5 juillet 2022

Que s’est-il passé en 17 ans d’accords militaires entre la Russie et le Venezuela ?

9 min read
3368 Views

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, serre la main de son homologue vénézuélien, Jorge Arreaza, durant une réunion en Caracas, Venezuela, le 7 février 2020

La constitution vénézuélienne interdit l’établissement de bases militaires étrangères sur le territoire vénézuélien, mais autorise la présence de troupes étrangères. La Russie est l’un des principaux fournisseurs d’armes des gouvernements Chávez et Maduro.
MARACAIBO/VENEZUELA — La mention par un haut porte-parole russe de la possibilité d’un déploiement militaire du gouvernement de Vladimir Poutine au Venezuela fait partie d’une relation de coopération vieille de 17 ans, selon une organisation spécialisée dans la sécurité et la défense.
« La Voz de América » explique comment la Russie est devenue un « allié » des gouvernements d’Hugo Chávez et de Nicolás Maduro, et comment ces liens se sont traduits par des achats d’armes de plusieurs millions de dollars et des conseils techniques de la part de Moscou.

Les transactions militaires les plus recensées entre le Venezuela et la Russie 2005-2021

 

1. Informations secrètes

Les accords militaires entre le Venezuela et la Russie sont « secrets » depuis 17 ans, pendant l’administration du feu ex-président Hugo Chávez, affirme Rocío San Miguel, avocate et présidente de l’association civile Control Ciudadano, une ONG qui se décrit comme un porte-drapeau pour « travailler pour le droit des citoyens à exercer un contrôle sur les secteurs de la sécurité, de la défense et des forces armées ».

On sait que les gouvernements de la nation eurasienne ont fourni une assistance technique, une logistique, une formation du personnel et des armes au Venezuela depuis 2005, mais on ne connaît pas tous les détails de ces accords, a déclaré San Miguel à « la Voz de America ».

Ce secret d’État a favorisé les entreprises privées liées au gouvernement russe pour former les membres des forces armées vénézuéliennes, a déclaré l’experte. Un tweet du commandant de la 43e zone opérationnelle de défense intégrée de Miranda (ZODI Miranda), le général de division de l’armée Johan Hernández Lárez, a indiqué que des « instructeurs internationaux de la compagnie d’opérations spéciales V.E.G.A. » formaient l’unité d’action rapide du 44e commandement de zone (Miranda) de la Garde nationale bolivarienne. Il s’agit de la société de sécurité privée russe Vegacy Strategic Services Ltd, également connue sous le nom de VEGA.

« Les accords peuvent être secrets si un État les définit ainsi, mais des mécanismes de contrôle démocratique doivent être mis en place, comme des commissions ad hoc aux Congrès. Sans ces commissions, il n’y a pas de vérification de la conformité. Ce sont des accords inégaux, qui finissent par échouer », prévient San Miguel.

La crise politique et institutionnelle du Venezuela a affecté le suivi de ces accords. Il se trouve que le pouvoir judiciaire pro-Maduro a annulé les pouvoirs du Parlement élu en 2015 et qu’aujourd’hui, depuis 2020, le chavisme domine cette Assemblée au ton majoritairement loyal envers le président vénézuélien.

Les forces politiques alliées à Chávez étaient majoritaires dans les législatures de la première décennie des accords militaires avec la Russie. Ces parlements ont décrété la confidentialité de ces accords.

San Miguel mentionne comme l’une des conséquences de l’absence de contrôle institutionnel sur les accords militaires avec la Russie que le Venezuela attend « depuis plus d’une décennie » la construction d’une usine de fusils Kalachnikov.

2. Fournisseur d’armes

Selon les rapports de l’association Social Watch, le Venezuela a acheté pour des centaines de millions de dollars d’armes, d’unités et d’équipements militaires à la Russie depuis 2005, en particulier surtout pendant l’administration de l’ancien président Hugo Chávez.

Le pays a rompu ses liens avec les fournisseurs militaires américains et alliés après les cinq premières années du règne de Chávez.

En revanche, elle s’est tournée vers la Russie et la Chine en tant qu’alliés stratégiques pour acheter des équipements militaires, bien qu’il ne soit pas possible de détailler les quantités, les modèles et les coûts en raison des décrets législatifs de confidentialité de ces accords.

Les achats à la Russie comprenaient 100 000 fusils AK-103 et AK-104, 74 millions de munitions, plus de 60 hélicoptères, deux douzaines d’avions de chasse, des chars, des véhicules de combat et des lance-missiles antiaériens et antichars, selon les rapports de Control Ciudadano entre 2005 et 2012.

Les achats vénézuéliens ont été réduits les années suivantes, déjà pendant la présidence de Nicolás Maduro, par rapport à ces premiers achats.

Entre 2013 et 2016, par exemple, la Russie a vendu au pays sud-américain seulement 13 avions de combat et un simulateur de guerre navale, ainsi qu’un nombre indéterminé de pistolets Parabellum (calibre 9×19 millimètres).

Depuis 2017, le gouvernement russe a vendu au Venezuela un centre de maintenance et de réparation pour les systèmes de blindés et d’artillerie ; un système central de surveillance du stockage d’armes ; un système de simulation de vol pour les hélicoptères ; et un système similaire pour les avions de chasse Su-30MK2.

Control Ciudadano a enregistré l’achat par le Venezuela à la Russie en 2021 d’une quantité non spécifiée d’Orlan 10, un véhicule aérien piloté à distance (drone) pour des opérations de reconnaissance.

3. Des bases non, des troupes oui

La semaine dernière, un des principaux porte-paroles de la politique étrangère russe a refusé d’exclure tout déploiement militaire au Venezuela et à Cuba, dans un contexte de discussions tendues avec les États-Unis pour résoudre la crise frontalière en Ukraine, où Washington craint une invasion des forces armées de Poutine.

« Je ne veux pas confirmer ou infirmer quoi que ce soit. Dans le style américain, l’optionalité de la politique étrangère et militaire est la pierre angulaire de la garantie de la puissante influence de ce pays (…) elle dépend des actions des collègues américains », a déclaré le vice-ministre russe des affaires étrangères, Serguéi Riabkov, à propos de la possibilité d’un déploiement belliqueux dans les pays latins alliés.

Le Venezuela est considéré comme une « zone de paix » et aucune base ou installation militaire étrangère ayant un quelconque « but militaire » par une quelconque puissance ou coalition de puissances mondiales ne peut y être établie, selon l’article 13 de la constitution du pays sud-américain.

Selon la Magna Carta vénézuélienne, son territoire ne peut jamais être « cédé, transféré, loué ou aliéné », même temporairement, à des États étrangers ou à d’autres sujets de droit international.

Ce que le texte juridique permet, c’est l’autorisation de missions militaires étrangères dans le pays. Son article 187 détermine que cette compétence reste entre les mains de l’Assemblée nationale, dominée par une écrasante majorité de chavistes depuis les élections de 2020, auxquelles l’opposition n’a pas participé.

« Il reste à voir si le parti au pouvoir serait prêt à franchir cette étape (d’approuver la présence de troupes russes au Venezuela), comme un moyen de provoquer les problèmes entre la Russie et les États-Unis », a déclaré San Miguel à VOA.

4. Le chavisme l’approuve

Le gouvernement de Nicolás Maduro a répliqué la semaine dernière aux critiques de l’opposition concernant les déclarations du vice-ministre russe sur un éventuel déploiement de sa puissance militaire dans des pays alliés, tels que Cuba et le Venezuela.

Selon le ministre de la défense Vladimir Padrino López, les relations de coopération militaire entre la Russie et le Venezuela « existent déjà ».

« Il n’est pas surprenant de voir le vil porte-parole de l’antipatriotisme parler de souveraineté nationale après avoir supplié une intervention militaire et des sanctions contre le Venezuela, alors que la Russie étudie la possibilité d’approfondir les relations de coopération militaire de nos nations, qui existent déjà », a-t-il déclaré sur Twitter.

Le président Maduro n’a fait aucune mention des déclarations du porte-parole russe lorsqu’il a présenté son rapport et le bilan de son mandat de 2021 à l’Assemblée nationale samedi dernier, où il contrôle 256 des 277 sièges.

Lauren Caballero, spécialiste des relations internationales, explique que le Venezuela a « donné le ton » des alliances stratégiques de haut niveau avec la Russie en Amérique latine, dépassant même les anciens liens avec Cuba.

Il convient de la nécessité pour les États de garder sous clé certains aspects de la sécurité et de la défense, mais il avertit que, dans le cas du Venezuela, le chavisme a donné l’impression que « tout fait partie de ces accords secrets ».

Il avertit que ces contrats confidentiels ont lieu dans un pays où les niveaux de corruption et d’impunité pour la corruption ont augmenté ces dernières années.

« C’est une très bonne relation d’un point de vue géopolitique, mais il semble que le Venezuela finisse par être un acteur de second plan » en raison de la façon dont le porte-parole russe s’est exprimé sur les questions souveraines, dit-il à VOA.

5. “Pourvu que ce soit vrai”

Ce n’est pas la première fois que la possibilité que la Russie installe des bases militaires au Venezuela est évoquée. En 2018, des versions officieuses ont circulé selon lesquelles le gouvernement russe installerait une base sur l’île de La Orchila, où se trouve un camp militaire vénézuélien, dans le nord du pays.

Diosdado Cabello, alors président de l’Assemblée nationale constituante, aujourd’hui député du Parti socialiste uni du Venezuela et l’un des hommes forts du chavisme, a déclaré qu’il « souhaitait que la nouvelle soit vraie », tout en la démentant.

« Il y a des nouvelles qui circulent : la Russie se prépare à installer une base militaire à La Orchila. J’aimerais que ce soit vrai, pas un, deux, trois, quatre, dix », a-t-il déclaré lors d’une session de l’Assemblée, considérée comme illégitime par l’opposition à Maduro.

M. Cabello a rappelé qu’il y a quatre ans, trois avions de l’armée de l’air russe ont effectué une « visite de courtoisie » au Venezuela. « Nous les avons traités comme de bons partenaires, des camarades, comme il se doit », a-t-il déclaré.

6. La plainte de l’ancien chef des services de renseignement

Manuel Cristopher Figuera, directeur des services de renseignement du Venezuela jusqu’en 2019, date à laquelle il s’est séparé du gouvernement de Maduro, a affirmé ce week-end que la Russie dispose de deux bases militaires installées dans le pays.

Les installations russes seraient situées à Valence, dans l’État de Carabobo, au centre-ouest du Venezuela, et à Manzanares, dans l’État de Miranda, au centre du Venezuela, selon un communiqué.

L’ancien chef du Service national de renseignement bolivarien, aujourd’hui en exil, a déclaré que l’une des bases se trouverait au sein de la 41e brigade blindée à Valence, dans l’État de Carabobo, au centre-ouest du Venezuela, et que l’autre, destinée aux communications et aux renseignements russes, serait située à Manzanares, dans l’État de Miranda, au centre du pays, afin de protéger Maduro.

Aucun porte-parole du gouvernement vénézuélien n’a commenté la dénonciation de Cristopher Figuera, que Maduro a qualifié de « taupe et de traître » en 2019.

Source : https://www.vozdeamerica.com/a/acuerdos-militares-rusia-venezuela-avanzan-opacidad-17-anios/6401202.html

Article traduit de l’espagnol par le camarade Arthur du Réveil des Moutons

Soutenez le Réveil des Moutons en faisant un tour sur la boutique ou par don spontané : manulrdm@gmail.com / lereveildesmoutons@outlook.fr  ou en MP sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code