24 octobre 2021

Terreur sanitaire, une histoire sans fin

7 min read
4616 Views

« Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages, que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ? » Tocqueville

Ce début d’automne marque la poursuite de la plandémie au niveau mondial et plus singulièrement en Europe et en Amérique du Nord.

Les gouvernements d’occupation en charge de l’agenda globaliste (great reset et contrôle numérique accru des populations) continuent de dérouler leurs mesures tyranniques sous prétexte sanitaire. L’exemple le plus frappant demeure à ce stade l’Australie, qui renoue avec sa tradition séculaire de bagne géant. Il semble que ce pays serve de laboratoire à nos élites hostiles et mondialisées tant la dystopie australienne fait froid dans le dos : répression tous azimuts et d’une extrême violence des opposants, arrestations musclées en pleine rue, violations de domiciles par les forces de police, législations de type loi des suspects de la Révolution dite française, confinements arbitraires perpétuels, pénuries, etc.

Plus proche de chez nous, en Italie la situation née de l’obligation vaccinale pour tous les salariés dont j’ai parlé il y a peu commence à générer des réactions populaires d’ampleur. Opérations escargot, blocage des axes routiers, annonce d’une marche sur Rome 2.0 d’ici quelques jours. Affaire à suivre donc. Au Royaume-Uni, les pénuries notamment d’essence déstabilisent le pays avec des scènes surréalistes de pugilats dans les interminables files d’attente des stations-service…Simple avant-gout de l’étape suivante, celle de l’agenda 2030.

Concernant la France, la situation continue de se dégrader lentement mais surement. La barre symbolique des cinquante millions de golems vaccinés volontairement ou par la contrainte vient d’être dépassée en cette fin septembre.

Mais très loin d’être rassasiés les fondés de pouvoir de l’oligarchie cosmopolite annoncent déjà la suite du programme avec pour mise en bouche, la prorogation du passe sanitaire jusqu’à juillet 2022 et bien sur de l’état « d’urgence » « sanitaire ». Sans parler de la préparation de plus en plus flagrante de l’opinion (c’est à dire des cobayes) à leur future troisième dose. En effet, si l’on en croit les thuriféraires des thérapies magiques de Big Pharma, comme les deux premières doses n’ont pas bien fonctionné ou en tout cas perdent en efficacité, vous serez sommés d’en reprendre une, deux, ou trois (qui dit mieux ?!) de plus. Comme à la plus belle époque du communisme et face à ses échecs manifestes et éclatants, les apparatchiks pontifient sur la nécessité d’aller toujours plus loin, promettant des lendemains qui chantent à la plèbe exsangue et spoliée.

Evidemment afin d’encourager le bétail qui pourrait commencer à tirer la langue, votre précieux sésame à QR code sera conditionné aux injections obligatoires suivantes (comme en Israël phare de l’Humanité bien comprise). De sorte qu’en refusant une troisième ou quatrième injection, vous perdrez tous vos « droits » acquis grâce à vos deux premières piqures. Cette expérimentation de l’impasse de la soumission par les masses pourrait aboutir à un réveil difficile. C’est pourquoi la narration officielle nous invite à nous rassurer, il n’y en a plus que pour un an (et quelques doses).

Comme je l’ai déjà écrit, le français moyen (pléonasme) a la mémoire courte selon la célèbre formule d’un certain Maréchal. Le poisson rouge républicain et démocrate tourne donc en rond dans le bocal covidiste, chaque année passant en lui promettant que l’année prochaine cette fois c’est certain, la fameuse vie d’avant reviendrait.

En attendant, la généralisation de l’identité numérique si chère aux hommes de Davos, la monnaie numérique en remplacement des espèces et conditionnée à la conformité idéologique, sanitaire puis écologique des gueux ou encore le vote électronique seront mis en place sans la moindre difficulté. D’ailleurs c’est en cours :

En outre, plus de 5700 lits d’hôpitaux ont été supprimés en 2020 s’ajoutant à un manque déjà chronique depuis des décennies. Le tout augmenté par la perte de milliers de soignants en raison de l’obligation vaccinale. Bref toutes les conditions sont réunies pour que la saison hivernale soit potentiellement désastreuse en terme de saturation des services de soin et donc de mortalité record. Indépendamment du nombre élevé ou non de malade mais par une stratégie constante et consciente de sabotage par les plus hautes autorités. De plus, fidèle à leur ingénierie sociale d’injonctions contradictoires permanentes, l’obligation du port du masque pour les enfants semble être (temporairement) suspendue à compter du 4 octobre prochain dans certains départements. Les objectifs de cette stratégie ne visent évidemment pas le bien être des enfants qu’ils souhaitent par ailleurs vacciner de force mais bien à imposer à terme des campagnes de tests créant ainsi de toute pièce de « nouveaux cas » permettant d’alimenter leur cynique narration d’une prétendue reprise épidémique. Couplée à l’engorgement des hôpitaux, je prédis un retour en force de l’apocalypse médiatique autour du covid dans les mois à venir, savamment alternée avec le feuilleton Z…

Enfin, la désinformation médiatique et la censure des Etats et des multinationales du numérique quant aux effets secondaires massifs et désastreux des expérimentions en cours continuent de marginaliser les opposants rebaptisés en complotistes et autres qualificatifs tournant autour de la question interdite :

TikTok supprime la vidéo (4,5 millions de vues) de John Stokes, 21 ans, victime d’une myocardite à cause du vaccin

C’est dans ce contexte qu’il faut envisager les récentes annonces de Macron vis à vis des rares français lucides sur la dystopie sans précédent que nous avons à affronter.

Etant entendu que l’immense majorité de la population a intégré les oukases gouvernementales en matière « sanitaire ». J’en veux pour preuve l’entrée du port de la muselière dans la nouvelle normalité. Un très grand nombre de personnes n’osent même plus se toucher avec la fin des bises et de la poignée de main au profit de ce pathétique et ridicule poing contre poing. Ainsi, comment peut on ne serait-ce qu’envisager une révolte massive de ce troupeau sans âme, sans volonté, sans discernement ?

Si mes anticipations sont correctes, les prochains mois risquent fort de voir l’étau se resserrer autour de la minorité de français (dont une grande part d’enfants) ayant préservé leur corps de la main mise de l’état et de ceux qui le contrôlent. Il convient de s’y préparer mentalement, de concentrer ses efforts sur un refus catégorique de cette tyrannie, de continuer à s’informer afin d’être en mesure de déjouer leurs stratagèmes diaboliques, mais surtout de prendre conscience que dans le futur qui s’annonce nous serons isolés. Par conséquent, l’enjeu crucial actuellement est de tout mettre en œuvre pour recréer des solidarités locales, familiales, amicales et de tendre autant que faire se peut vers une autonomie financière, alimentaire, énergétique, médicale, etc., la plus large possible. L’avenir commence toujours demain.


Article écrit par Jules pour le Réveil Des Moutons.

Soutenez le Réveil des Moutons en faisant un tour sur la boutique ou par don spontané : manulrdm@gmail.com / lereveildesmoutons@outlook.fr  ou en MP sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code