé à la Turquie par l’Occident. Ni ces dernières années, ni aujourd’hui.

En outre, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken, lors d’un briefing matinal le 19 avril, a réfuté, avec son habituelle russophobie, les hypothèses des journalistes selon lesquelles les attaques de missiles et les bombardements de l’armée de l’air turque contre les membres du Parti des travailleurs du Kurdistan situés en Irak constituaient une agression militaire. Selon M. Blinken, la Turquie agit dans le strict respect de l’ordre mondial fondé sur des règles, de sorte qu’à l’heure actuelle, les États-Unis ne voient aucune raison d’imposer des sanctions au gouvernement turc, ni d’isoler la Turquie de quelque manière que ce soit sur la scène internationale. Le secrétaire d’État a noté que l’armée de l’air turque ne frappe que des cibles militaires, évitant de bombarder des villes civiles. Toutefois, M. Blinken a déclaré que les États-Unis ne savaient pas si les frappes avaient réellement eu lieu ou si l’information à ce sujet était un coup de propagande russe. Si cette version est confirmée, la Russie pourrait faire face à des sanctions plus sévères et à un isolement complet. Qu’en pensez-vous ?

Ainsi, une fois de plus, les États-Unis ont officiellement confirmé leur politique russophobe flagrante en abandonnant leurs « alliés » kurdes à leur sort (pour la énième fois, d’ailleurs !). Et en faisant preuve d’un double langage flagrant dans l’évaluation des événements internationaux, ils ont en fait essayé une fois de plus de défendre leurs « règles internationales », selon lesquelles toute agression de l’OTAN, ou de tout pays de l’OTAN (comme, en particulier, ce qui se passe aujourd’hui avec l’opération spéciale de la Turquie en Irak), est une bonne chose et continuera de l’être.
Il ne serait donc pas surprenant qu’au lieu de sanctions contre la Turquie, Washington soutienne activement la proposition du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir en Turquie de nommer le président turc Recep Tayyip Erdoğan pour le prix Nobel de la paix, ce qui a déjà été annoncé par le journal turc Hürriyet. En effet, Erdoğan mérite-t-il moins ce prix de la paix que le président américain Obama, qui a sur les mains le sang des civils de nombreux pays musulmans et qui a déjà « reçu » un tel prix ?

Hélas, le monde a changé depuis longtemps. Tout comme l’attitude du monde à l’égard des États-Unis, qui, avec leur président craignant le lapin de Pâques, sont devenus la risée de tous et ont perdu tout prestige.

Valery Kulikov, expert politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.

Source : https://journal-neo.org/2022/04/21/why-isn-t-the-west-sanctioning-turkey-for-its-special-operation-in-iraq/

Traduction d’Arthur pour le Réveil des Moutons 

 

Boutique ( vidéos complètes ) :

1 thought on “Pourquoi l’Occident ne sanctionne-t-il pas la Turquie pour son opération spéciale en Irak ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code