24 octobre 2021

Zemmourix, dernier avatar de l’escroquerie électorale

5 min read
6554 Views

La mise sur orbite médiatique du futur candidat à l’élection présidentielle « française » se précise. Et les cons n’ont pas fini de tourner comme aurait dit Michel Audiard. Il faut dire que ce placement de produit agressif ne date pas d’hier, en témoignent l’illustration ci-dessus de 2016, la censure promotionnelle permanente de l’histrion et sa diabolisation toute relative visant à faire croire que monsieur Z serait un grand rebelle, un patriote acharné, un croisé de la France française.

Néanmoins, le grand subversif vient d’être relaxé par la Cour d’appel de Paris dans un des rares procès qui lui avait été intenté suite à ses propos médiatiques. Propos qui, disonsle clairement, dans la bouche de n’importe quel militant nationaliste, identitaire, quidam dans un bistrot ou sur un réseau social comptant quelques centaines d’abonnés, aurait valu de lourdes condamnations à son auteur sans aucun espoir de relaxe. Tel n’est pas le cas du nouveau Vercingétorix malgré sa large audience et sa radicalité de façade du moins. Comment donc expliquer ce deuxpoids, deux mesures ? J’ajoute que François Fillon, dont on pense ce que l’on veut, n’a pas bénéficié en 2017 d’autant de clémence de la part de ses juges. De là à en déduire qu’un ex-premier ministre de Sarkozy, vaguement catholique, passablement soumis et notoirement corrompu (qui ne l’est point dans ce marécage ?) eut été une plus grande menace que le grand Zemmour, il n’y a qu’un pas.

Sur le fond, je sais bien qu’il est de bon ton de s’extasiersur notre nouveau héros national, briseur de barrages du cosmopolitiquement correct, grand défenseur du Maréchal Pétain (mais pour des raisons bien spécifiques et n’ayant pas grandchose à voir avec la France et les français), pourfendeur de l’islam et de l’immigration (en discours seulement). Tout le monde a en tête les passes d’armes télévisuelles entre notre champion et certains de ses coreligionnaires les plus en vue, Atalli, BHL et consorts. Beaucoup, y compris des gens de notre sensibilité au sens large, sont absolument enthousiastes, béats d’admiration, transis d’un espoir immense d’enfin pouvoir renverser la table en glissant le bon bulletin dans l’urne.

Le mirage de l’élection se superpose à celui du candidat providentiel. Car qui peut croire encore à cette arnaque « démocratique » ?! Election piège à cons, voilà probablement la seule vérité jamais énoncée par la génération maudite de mai 68, devenue entretemps têtes de toutes les listes électorales.

Quant à Zemmour, ce qui est intéressant n’est absolument pas dans ce qu’il dit (n’importe quel pochtron de bar PMU se souvenant vaguement d’une émission de Jean-Marie Le Pen des années 90 dit en substance la même chose), mais bien dans ce qu’il ne dit pas.

Des questions, des interrogations, des accusations dont la formulation nécessite l’utilisation d’un pronom désormais interdit en France libre, jurisprudenceCassandre oblige. Sans parler évidemment, afin de respecter scrupuleusement la loi républicaine de l’homme, de ses origines, de ses allégeances. N’a-t-on personne d’autre dans ce pays de 67 millions d’habitants qui puisse incarner, plus charnellement, le programme et les idées que prétend défendre le journaliste qui veut changer les prénoms de nos concitoyens issus de la diversité ? Grande idée qui, couplée à celle d’élargir les trottoirs, devrait à n’en pas douter régler bon nombre de problèmes dans les rues.

Les militants, les rares français encore attachés au sort de ce qui fut notre Nation manquent-ils à ce point d’estime d’eux-mêmes pour se ranger comme un seul homme derrière un plumitif de cette presse, de cette machine médiatique qui leur crache à la gueule depuis des décennies ? Sont-ils naïfs au point de ne pas voir que ses employeurs sont les mêmes qui ont imposé l’immigration, le regroupement familial pour ne parler que du sujet de prédilection de monsieur Z ? Ces genslà subitement auraient donc décidé d’utiliser leurs danseuses médiatiques, leur gros argent afin de mettre à la tête de l’Etat un homme dont la politique entrerait en conflit direct avec leurs intérêts les plus fondamentaux.Ceci n’est pas sérieux.

Leur candidat occupe et donc contrôle simplement une part de l’opinion laissée orpheline depuis les renoncements incessants de la SARL Lepéniste. La Nature ayant horreur du vide et l’abstention de plus en plus haute, ils lancent leur poulain chétif dans la course en nous le présentant comme un pur-sang si j’ose dire…Ceux qui prendront le pari en seront pour leurs frais proportionnellement à la somme investie.

Enfin, je terminerai par l’argument-massue servi par les supporters de monsieur Z : dans ce caslà, rien ne sert à rien, on n’aura jamais mieux comme candidat, jamais plus à droite dans les médias. Outre le fait qu’il révèle en réalité un conformisme maladif, un besoin de se subordonner à son maitre, de se contenter d’une offre politique misérable ; il valide surtout la narration et les limites telles que définies par ceux-là même qu’ils prétendent combattre.

En outre, ils s’économisent ainsi la difficile introspection mais pourtant ô combien nécessaire, que nous tous devrions mener sur nos actions, nos moyens réels et concrets de résister à ce Système. Loin, très loin de l’hypnose collective que constitue cette nième mascarade électorale et sa pléthore de prétendants tous plus médiocres les uns que les autres. Même Coluche l’avait compris voilà 40 ans, « si les élections servaient à quelque chose, ça ferait longtemps qu’elles auraient été interdites. » Elémentaire mon cher Eric.


Article écrit par Jules pour le Réveil Des Moutons.

Soutenez le Réveil des Moutons en commandant un tee-shirts, une tasse ou une casquette : manulrdm@gmail.com ou en MP sur les réseaux sociaux

3 thoughts on “Zemmourix, dernier avatar de l’escroquerie électorale

    1. en démocratie , on n’a pas le choix;
      il n’y a que du poissson purri sur l’ étal électoral .
      imagine-t-on st Louis en campagne électoral , en débat avec Méchancon le franc mac et Marine qui a jeté Jeanne d’ Arc par dessus bord ? ?

  1. en démocratie , on n’a pas le choix;
    il n’y a que du poissson purri sur l’ étal électoral .
    imagine-t-on st Louis en campagne électoral , en débat avec Méchancon le franc mac et Marine qui a jeté Jeanne d’ Arc par dessus bord ? ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code