22 mai 2022

« Travail et mise en conserve »

4 min read
3804 Views

La rubrique qui dénonce et souligne les abus au travail.

 

Cette rubrique a pour but de dénoncer les entreprises condamnées pour avoir mené à une mort quasi certaine leurs employés par des méthodes abjectes. Nous rappellerons que ce quotidien est vécu par beaucoup trop de nos concitoyens à l’heure où les plus grandes fortunes mondiales prospèrent. Chaque cas nous montrera les méthodes sordides employées, les entreprises qui emploient ces méthodes ainsi que les graves conséquences qui en découlent sur un être humain.

Le mauvais élève de ce début d’année est la Société Générale !
Les faits : La Société Générale est à nouveau condamnée pour harcèlement moral envers un salarié. Dans une décision rendue ce mercredi 12 janvier, la cour d’appel de Montpellier a condamné la Société générale pour harcèlement moral, malheureusement ce n’est pas la première fois que l’établissement bancaire est condamné pour le même motif.
Cette fois il s’agit d’un salarié en CDI embauché en 2008 en tant qu’assistant du service social. C’est en août 2015 que Pierre (nom d’emprunt) se décide d’écrire à la hiérarchie du groupe pour dénoncer les abus dont il est victime par sa supérieure qui le met à l’écart.
Selon les témoignages, le mal va plus loin, il est mis à l’écart mais pas seulement, il “n’était plus convié aux réunions”, “ne recevait plus d’appréciation sur ses comptes-rendus” de la part de sa supérieure et des rumeurs remettant en cause [son] intégrité professionnelle” auraient été diffusées au sein du groupe.
Puis en novembre 2015, Pierre a décidé de saisir le conseil des prud’hommes de Montpellier, pour faire reconnaître le harcèlement moral dont il était victime. Avant le jugement, en janvier 2017, cet assistant de service social a été licencié par la Société Générale, pour insuffisance professionnelle.
Il faudra attendre le 12 janvier de cette année 2022 lors du procès en appel pour donner entièrement raison à ce travailleur, c’est-à-dire faire reconnaître le licenciement comme abusif et faire admettre son cas de harcèlement moral. Pour le premier, la Société Générale est condamnée à verser 31 000 euros et pour le harcèlement moral, elle est condamnée à 7 000 euros.

source : MSN Finance

Maintenant, permettez-moi d’interpréter cette affaire, Cette boîte met en boîte ses esclaves… euh salariés par une méthode vieille comme le monde, la Société Générale embauche des « supérieures » vaginocrates et vouées à la destruction de l’être humain. En effet, la mégère a tout fait pour détruire Pierre avec sûrement une satisfaction malsaine et maladive.
Cette gourgandine du système accusa notre employé modèle d’être à l’origine d’un conflit pendant une réunion du comité d’entreprise (un peu facile !) et c’est à partir de cet instant que la bougresse se servit de ce prétexte fallacieux. Comble de l’ironie et pour maintenir son niveau exécrable, la Société Générale, mais pas généreuse, le licencie pour insuffisance professionnelle (Comprenez : maintenir la dictature économique en place).
Ensuite, la décision de justice prise à l’encontre de cette institution bancaire à la réputation sulfureuse concernant le harcèlement (qui aurait pu pousser Pierre au plus terrible des scénarios) est très en deçà du préjudice subi, d’ailleurs remarquons la valeur de la vie d’un homme pour « la justice ».
Enfin, notons les insupportables comédies juridiques qui permettent à une affaire de ce type de durer pendant plus de 5 ans, puisqu’elle est responsable de faire perdre un temps et un argent bien plus précieux pour la victime que pour l’institution financière.
En conclusion, ce qui a permis à Pierre de gagner son procès a été de les affronter sur leur propre terrain, puisqu’il a alerté la hiérarchie en bon et du forme par écrit et saisi les prud’hommes avant son licenciement, en suivant leurs règles du jeu, il s’est placé en terrain favorable. Son audace et sa détermination ont tout de même payé. Ce salarié peut-être fier d’avoir gagné ce combat Voilà les réalités professionnelles devant lesquelles tous les travailleurs peuvent se trouver un jour. Il est important de dénoncer ces pratiques et les entreprises qui en sont responsables.

 

Si vous aussi, avez vécu une situation professionnelle similaire à celle de Pierre avec une décision de justice à l’appui, nous nous ferons un plaisir de rédiger un article sur votre expérience. Faites nous des retours en commentaires avec vos adresses mail.
Si vous lisez ceci, c’est que la résistance c’est vous !

 

Article écrit par Amblard de Guerry du Réveil des Moutons

Soutenez le Réveil des Moutons en faisant un tour sur la boutique ou par don spontané : manulrdm@gmail.com / lereveildesmoutons@outlook.fr  ou en MP sur les réseaux sociaux

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code