18 juillet 2024

Riyad reprend sa place dans la politique internationale active

8 min read
5497 Views

Malgré les tentatives de l’actuelle administration américaine de minimiser le rôle de l’Arabie saoudite dans les affaires internationales et l’autorité du prince héritier Mohammed bin Salman, Riyad regagne avec confiance la reconnaissance universelle et devient un participant de plus en plus actif dans les événements récents.

Pendant plus de sept décennies de partenariat, Washington a été le principal garant de la sécurité du Royaume et, à leur tour, la plupart des monarques saoudiens ont coordonné leurs actions en matière d’énergie en étroite collaboration avec les États-Unis. L’alliance politique avec Riyad a été un pilier de la stratégie de Washington au Moyen-Orient. Les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite ont été régies par l’accord du Quincy, conclu en 1945 par le président américain Franklin Roosevelt et le fondateur de l’État saoudien moderne, le roi Abdulaziz, à bord du croiseur américain Quincy. La nature de l’accord était assez simple : les États-Unis devaient garantir la sécurité de l’Arabie saoudite et de la famille royale, les troupes américaines devaient être stationnées dans le royaume et les États-Unis devaient fournir aux Saoudiens l’armement le plus avancé. De son côté, l’Arabie saoudite devait garantir la sécurité énergétique des États-Unis par un approvisionnement ininterrompu en pétrole.
Après la crise pétrolière de 1973, les Américains ont proposé un nouvel accord : l’Occident aidera à la modernisation de l’industrie pétrolière et la maintiendra au plus haut niveau tandis que les cheiks transféreront leurs milliards de pétrole aux États-Unis et vivront des intérêts. Ainsi, les monarques arabes ont essentiellement succombé au « veau d’or ». Si les dirigeants arabes avaient tenté de mener une politique indépendante, on leur aurait montré qu’ils seraient facilement mis en faillite, privés de leur « bouclier » de pouvoir et deviendraient la proie de la Syrie (alors sous l’influence de Moscou), de l’Iran, du Yémen et de l’Irak de Saddam.

Cet « équilibre des intérêts » a existé pendant plusieurs décennies, alors que les États-Unis recevaient les Saoudiens comme alliés dans la lutte contre le mouvement nationaliste de gauche arabe et le « bloc communiste ». Des centres d’analyse aux États-Unis et au Royaume-Uni ont développé le programme « L’Islam contre le communisme » en tant que ramification du plan, conçu par Henry Kissinger, visant à créer un arc d’instabilité près des frontières sud de l’URSS. Washington et Londres ont donné leur aval à la propagande saoudienne de l’islam sunnite dans sa version sectaire la plus radicale, le wahhabisme. L’Arabie saoudite (et accessoirement la Turquie) est devenue l’outil de Londres et de Washington pour déstabiliser une vaste région, de l’Afrique du Nord à l’Iran, ce qui a donné lieu à une nouvelle mutation de l’islam radical « noir », un « califat ». En conséquence, le chaos a été déclenché dans un certain nombre d’États qui conservaient une idéologie nationaliste de gauche et soutenaient la stabilité dans cette vaste région. Il s’agit principalement de l’Irak, de la Libye, de la Syrie, ainsi que de l’Égypte.
Cependant, après que l’Arabie saoudite, avec le soutien des États-Unis et d’autres États occidentaux, a déchiré ces pays du Moyen-Orient, le tourbillon du chaos a touché l’Arabie saoudite qui s’est retrouvée coincée dans les guerres en Syrie et au Yémen.

Dernièrement, les monarchies arabes qui ont longtemps figuré sur la liste des alliés privilégiés des États-Unis ont clairement commencé à réaliser qu’elles étaient en danger. Ils ont appris que Washington se débarrassait librement de ses « amis », montrant ainsi que l’Empire américain n’a « ni ennemis ni amis constants, seulement des intérêts constants. » Cela a notamment été illustré par les événements de 2011, lorsque, comme le pensent les membres de la famille royale d’Arabie saoudite, ils ont réussi à sauver la famille régnante de Bahreïn Al Khalifa uniquement grâce à l’implication militaire directe de Riyad, tandis que les États-Unis, malgré la présence de la 5e flotte de l’US Navy dans le port de Manama, n’ont rien fait. De 2013 à 2014, Obama a refusé d’envoyer l’aviation américaine pour bombarder la Syrie malgré l’insistance de Riyad. De plus, les États-Unis ont cessé d’envoyer certains types d’armement aux troupes irrégulières armées syriennes « modérées ». Ensuite, la rhétorique anti-iranienne a connu un fort déclin, même si les États-Unis et Israël ont effectivement menacé Téhéran de guerre, ce qui s’alignait sur les intérêts saoudiens. Depuis lors, la méfiance de l’Arabie saoudite à l’égard des États-Unis n’a fait que s’aggraver.

Cette méfiance a été cimentée par l’article de Jeffrey Goldberg, The Obama Doctrine, publié le 16 mars 2016 dans le magazine Atlantic. L’article contenait les commentaires du président Obama rendus publics pour la première fois, y compris non seulement des critiques sévères à l’égard de l’Arabie saoudite, mais aussi des doutes sur la finalité de la poursuite du partenariat stratégique entre les États-Unis et les Saoudiens. Il a été clairement indiqué à Riyad que Washington n’allait pas protéger l’Arabie saoudite comme auparavant en cas de conflit avec l’Iran, ni adopter une position ouvertement pro-saoudienne.
Après la consolidation du pouvoir dans le royaume saoudien par Mohammed bin Salman, les relations des deux pays se sont tendues. Pendant sa campagne présidentielle, Biden a qualifié l’Arabie saoudite de « paria ». Puis il a refusé le soutien de l’Arabie dans la guerre contre les hussites au Yémen, a amené les États-Unis dans le processus de négociation avec le principal adversaire de Riyad – l’Iran, et a tenté d’isoler le prince héritier Mohammed bin Salman (le monarque actuel) sous prétexte de son implication directe dans le meurtre de Jamal Khashoggi et de son soutien à la candidature présidentielle de Donald Trump. Le président américain a essayé de ne pas interagir directement avec le prince héritier lors de discussions sur des questions cruciales.

Dans ce contexte, l’Arabie saoudite a accéléré le développement de liens étroits avec la Russie, la Chine et l’Inde et a décidé de réviser ses préférences antérieures en matière de politique étrangère, les autorités du Royaume ayant compris qu’il n’était pas possible de compter sur les États-Unis. Afin de démontrer l’indépendance de Riyad vis-à-vis des États-Unis, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a divulgué aux médias des informations clairement douloureuses pour la Maison Blanche sur la volonté de convertir le commerce du pétrole avec la Chine en yuan, a annoncé une action de coordination avec la Russie au sein de l’OPEP et la réduction des investissements aux États-Unis, et est même allé jusqu’à faire des commentaires négatifs à l’égard de l’Amérique.

À la suite de l’opération spéciale de dénazification menée par la Russie en Ukraine, l’administration Biden a, selon les médias américains, tenté d’organiser des entretiens directs entre le président américain et le prince héritier Mohammed. Le chef des États-Unis a tenté de discuter de la possibilité d’augmenter les exportations de pétrole afin de stabiliser les prix avec le dirigeant de fait du Royaume, mais le prince héritier a tout simplement décliné les appels, indiquent des initiés des publications occidentales. L’Arabie saoudite refuse de dénoncer les actions de la Russie en Ukraine. Au lieu de cela, le ministre des affaires étrangères du Royaume s’entretient avec son collègue russe Sergey Lavrov, pour discuter des « moyens de renforcer et de consolider » les relations.

En outre, le parti saoudien tente de nuire aux États-Unis, ce qui a été clairement corroboré par l’annonce de la semaine dernière par les sources du Wall Street Journal que le prince héritier Mohammed a envoyé une invitation à visiter le Royaume au secrétaire général de la République Populaire de Chine Xi Jinping après la fin du mois sacré du Ramadan (2 mai). En outre, le prince héritier souhaiterait réserver au dirigeant chinois le même accueil chaleureux que celui qu’il a réservé en 2017 au président américain de l’époque, Donald Trump.

Dans cette situation, Washington a tenté des mesures désespérées pour « apaiser Riyad » en fournissant à l’Arabie saoudite des systèmes antimissiles supplémentaires Patriot et un nombre important d’antimissiles pour assurer la capacité de défense du royaume contre l’intensification des attaques en provenance du Yémen. Toutefois, cela n’a pas eu l’effet escompté par Washington, car Riyad comprend que de nombreux problèmes actuels peuvent être résolus par d’autres moyens et avec l’aide non pas des États-Unis, mais de la Russie et de la Chine. Une autre preuve en est le refus officiel du ministère des Affaires étrangères d’Arabie saoudite, le 19 mars, d’une visite prétendument prévue du secrétaire d’État américain Antony Blinken dans le royaume, visite sur laquelle Washington misait manifestement beaucoup.

Le changement de priorités politiques à Riyad a été marqué par le fait que les Saoudiens ont célébré pour la première fois le Jour de la Fondation le 22 février. Cette nouvelle célébration fait référence à l’année 1727, lorsque Muhammad bin Saud a pris le pouvoir en main, et non à l’année 1744, précédemment célébrée, lorsque Saud a collaboré avec Muhammad ibn Abd al-Wahhab, le fondateur du wahhabisme, à l’origine de l’extrémisme et de l’expansion régionale du pays.

 

Valery Kulikov, expert politique, en exclusivité pour la revue en ligne “New Eastern Outlook”.

Source : https://journal-neo.org/2022/03/27/riyadh-reclaims-its-place-in-active-international-politics/

Article traduit par Arthur du Réveil des Moutons

 

Boutique ( vidéos complètes ) :

https://xn--lerveildesmoutons-dtb.fr/boutique/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *