29 janvier 2023

Première à Paris

2 min read
5541 Views

Comme vous le savez sans doute, j’ai été convoqué à Paris par la Kommandantur. Je m’exprimerais en temps voulu au sujet de cette affaire. Non, là, j’écris cet article à chaud parce que j’arrive juste chez moi dans ma campagne. Pour la première fois de ma vie, j’ai dû monter à Paris. J’avais pourtant juré d’y mettre les pieds seulement si on me force ou lorsque la capitale serait libérée… Le réel m’a rattrapé visiblement.

Paris, quelle ville de fou, pas étonnant que la France aille si mal. Tout est crade, les gens sont des zombies. J’ai jamais vu autant d’indifférence, personne ne se regarde, les yeux collés sur les téléphones. Pas étonnant qu’il y ai des viols en pleine rue, personne bouge. Aujourd’hui attaque au couteau à la gare, la vidéo parle d’elle-même.. L’indifférence totale. Le métro aussi est une sorte de réel. Tu veux voir la vraie vie ? Prends le métro parisien mec. Cette fois-ci, c’est sur, Paris ça sera que de force pour moi. Je salue le peu de gens éveillés qu’il doit y avoir pour leurs courages. Comment supporter ça ? J’ai vu de ces têtes ! J’ai sûrement croisé quelques tueurs en série, des pétés au crack, j’ai croisé la fameuse créolisation dont parle Mélenchon, le vivre-ensemble, les tentes sur les trottoirs. Bref sympatoche tout ça. J’ai aussi croisé les rats de madame Hidalgo, les jolis travaux, les émasculés sur leurs vélos, des bobos et pleins d’autres choses tellement fascinantes.

Attention, il y a aussi de jolis monuments, de l’histoire, de l’architecture, de bons restaus, et pour les bringueurs des gonzesses et des bars à perte de vue.
Pour être honnête, j’ai eu la chance d’avoir une super guide (dédicace à elle) sinon j’aurais pété un câble ! Va demander un renseignement à des zombies toi.
J’écris ce petit billet à chaud attention amis parisiens, vous me connaissez, je suis un grand pessimiste de la vie et je ne vous met pas tous dans le même panier ! Pas d’amalgame, pas de tralalitralala
Au moment où je vous dis ça, je suis dans un village 400 habitants au fin fond de la Drôme, imagine le choc ! 

Je sais que vous n’attendiez pas un billet sur mon séjour, mais plutôt le pourquoi du comment de ma convocation. Pour l’instant, je ne peux en dire plus, mais je vous assure que ça vaudra le détour.

À très vite

Manu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *