14 juin 2024

Voyage au bout de l’ennui

4 min read
5517 Views

« Moi quand on me parlait de la France, je pensais irrésistiblement à mes tripes, alors forcément, j’étais beaucoup plus réservé pour ce qui concernait l’enthousiasme. » Louis-Ferdinand Céline

Comme annoncé ici, voilà un mois de cela, le tour de vis du demi-dieu Macron quant au servage prolongé des gueux est en passe d’être entériné.

Les fossiles et les marteaux : entre gérontocratie achevée et marxisme pathologique, autopsie de l’agonie « française »

Et encore une fois, il ne fallait pas être grand clerc pour l’anticiper : le champion de tous les parasites de la caste étatique joue sur du velours ; il sait mieux qu’aucun gouverneur de la province hexagonale avant lui, qui est en face. Une poignée d’excités socialo-marxistes inoffensifs par nature, par construction et une masse immense de veaux gavés d’OGM, de télé poubelle et d’œstrogènes. Ces derniers ont d’ailleurs (à raison, mais par paresse ontologique et parce qu’il faut bien payer les prochaines vacances) déjà renoncé face à l’inutilité de ces mobilisations fantoches, de ces grèves obsolètes.

Car comment croire qu’une mise à l’arrêt de quelques millions de fonctionnaires ou assimilés, difficilement, une fois par semaine, allait infléchir la volonté des financiers internationaux derrière ce gouvernement d’occupation alors qu’ils ont, voilà deux ans, mis à l’arrêt quasi-complet toutes les économies occidentales au motif du rhume 19 ?! D’ailleurs le secteur privé l’a bien compris et s’est tenu à l’écart de ce cirque consistant à faire déambuler des autistes dont l’univers mental est resté bloqué au XIXe siècle sur un parcours déclaré en préfecture. A l’heure de la mondialisation triomphante, les esclaves modernes savent que leur usine peut à tout moment être délocalisée à l’autre bout du monde. Ils savent aussi être en concurrence avec des masses toujours plus nombreuses du tiers-monde importées par le grand patronat, supervisées par cette république, validées et justifiées par leurs médias stipendiés.

Ce système « démocratique » n’a pas son pareil pour faire tourner en rond ces cons de Gaulois et leurs tuteurs bolcheviques. Pour donner l’illusion que quelque chose se passe, qu’ils ne sont pas que des larbins corvéables à merci. En vain. Les retraites mirobolantes des boomers (et le reste) doivent être payées comptant, au boulot tas de glandeurs privilégiés au SMIC :

Et puis ce n’est pas tout, en plus de verser la moitié de leurs maigres salaires à cet Etat omnipotent, il faut aussi payer les loyers à tous ces retraités qui ont du mal à joindre les deux bouts (du calendrier) entre croisières, thalassos et lointains voyages exotiques.

https://www.leparisien.fr/economie/votre-argent/le-porte-monnaie-des-retraites-mieux-garni-que-celui-des-actifs-17-02-2023-KFVCYC6OFFBMXNXEEZO4EXJTV4.php

Face à cette escroquerie cosmique, un ennui profond m’envahit, las de cette agitation factice, j’en reviens à Céline : « Le délire de mentir et de croire s’attrape comme la gale. » Et donc « il n’y a de repos, vous dis-je, pour les petits, que dans le mépris des grands qui ne peuvent penser au peuple que par intérêt ou par sadisme…« 

C’est ainsi qu’à présent, en guise de bouquet final de ce feu d’artifice démocratique, les tartuffes gauchistes se muent en patriotes enragés.

Après avoir détruit pan par pan la société, soutenu toutes les forces cosmopolites hostiles, toutes les réformes mortifères, niées jusqu’à l’absurde la Nation, les voilà qui nous rejouent le coup de la Convention.

Céline, toujours : « Des premiers couillons voteurs et drapeautiques qu’emmena Dumouriez se faire trouer la peau dans les Flandres ! (…) Le soldat gratuit ça, c’était du nouveau… »

Iront-ils jusqu’à réhabiliter la religion drapeautique dégonflée par leurs soins depuis des lustres pour enrégimenter ceux qu’ils prétendent défendre ? Ces gens-là, on le sait, sont nés avant la honte et ils ne reculent jamais devant aucun sacrifice de leurs ouailles pour se maintenir et continuer à se remplir les poches.

A chauvinisme, chauvinisme et demi. Cette manœuvre grossière ne prendra pas sur les « classes populaires », vous savez celles qui habitent les « quartiers populaires ». Ni non plus sur les fossiles marxistes et leurs suiveurs. Ne resteraient donc que les gilets jaunes de la première heure, enfin une partie du moins. Et eux ont bien compris que les défilés saucisses, mégaphones ne sont pas la solution. C’est l’inconnue de toute révolution, l’on sait où elle commence jamais où elle termine.

Ceci dit, rien n’indique que cette posture cocardière, cette énième escroquerie patriotarde, de gauche cette fois, ne finisse autrement que dans les poubelles de l’Histoire. Pour mon plus grand bonheur.

 

Article écrit par Jules

Pour soutenir efficacement le RDM et ces émissions : Virement bancaire, Patreon, Paypal me demander les liens : manulrdm@gmail.com ou en MP sur les réseaux sociaux. Si j’affiche les liens vous connaissez la suite… Merci d’avance à tous !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *