28 mai 2024

Pourquoi l’UE affronte la Chine

6 min read
9077 Views

L’UE est clairement sur un sentier de guerre diplomatique vis-à-vis de la Chine. Lors du dernier sommet virtuel UE-Chine (1er avril 2022), les Européens ont clairement indiqué à Pékin que le soutien de cette dernière à la Russie dans son opération militaire en cours en Ukraine aura un coût important, à savoir une rupture des liens économiques UE-Chine. La Chine, quant à elle, a insisté sur la nécessité de traiter les relations UE-Chine séparément de la crise déclenchée par la poussée irresponsable des États-Unis en faveur de l’expansion de l’OTAN vers l’est pour encercler la Russie. Pékin a également souligné que l’UE devait suivre une politique étrangère indépendante. Cependant, l’UE dispose de peu d’autonomie stratégique pour développer une politique étrangère indépendante dans le sillage de la crise actuelle en Europe. Ironiquement, alors que le théâtre du conflit est l’Europe de l’Est, ce sont les États-Unis, et non la Russie, qui ont pu infliger des dommages importants à l’UE dans la mesure où cette dernière a perdu sa quête d’une architecture de sécurité européenne comme moyen de se projeter en Europe et au-delà de manière indépendante. Les principales nations européennes investissent davantage dans leur système de défense lié à l’OTAN ou envisagent d’y adhérer. Les États-Unis ont tout à gagner de cette évolution de la pensée européenne.

C’est ainsi que les États-Unis manipulent l’UE vis-à-vis de la Chine. Il y a deux semaines, les services de renseignement américains ont « informé » l’UE de la volonté de la Chine d’offrir une aide militaire à la Russie. Bien que Pékin ait clairement nié toute implication dans l’opération russe en cours en Ukraine, les informations transmises aux diplomates européens sont suffisamment toxiques pour présenter la Chine comme une partie au conflit. Pour Washington, cultiver une perception anti-chinoise dans l’UE non seulement complète sa politique globale de maintien d’un contrôle exclusif sur le continent européen, mais lui permet également d’associer la Russie et la Chine comme deux États dits « révisionnistes » menaçant l’unité et les intérêts transatlantiques.

Dans le même ordre d’idées, l’UE a demandé à la Chine, lors du sommet du 1er avril,  » de ne pas aider la Russie « . Charles Michel, président du Conseil européen, a déclaré que toute tentative chinoise de « contourner les sanctions ou d’apporter une aide à la Russie prolongerait la guerre. » Il est évident que l’UE, suivant la ligne des États-Unis, n’a pas été impressionnée par l’appel de Xi à l’UE à « former sa propre perception de la Chine, à adopter une politique chinoise indépendante et à travailler avec la Chine pour une croissance régulière et soutenue des relations Chine-UE. »

Les États-Unis, quant à eux, considèrent l’encouragement de la Chine à une politique européenne indépendante comme une tentative de Pékin de briser l’unité transatlantique. Comme l’a récemment propagé un rapport du New York Times, « la Chine a régulièrement tenté de briser les relations étroites de l’Union européenne avec les États-Unis, qui n’ont fait que se renforcer en raison de la guerre en Ukraine. » Il ajoutait que « la Chine a toujours été désireuse de diviser les pays de l’Union européenne des États-Unis et même les uns des autres. »

Pour l’UE, la Chine devient donc un État ennemi impliqué dans une guerre en Europe lorsqu’elle traite les informations, ou « conseils », fournies par les États-Unis. La réponse de l’UE reflète donc les intérêts de Washington ; d’où l’impasse actuelle entre l’UE et la Chine, qui reflète l’impasse existant entre les États-Unis et la Chine.

Pour l’UE – et les États-Unis – la seule façon pour la Chine de devenir plus acceptable à leurs yeux est de prendre publiquement ses distances avec la Russie. Pour l’UE et les États-Unis, le jeu d’équilibriste de la Chine – qui implique le respect des intérêts légitimes de sécurité des pays concernés et la nécessité de mettre fin à la guerre par des moyens négociés – équivaut à un soutien ouvert à la Russie.
La Chine, en revanche, s’oppose à une politique consistant à « choisir son camp ». Dans sa déclaration lors de la réunion du Conseil de sécurité des Nations unies du 25 février, la Chine a qualifié cette politique de « mentalité de guerre froide ».
L’UE ayant perdu son autonomie par rapport aux États-Unis, tant vis-à-vis de la Chine que de la Russie, sa capacité à matérialiser ses intérêts stratégiques de la meilleure façon possible est devenue sévèrement limitée.

Par exemple, le fait que l’UE suive aveuglément les « conseils » fournis par les États-Unis l’a empêchée de coopter l’aide de la Chine pour faciliter la médiation entre la Russie et l’Ukraine et mettre fin à un conflit militaire en Europe. L’UE est presque totalement aveugle au fait que la Chine est un pays qui a des liens économiques profonds avec la Russie et l’Ukraine. Pékin est également un pays qui a plus de liens économiques directs avec le continent européen – leur volume d’échanges bilatéraux est de 2 milliards USD par jour – que tout autre pays. En d’autres termes, Pékin est très bien placé pour pouvoir s’engager simultanément avec toutes les parties – Russie, Ukraine et Europe – directement impliquées et affectées par la guerre.

Si le conflit militaire se limite à la Russie et à l’Ukraine, il est indéniable que l’Europe en subit les conséquences. Les réfugiés affluent, et les prix du gaz et du pétrole n’ont jamais été aussi élevés. L’Europe a donc besoin que cette guerre prenne fin de toute urgence. Mais le fait qu’elle ne dispose pas du mécanisme nécessaire, c’est-à-dire d’une politique étrangère indépendante, signifie qu’elle ne peut pas vraiment prendre de mesures significatives pour coopter la Chine et aider à la médiation.
Ayant adopté la « mentalité de la guerre froide », l’Europe est devenue captive de la géopolitique mondiale des « blocs ». Elle a étroitement placé la Chine dans le carcan d’un allié russe, sans se rendre compte de la puissance des enjeux chinois en Europe et de la manière dont ceux-ci pourraient être utilisés de façon positive pour mettre fin à ce conflit et/ou empêcher sa propagation.

Bien que cela soit encore possible, l’Europe doit avant tout abandonner sa vision américano-centrée de la géopolitique mondiale et comprendre la nécessité d’agir comme un bloc en soi plutôt que comme un partenaire junior dans le bloc anti-Russie et anti-Chine dirigé par les États-Unis. Les États-Unis, bien sûr, feront tout pour empêcher un tel changement de paradigme en Europe.

 

Salman Rafi Sheikh, chercheur-analyste des relations internationales et des affaires étrangères et intérieures du Pakistan, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.

Source : https://journal-neo.org/2022/04/05/why-the-eu-is-confronting-china/

Traduction de Arthur du Réveil des Moutons

 

Boutique ( vidéos complètes ) :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *